507 Lettres

Lettre 2482 de Jean I Barbeyrac Ă  Jean-Alphonse Turrettini

Lausanne 29.03.1714

Il y a long tems... que je

Barbeyrac est trĂšs pris par ses nouvelles fonctions de recteur, qui ont commencĂ© en janvier. Il s'agit d'un fardeau encore plus pĂ©nible Ă  Lausanne qu'ailleurs. À cela s'ajoute un redoublement de ses incommoditĂ©s ordinaires, ce qui l'a obligĂ© Ă  se faire saigner quelques jours auparavant. Il recopie un passage d'une lettre de [Charles] de La Motte, dans lequel celui-ci dit attendre toujours quelques ouvrages de JA, et notamment l'abrĂ©gĂ© d'histoire ecclĂ©siastique; [Jean] Le Clerc l'a priĂ© de parler...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00484_f162r_ug60577_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00484_f162v_ug60578_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00484_f163r_ug60579_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00484_f163v_ug60580_turrettini_file.jpg

Lausanne 29.03.1714


Lettre autographe, signée, adressée. (F)
BibliothÚque de GenÚve, Ms fr 484 (f.162-163)

Une phrase dans Meylan, Barbeyrac, p.47, n.4.


Il y a long tems... que je


Barbeyrac est trĂšs pris par ses nouvelles fonctions de recteur, qui ont commencĂ© en janvier. Il s'agit d'un fardeau encore plus pĂ©nible Ă  Lausanne qu'ailleurs. À cela s'ajoute un redoublement de ses incommoditĂ©s ordinaires, ce qui l'a obligĂ© Ă  se faire saigner quelques jours auparavant. Il recopie un passage d'une lettre de [Charles] de La Motte, dans lequel celui-ci dit attendre toujours quelques ouvrages de JA, et notamment l'abrĂ©gĂ© d'histoire ecclĂ©siastique; [Jean] Le Clerc l'a priĂ© de parler avec quelques libraires qui pourraient l'imprimer et de La Motte y a engagĂ© Humbert, qui le fera avec plaisir. De La Motte pense que Le Clerc ne veut pas figurer publiquement pour mĂ©nager la rĂ©putation de JA; il aimerait aussi avoir une liste complĂšte des dissertations de JA qui, semble-t-il, ne se trouvent pas toutes Ă  GenĂšve, ayant Ă©tĂ© imprimĂ©es en peu d'exemplaires. D'Artis, pasteur connu pour ĂȘtre un homme emportĂ©, a quittĂ© Berlin Ă  la suite des mesures prises par le nouveau roi de Prusse [Friedrich Wilhelm I] et se trouve en ce moment Ă  Amsterdam oĂč il a prĂȘchĂ© contre le Nouveau Testament de Le Clerc [Amsterdam, 1703] et saisit toutes les occasions pour dire du mal des ministres genevois en gĂ©nĂ©ral et de JA en particulier, comme il l'a fait rĂ©cemment chez [Pierre I] Got qui lui a rĂ©pondu rudement. Barbeyrac tient toutes ces informations de de La Motte. Baux, un des plus beaux esprits que Barbeyrac ait jamais connus, est dĂ©cĂ©dĂ© Ă  La Haye, oĂč il exerçait les fonctions de gouverneur de mylord Bury [William Anne van Keppel d'Albermarle]. Lenfant et de Beausobre se disposent Ă  revoir leur traduction du Nouveau Testament, qui sera imprimĂ©e par Humbert Ă  Amsterdam [1718] ; ils auront plus de libertĂ© avec le nouveau roi qui ne s'embarrasse guĂšre de science ni d'orthodoxie. Il faut espĂ©rer que Lenfant rĂ©visera correctement le travail de de Beausobre. C'est [Jacques] Bernard qui a dressĂ© l'article du synode [de Breda] contre [Jean] Masson et, ce qui est encore plus surprenant, c'est qu'il l'avait sollicitĂ© lui-mĂȘme; il veut paraĂźtre orthodoxe Ă  tout prix. On imprime finalement son ouvrage De l'excellence de la religion, qui est restĂ© un an entre les mains des examinateurs; il y ajoute, entre autres, une dissertation sur le mensonge, thĂšme Ă  propos duquel il prend le parti le plus outrĂ©. Barbeyrac s'imagine que, comme il croit in petto qu'il est permis de mentir, il pousse le privilĂšge jusqu'Ă  soutenir que tout mensonge est illicite. Les auteurs du Spectateur Anglais sont Steele et Addison. On rĂ©imprime en Hollande [1714] l'Iliade en vers d'[Antoine Houdar] de La Motte, avec une belle prĂ©face, et on vient de terminer l'impression de ses Odes. [Tannegui II] Le FĂšvre, pasteur et frĂšre d'[Anne] Dacier, vient de se faire catholique Ă  Paris; le beau-frĂšre [AndrĂ© Dacier] l'a prĂ©sentĂ© au roi [Louis XIV], qui lui donnera une pension, comme il a fait Ă  l'Ă©gard de Kuster. Ce dernier fait imprimer un ouvrage sur la nature des verbes moyens grecs, Ă  quoi il joint une rĂ©ponse Ă  Perizonius. Il se dispose aussi Ă  donner un HĂ©sychius et un nouveau dictionnaire latin. On imprime Ă  Paris l'ouvrage du pĂšre Lamy De Tabernaculo, alors qu'on rĂ©imprime, avec des augmentations, le dictionnaire de Du Cange [Glossarium, 1733-36]. On se prĂ©pare Ă  mettre sous la presse une collection d'ouvrages du pĂšre MartĂšne [Veterum scriptorum collectio] ; au cas oĂč ce recueil aboutirait, on donnera une nouvelle Ă©dition [1729] du Spicilegium [d'AdĂ©ry], auquel on joindra le Canisius. Le volume des discours de Barbeyrac devrait ĂȘtre dĂ©sormais imprimĂ©; [Pierre] de Joncourt est fort intriguĂ©; son impatience l'a amenĂ© jusqu'Ă  demander Ă  [Charles] de La Motte de lui montrer, au fur et Ă  mesure de l'impression, les feuilles de la dissertation sur la nature du sort, ce que de La Motte a bien Ă©videmment refusĂ© de faire. Barbeyrac a reçu le Grotius [De jure belli, 1626] et le petit Hotman [QuĂŠstionum] que JA lui a envoyĂ©s.

Adresse

GenĂšve


Lieux

Émission

Lausanne

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00484_f162r_ug60577_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00484_f162v_ug60578_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00484_f163r_ug60579_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00484_f163v_ug60580_turrettini_file.jpg