220 Lettres

Lettre 2298 de Samuel Turrettini à Jean-Alphonse Turrettini

Paris ap.29.07.1712 [s.d.]

J'ai¬†rec√Ľ¬†au¬†retour

C'est au retour d'un petit voyage qu'il a fait à Fontainebleau que Turrettini a trouvé la lettre de JA et le recueil des harangues [Orationes] pour l'abbé [Jean-Paul] Bignon; celui-ci a semblé très reconnaissant du présent. Turrettini n'a plus pensé à la proposition d'hébreu depuis qu'il en a écrit à JA et cela d'autant plus que son offre de commencer les leçons après les vendanges avait été déclinée sous prétexte qu'à ce moment-là on n'aurait peut-être plus besoin de cela. Il en a été co...

page 1

01990_2298-1-2_ug69986_turrettini_file.jpg

page 2


01991_2298-3-4_ug69987_turrettini_file.jpg

Lettre 2298 de Samuel Turrettini à Jean-Alphonse Turrettini

Paris ap.29.07.1712 [s.d.]


Lettre autographe, signée, adressée. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (Genève), 1/Gd.T.21

Budé, Lettres, III, p.370-374.


J'ai¬†rec√Ľ¬†au¬†retour


C'est au retour d'un petit voyage qu'il a fait √† Fontainebleau que Turrettini a trouv√© la lettre de JA et le recueil des harangues [Orationes] pour l'abb√© [Jean-Paul] Bignon; celui-ci a sembl√© tr√®s reconnaissant du pr√©sent. Turrettini n'a plus pens√© √† la proposition d'h√©breu depuis qu'il en a √©crit √† JA et cela d'autant plus que son offre de commencer les le√ßons apr√®s les vendanges avait √©t√© d√©clin√©e sous pr√©texte qu'√† ce moment-l√† on n'aurait peut-√™tre plus besoin de cela. Il en a √©t√© content puisqu'il n'avait fait cette proposition que par d√©f√©rence pour son p√®re [Michel], ne se sentant ni l'inclination ni les comp√©tences pour cette t√Ęche. En outre, cela l'aurait oblig√© √† employer son temps √† Paris √† √©tudier l'h√©breu alors qu'il n'a pas un moment de libre avec toutes les visites qu'il fait. D'ailleurs, n'est-ce pas la conversation avec les gens du lieu qui fait l'attrait du voyage? Si on voyage pour rester enferm√© dans un cabinet comme on peut le faire chez soi, cela ne vaut pas la peine. Il a vu Fontenelle, qui remercie JA de son souvenir, et dont Turrettini admire l'esprit, la solidit√© et la politesse; il a √©galement rencontr√© le p√®re Hardouin qui l'a diverti par les paradoxes historiques qu'il d√©bite; il consid√®re les anciens historiens comme des romanciers modernes auxquels on ne peut pas se fier. Le seul moyen d'apprendre s√Ľrement l'histoire pour lui est d'√©tudier les m√©dailles. Il travaille actuellement √† une √©dition des conciles fort avanc√©e; Turrettini a envoy√© √† JA sa dissertation De sacramento altaris, comme il le lui avait dit dans sa derni√®re lettre. Il a vu le p√®re Tournemine qui vit dans la m√™me soci√©t√© que Hardouin et qui est celui qui a la part la plus active au Journal de Tr√©voux; il lui a parl√© de la Vie de J√©sus-Christ de Butini o√Ļ il y a bien des choses suspectes d'h√©r√©sie. D'apr√®s lui, il faut que l'auteur soit infect√© de socinianisme ou bien tr√®s ignorant pour ne pas s'apercevoir des erreurs qu'il a commises en suivant [Jean] Le Clerc. Turrettini a vu certains des p√®res b√©n√©dictins qui ont donn√© au public diverses √©ditions des P√®res, dont Montfaucon, Le Nourry et Banduri. Ce dernier, qui est Italien, a publi√© depuis peu deux gros volumes in-folio intitul√©s Imperium orientale qui contiennent diverses pi√®ces concernant l'histoire de l'Empire d'Orient et peuvent servir de suppl√©ment √† l'histoire byzantine [Compendium Byzantin√¶ Histori√¶]. Montfaucon a fait r√©cemment un ouvrage sur les Hexaples d'Orig√®ne, qui est sous presse; il a mis ensemble un grand nombre de fragments d'anciennes versions par lesquels il pr√©tend r√©tablir une partie des anciens Hexaples. Le p√®re Le Quien a publi√© cette ann√©e Jean Damasc√®ne en 2 volumes in-folio avec des notes. Turrettini a rencontr√© Dacier mais n'est pas encore arriv√© √† voir sa femme; chaque fois qu'il l'a cherch√©e, elle √©tait sortie pour aller √† la messe. Il n'aurait jamais cru une savante et une nouvelle catholique aussi d√©vote! Le seul pr√©dicateur dont il ait jusqu'ici appr√©ci√© le sermon est l'abb√© Bignon; il l'a entendu dimanche dernier √† l'occasion de la f√™te du patron de son √Čglise. Il a fait un sermon sur la n√©cessit√© de la vocation √† la pr√™trise et sur les marques qui permettent de reconna√ģtre une vraie vocation mais il n'a rien dit qu'un r[√©form√©] ne p√Ľt dire √©galement. Il lui semble que les pr√©dicateurs d'ici ne r√©citent pas bien leurs sermons; ils le font avec une fougue extraordinaire qui a peu de rapport √† la nature du sujet qui est trait√©; il trouve qu'il y a plus √† profiter pour la r√©citation dans les trag√©dies. Turrettini regrette que l'√©crit de Delpech ne soit pas tel que JA l'aurait d√©sir√©. L'√©v√™que de Londres [Henry Compton] avait paru au d√©but bien r√©solu √† traiter Delpech de mani√®re ferme mais, puisqu'il est calviniste, il a d√Ľ se laisser surprendre par Delpech qui se montre si attach√© √† certains dogmes. Il faut aussi dire que l"'√©v√™que, dont l'esprit n'a jamais √©t√© tr√®s relev√©, est actuellement tr√®s affaibli. On continue de faire pression sur Turrettini pour qu'il h√Ęte son retour et toutes les raisons qu'il a pu donner pour les faire changer d'avis ont √©t√© vaines; son p√®re [Michel] estime que le voyage devait durer un an et que ce terme est expir√©; son fr√®re [Fran√ßois-Jean¬†I] qui veut venir √† Paris, ressent de l'impatience parce qu'il doit attendre son retour avant de partir; le p√®re [Andr√©] de [Jean (?)] de La Corbi√®re attend avec impatience que son fils revienne. C'est pourquoi il faudra se r√©signer √† partir; on voulait que cela se f√ģt au d√©but ou au 15 de ce mois mais il a pu obtenir un r√©pit jusqu'au Ier septembre. Il pense partir, vraisemblablement, autour du 20 pour jouir de la compagnie de [Jacob Chapeaurouge (?)-]Dauphin. Le regret du d√©part sera compens√© par la joie de revoir JA.

Adresse

Genève


Lieux

√Čmission

Paris

Réception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

page 1

01990_2298-1-2_ug69986_turrettini_file.jpg

page 2


01991_2298-3-4_ug69987_turrettini_file.jpg