81 Lettres

Lettre 2369 de Jean-Alphonse Turrettini à Pierre I Got

Genève 02.05.1713

Je vous rends mille

JA remercie Got de s'être si bien acquitté de la commission dont il l'avait chargé. Tout ce que Got a fait – écrire à de Rossières de ne pas se presser de vendre, avancer l'argent et à un intérêt si bas, renoncer à toute commission – est une preuve de son amitié. Mais JA ne veut pas être à sa charge et veut que les choses se règlent de manière moins onéreuse pour son correspondant. Il faut donc qu'il se rembourse quand il aura reçu les 600 livres sterling que de Rossières a dû envoyer maintenant...

+ 1 pages

page 1

01143_2369-1-2_ug70043_turrettini_file.jpg

page 2


01144_2369-3-4_ug70044_turrettini_file.jpg

page 3

01145_2369-5_ug70045_turrettini_file.jpg

Genève 02.05.1713


Lettre autographe, signée, adressée. Inédite. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (Genève), 1/Gd.12.4


Je vous rends mille


JA remercie Got de s'être si bien acquitté de la commission dont il l'avait chargé. Tout ce que Got a fait – écrire à de Rossières de ne pas se presser de vendre, avancer l'argent et à un intérêt si bas, renoncer à toute commission – est une preuve de son amitié. Mais JA ne veut pas être à sa charge et veut que les choses se règlent de manière moins onéreuse pour son correspondant. Il faut donc qu'il se rembourse quand il aura reçu les 600 livres sterling que de Rossières a dû envoyer maintenant. Il le remercie d'avoir conseillé à de Rossières la manière la plus appropriée de gérer ces affaires. Il le remercie aussi de lui avoir acheté trente billets de la loterie. Il lui demande d'autres conseils, à savoir s'il doit vendre les autres fonds qu'il a en Angleterre et les faire valoir en Hollande à un intérêt raisonnable, s'il doit acheter d'autres billets de la loterie, même si leur prix est à la hausse ou s'il doit en acheter des blancs qui coûtent moins et rapportent 5%, s'il doit se défaire de ce qu'il a à la Compagnie du Sud et éventuellement de quelle manière. À ce propos, ce qui lui donne le plus envie de vendre c'est la crainte de révolutions dans ce pays-là où les ministres font tout pour rappeler le prétendant [James Francis Edward Stuart]. Cela causera une guerre civile et donc du désordre dans les fonds publics. Il lui donne l'ordre de régler d'autres frais avec l'argent qui viendra d'Angleterre. Il a en outre besoin de thé (fin et bow) et de chocolat. Pour ce qui est des livres, il faudrait prendre chez le libraire Humbert les quatre volumes de Sermons de Tillotson par Barbeyrac [Amsterdam, 1708-1713] et les envoyer à de Rossières pour le faire tenir à l'évêque de Salisbury [Gilbert I Burnet]. S'il reste de l'argent, il pourra prendre un billet de plus de la loterie. Pour la conversion des billets en obligations de l'État, il s'en remet à son correspondant. Il a été très déçu d'apprendre que Got ne viendra pas dans ces quartiers; il avait compté l'avoir comme parrain de l'enfant dont sa femme est enceinte [Louise III] et qui devrait naître au moment où Got avait pensé faire le voyage. Mais ce plan peut subsister; en effet l'enfant qu'il a eu l'année passée [Marc] a été présenté au baptême par son beau-père [Marc Du Pan] et par sa mère [Isabelle II Turrettini] ; celui à venir le sera, si Got est d'accord, par lui, qui est le meilleur ami de JA, et par sa belle-mère [Louise Du Pan] (qui est de la famille Calandrini). Si son oncle [Bénédict II Turrettini] était encore de ce monde, il serait le parrain; mais puisqu'il est mort, il est normal que Got, qui a toujours eu tellement d'amitié pour la famille, le soit.

Adresse

Amsterdam


Lieux

Émission

Genève

Réception

Amsterdam

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 1 pages

page 1

01143_2369-1-2_ug70043_turrettini_file.jpg

page 2


01144_2369-3-4_ug70044_turrettini_file.jpg

page 3

01145_2369-5_ug70045_turrettini_file.jpg