220 Lettres

Lettre 2606 de Jean I Barbeyrac Ă  Jean-Alphonse Turrettini

Lausanne 21.07.1715

Je n'ai eu

Barbeyrac n'a rien appris des imprimeurs genevois au sujet de son Discours [sur la permission des lois] ; le paquet va peut-ĂȘtre arriver par le bateau; il remercie JA de la peine qu'il s'est donnĂ©e de rĂ©viser les derniĂšres Ă©preuves. Il lui donne la liste des personnes Ă  GenĂšve auxquelles il faudrait remettre un exemplaire, outre naturellement tous ceux que JA voudra prendre pour lui-mĂȘme et pour ses proches; il s'agit des professeurs [Antoine I] LĂ©ger, [BĂ©nigne] Mussard, [Jean-Anto...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00484_f182r_ug60617_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00484_f182v_ug60618_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00484_f183r_ug60619_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00484_f183v_ug60620_turrettini_file.jpg

Lausanne 21.07.1715


Lettre autographe, signée, adressée. Inédite. (F)
BibliothÚque de GenÚve, Ms fr 484 (f.182-183)


Je n'ai eu


Barbeyrac n'a rien appris des imprimeurs genevois au sujet de son Discours [sur la permission des lois] ; le paquet va peut-ĂȘtre arriver par le bateau; il remercie JA de la peine qu'il s'est donnĂ©e de rĂ©viser les derniĂšres Ă©preuves. Il lui donne la liste des personnes Ă  GenĂšve auxquelles il faudrait remettre un exemplaire, outre naturellement tous ceux que JA voudra prendre pour lui-mĂȘme et pour ses proches; il s'agit des professeurs [Antoine I] LĂ©ger, [BĂ©nigne] Mussard, [Jean-Antoine] Gautier, [Étienne] Jallabert; du ministre [ÉzĂ©chiel (?)] Gallatin; du mĂ©decin [Jacques] Chenaud; des conseillers [Jacob] de Chapeaurouge, [Jean-Pierre ou Marc-Conrad] Trembley, Grenus, [Daniel] Le Clerc et [Jean-Louis] Chouet; du syndic [Abraham] Mestrezat ; du premier syndic [Jean-Robert] Chouet; de P[ictet, BĂ©nĂ©dict (?)] ; et enfin d'[Antoine] RouviĂšre, de Cambiague, et d'Abauzit. Il en faut compter un aussi pour l'abbĂ© [Joachim] Le Grand. Il a reçu depuis peu la Bibliotheca antiqua[ria] de Fabricius et il partage l'avis de JA sur ce genre d'entreprises; il reconnaĂźt nĂ©anmoins que parmi les auteurs de ce genre de recueils, Fabricius est parmi ceux qui ont davantage de jugement. Il a reçu Ă©galement du mĂȘme auteur le Menologium et, de Böhmer, les Dissertationes juris ecclesiatici. Ce dernier auteur est le mĂȘme que celui qui a publiĂ© il y a quelques annĂ©es le De Concordia sacerdotii et imperii avec des notes [SelectĂŠ disserationes]. Il espĂ©rait recevoir quelque chose de Hollande par le biais de [Pierre] Humbert; mais il n'en est rien, ni pour les lettres de [Charles] de La Motte ni pour les Ă©preuves de son Tillotson [Sermons, 1716]. Il est heureux d'apprendre que le Nouveau Testament de Berlin sera finalement imprimĂ© [Amsterdam, 1718] ; de Beausobre, un des auteurs de cette version, quitte Berlin pour aller Ă  Hambourg, oĂč il a Ă©tĂ© appelĂ©. C'est par dĂ©pit, Ă  cause des dĂ©mĂȘlĂ©s que les ministres de cette ville ont eus avec l'Église au sujet de la rĂ©pĂ©tition des prĂ©dications; son fils [Charles-Louis], pasteur lui-aussi, quitte sa place pour suivre son pĂšre. L'Église, dont il avait la charge, Ă  un mille de Berlin, sera desservie par Pelloutier, qui a Ă©tĂ© dans le temps Ă  GenĂšve. Un autre ministre de Berlin, [Pierre II (?)] Vincent, est mort, de mĂȘme que le juge [Charles] Ancillon, frĂšre du ministre [David II]. [Étienne] Chauvin aussi a perdu sa femme. Il est bon que Lenfant, qui est brouillĂ© avec [Jean] Le Clerc au sujet des lettres de Bayle qu'il a donnĂ©es, songe Ă  donner des Ɠuvres posthumes de Baux, qui Ă©tait un trĂšs beau gĂ©nie. Mais au sujet de ses lettres, il faudra faire un choix, si l'on ne veut pas trop chagriner des personnes vivantes; il se trouvera des gens, comme Marchand, qui se feront un plaisir de tirer le rideau. Barbeyrac n'a trouvĂ©, parmi ses papiers, que deux lettres de Baux puisque celui-ci ne s'est absentĂ© que trĂšs peu de temps de Berlin et donc les occasions de s'Ă©crire ont manquĂ©. Mais les deux qu'il a trouvĂ©es ne peuvent pas ĂȘtre publiĂ©es, pour les raisons qu'il vient de dire. Il les enverra nĂ©anmoins Ă  JA si celui-ci le souhaite. C'est Lenfant qui devrait en possĂ©der le plus grand nombre. Il a chargĂ© [Jean (?)] Duclerc, qui Ă©tait son compatriote, d'en chercher d'autres. Pour ce qui est des nouvelles littĂ©raires de GenĂšve, que JA lui a dit avoir Ă©tĂ© envoyĂ©es Ă  La Haye, Barbeyrac n'en a pas pris garde mĂȘme s'il est vrai qu'il n'a pas encore regardĂ© le Journal littĂ©raire de cette annĂ©e. Il paraĂźt qu'on publie Ă  La Haye une nouvelle gazette littĂ©raire chez Du Sauzet [Nouvelles littĂ©raires]. Si [Antoine I] Maurice voulait vraiment imprimer son HĂ©rodote, il ferait mieux d'attendre les deux qui doivent paraĂźtre, Ă  Leyde par Gronovius et Ă  Leipzig par Bergler. Mais peut-ĂȘtre en est-il d'HĂ©rodote comme de l'ÉpictĂšte, annoncĂ© par Reeland sur la foi de certains marchands de GenĂšve, alors qu'il ne s'agissait que d'un cours donnĂ© par Maurice sur cet auteur dont on a cru qu'il voulait le faire imprimer. Barbeyrac aimerait que ce qu'on dit de l'histoire ecclĂ©siastique de JA soit vrai et qu'on puisse voir au moins l'abrĂ©gĂ©.

Adresse

GenĂšve


Lieux

Émission

Lausanne

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00484_f182r_ug60617_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00484_f182v_ug60618_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00484_f183r_ug60619_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00484_f183v_ug60620_turrettini_file.jpg