18 Lettres

Lettre 2522 de LĂ©onard Baulacre Ă  Jean-Alphonse Turrettini

Londres 03.09.1714 [23.08/04.09.1714]

J'ai eté fort mortifié

Baulacre a appris avec chagrin que JA avait encore souffert d'oppression et l'assure que toutes les personnes qui le connaissent en Angleterre demandent chaque jour de ses nouvelles avec empressement et rĂ©pĂštent le bonheur qu'on a Ă  GenĂšve de pouvoir profiter de ses lumiĂšres. Il rendit visite Ă  l'Ă©vĂȘque de Salisbury [Gilbert I Burnet] qui Ă©tait Ă  Londres pour des affaires politiques. Il Ă©tait accompagnĂ© par [Jean] Masson qui a fait les frais de l'esprit vif de leur hĂŽte pour avoir voulu faire l'...

+ 1 pages

page 1

0483_2522-1_ug70198_turrettini_file.jpg

page 2


0484_2522-2-3_ug70199_turrettini_file.jpg

page 3

0485_2522-4-5_ug70200_turrettini_file.jpg

Londres 03.09.1714 [23.08/04.09.1714]


Lettre autographe, signée, adressée. Inédite. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (GenĂšve), 1/Gd.B.14


J'ai eté fort mortifié


Baulacre a appris avec chagrin que JA avait encore souffert d'oppression et l'assure que toutes les personnes qui le connaissent en Angleterre demandent chaque jour de ses nouvelles avec empressement et rĂ©pĂštent le bonheur qu'on a Ă  GenĂšve de pouvoir profiter de ses lumiĂšres. Il rendit visite Ă  l'Ă©vĂȘque de Salisbury [Gilbert I Burnet] qui Ă©tait Ă  Londres pour des affaires politiques. Il Ă©tait accompagnĂ© par [Jean] Masson qui a fait les frais de l'esprit vif de leur hĂŽte pour avoir voulu faire l'Ă©loge de Baulacre aprĂšs celui que l'Ă©vĂȘque avait lu dans la lettre de recommandation de JA. Burnet l'interrompit en lui disant que "quand Monsr Turrettin a parlĂ© chez moi, c'est le roi qui a parlĂ©". Il continua par la suite Ă  s'en prendre plaisamment Ă  Masson Ă  cause de la maniĂšre dont celui-ci avait traitĂ© [AndrĂ©] Dacier dans ses ouvrages. MalgrĂ© les interventions de Baulacre, l'Ă©vĂȘque ne lĂącha pas prise, en reprochant, entre autres, aux critiques de s'entre-dĂ©chirer pour des inepties. Il parla avec beaucoup d'affection de GenĂšve en louant l'abolition du Consensus; il fit Ă  ce propos l'Ă©loge de JA. Il manifesta aussi son estime pour [Jean-Robert] Chouet, [Jean-FrĂ©dĂ©ric I] Ostervald, [Samuel] Werenfels et Turrettini le jeune [Samuel]. Il voulut ĂȘtre renseignĂ© sur l'AcadĂ©mie de Lausanne et sur celle de Zurich; pour cette derniĂšre Baulacre avoua son ignorance, n'ayant pas de contact avec qui que ce soit de cette universitĂ©. Il leur montra la Liturgie de l'Église de NeuchĂątel [BĂąle, 1713] que JA lui avait envoyĂ©e et manifesta son approbation pour ce service. Burnet les entretint encore longuement, faisant toujours preuve d'esprit, comme quand il leur dit que la question qui l'occupait Ă  prĂ©sent concernait le choix du grand ou du petit collier que les Chevaliers de la JarretiĂšre devront porter Ă  l'enterrement de la reine [Anne Stuart]. Il ajouta que souvent les dignitaires de l'Église s'occupent de bagatelles alors qu'on les croit aux prises avec des affaires sĂ©rieuses. AprĂšs leur avoir prĂ©sentĂ© son fils Gilbert [II], il tint Ă  les raccompagner jusqu'au carosse pour se conformer aux maniĂšres italiennes dont il n'a jamais pu convaincre JA de se dĂ©barrasser. Baulacre a fait beaucoup de connaissances en Angleterre, ce qui lui permet de passer agrĂ©ablement le temps. Il va quelquefois chez Silvestre et souvent chez de de RossiĂšres oĂč on trouve bonne compagnie. [Ludwig Friedrich] Bonet est en revanche trop occupĂ© pour le voir souvent; [Pierre] Flournois est Ă  la campagne pour quelques mois; [Louis] Saurin leur a procurĂ© d'agrĂ©ables connaissances. Il frĂ©quente l'Église de la petite Savoie, qui est celle qui est la mieux servie. Il raconte Ă  JA une prĂ©dication de [Jean-Armand I ou Jean-Armand II] Du Bordieu qu'il y a entendue. Il a aussi assistĂ© Ă  une sĂ©ance du Parlement oĂč Bonet, fort de ses privilĂšges d'envoyĂ©, a pu les faire asseoir dans une trĂšs bonne position; ils Ă©taient prĂšs de Burnet et de l'Ă©vĂȘque de Londres [John Robinson] qui, Ă  la grande surprise de Baulacre, parle français. Pendant la sĂ©ance, on n'a rien discutĂ© de considĂ©rable. On a en revanche distribuĂ© le mĂ©moire d'un mathĂ©maticien qui prĂ©tend avoir trouvĂ© les longitudes; 20'000 piĂšces avaient Ă©tĂ© promises par le dernier Parlement Ă  qui dĂ©couvrirait cela.

Adresse

GenĂšve


Lieux

Émission

Londres

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

+ 1 pages

page 1

0483_2522-1_ug70198_turrettini_file.jpg

page 2


0484_2522-2-3_ug70199_turrettini_file.jpg

page 3

0485_2522-4-5_ug70200_turrettini_file.jpg