16 Lettres

Lettre 2572 de Joachim Le Grand à Jean-Alphonse Turrettini

Versailles 04.02.1715

J'ay touiours regardé

Le Grand a toujours considéré comme un effet de sa mauvaise fortune de ne pas avoir pu rencontrer JA et lui manifester son admiration mais il ne veut pas que ce malheur l'accompagne toute sa vie. Il a lu avec une grande satisfaction l'Histoire du Concile de Constance, qui lui a paru écrite sans partialité et avec jugement; il a été néanmoins surpris que l'auteur [Lenfant] n'ait pas parlé de la querelle qu'il y a eu au sujet de Huss entre Rosweide, jésuite d'Anvers, et [Jacques I] Cappel,...

+ 6 pages

page 1

ms_fr_00487_f336_ug62573_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00487_f336v_ug62574_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00487_f337r_ug62575_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00487_f337v_ug62576_turrettini_file.jpg

page 5

ms_fr_00487_f338r_ug62577_turrettini_file.jpg

page 6


ms_fr_00487_f338v_ug62578_turrettini_file.jpg

page 7

ms_fr_00487_f339r_ug62579_turrettini_file.jpg

page 8


ms_fr_00487_f339v_ug62580_turrettini_file.jpg

Versailles 04.02.1715


Lettre autographe, signée. (F)
Bibliothèque de Genève, Ms fr 487 (f.336-339)

Budé, Lettres, II, p.167-172.


J'ay touiours regardé


Le Grand a toujours considéré comme un effet de sa mauvaise fortune de ne pas avoir pu rencontrer JA et lui manifester son admiration mais il ne veut pas que ce malheur l'accompagne toute sa vie. Il a lu avec une grande satisfaction l'Histoire du Concile de Constance, qui lui a paru écrite sans partialité et avec jugement; il a été néanmoins surpris que l'auteur [Lenfant] n'ait pas parlé de la querelle qu'il y a eu au sujet de Huss entre Rosweide, jésuite d'Anvers, et [Jacques I] Cappel, ministre de Sedan. Il doit avouer qu'il a une opinion particulière sur le prétendu sauf-conduit de Huss; elle est pourtant appuyée sur de bonnes raisons. Il a déjà écrit à [Jean I] Barbeyrac qu'il serait souhaitable que Lenfant eût quelqu'un à Paris pour récolter les mémoires dont il aura besoin pour son histoire du Concile de Bâle [Histoire de la guerre des hussites] ; en effet tous les originaux que le secrétaire du Concile emporta avec lui sont dans la Bibliothèque de la Sorbonne et les lettres de Charlier, neveu de Gerson, dans celle du Collège de Navarre. Le conseiller d'État [Achille III] Harlay a un original avec tous les sceaux qui a couté 500 écus à son grand-père [Achille I]. Baluze devait donner une nouvelle édition de ces deux Conciles qui serait très utiles; celle qui est dans la collection des conciles de Labbe et de Cossart [Sacrosancta concilia] est tellement fautive qu'elle est inutilisable. Mais Baluze est très âgé et travaille actuellement à son Cyprien [Parisiis, 1726] ; il aurait mieux fait de remettre ses leçons à l'un de ses amis qui aurait été davantage en état de travailler sur ce Père de l'Église. On attend d'un jour à l'autre la Bibliotheca Coisliniana du père de Montfaucon, ce religieux qui travaille autant que [Jean] Le Clerc et qui promet de donner incessamment cinq gros volumes de pièces et monuments antiques [Antiquité, 1719]. Il est à souhaiter que ce soit meilleur que le César imprimé en Angleterre [Londini, 1712]. On est redevable aux Anglais de ce qu'ils publient mais si on pouvait en France faire des souscriptions, on verrait dans ce pays aussi un nombre aussi important de volumes sur l'histoire nationale. Le Grand ne désespère pas que l'exemple anglais ne stimule ses compatriotes. Il a pris connaissance récemment du dessein de feu Du Cange de travailler à un recueil d'historiens français. Le père Bandusi lui a dit qu'il y avait déjà 80 feuilles de son histoire des empereurs romains par les médailles [Numismata]. Il serait souhaitable que le Josèphe de Hudson forçât [Jean] Boivin à donner le sien, auquel il travaille depuis vingt ans. Les savants français se plaignent du peu d'exactitude des éditions grecques anglaises. [Anne] Dacier vient de donner son ouvrage sur la décadence du bon goût [Des causes de la corruption du goût], auquel [Antoine Houdar] de La Motte fait imprimer une réponse [Réflexions]. Il a ses partisans et Terrasson fait voir plus de 2'000 fautes dans Homère [Dissertations] ; mais s'il ne sait pas plus de grec que de La Motte, il se fera battre. La division qui règne dans le clergé français est désolante; il est interdit d'en parler mais difficile de ne pas en gémir.

Adresse

[Genève]


Lieux

Émission

Versailles

Réception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 6 pages

page 1

ms_fr_00487_f336_ug62573_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00487_f336v_ug62574_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00487_f337r_ug62575_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00487_f337v_ug62576_turrettini_file.jpg

page 5

ms_fr_00487_f338r_ug62577_turrettini_file.jpg

page 6


ms_fr_00487_f338v_ug62578_turrettini_file.jpg

page 7

ms_fr_00487_f339r_ug62579_turrettini_file.jpg

page 8


ms_fr_00487_f339v_ug62580_turrettini_file.jpg