44 Lettres

Lettre 2241 de Jean-Frédéric I Ostervald à Jean-Alphonse Turrettini

Neuchâtel 28.11.1711

J'ay eté ravi... d'apprendre

Ostervald est ravi d'apprendre que JA va suffisamment mieux pour reprendre ses fonctions; il faut tout de même qu'il fasse attention, en réduisant ses activités. Une activité modérée ne lui nuira pas mais il faut qu'il évite tout ce qui peut fatiguer sa poitrine. Certes on a vu ce que voulait dire une suspension par lui-même de ses fonctions; il a suffi qu'il soit absent quelques mois de la ville pour que des changements se produisent, et très rapidement. Le crédit que certaines personnes ont pr...

+ 4 pages

page 1

ms_fr_00489_f359r_ug64014_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00489_f359v_ug64015_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00489_f360r_ug64016_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00489_f360v_ug64017_turrettini_file.jpg

page 5

ms_fr_00489_f361r_ug64018_turrettini_file.jpg

page 6


ms_fr_00489_f361v_ug64019_turrettini_file.jpg

Neuchâtel 28.11.1711


Lettre autographe, adressée. (F)
Bibliothèque de Genève, Ms fr 489 (f.359-361)

Extrait dans Budé, Lettres, III, p.82-83.


J'ay eté ravi... d'apprendre


Ostervald est ravi d'apprendre que JA va suffisamment mieux pour reprendre ses fonctions; il faut tout de même qu'il fasse attention, en réduisant ses activités. Une activité modérée ne lui nuira pas mais il faut qu'il évite tout ce qui peut fatiguer sa poitrine. Certes on a vu ce que voulait dire une suspension par lui-même de ses fonctions; il a suffi qu'il soit absent quelques mois de la ville pour que des changements se produisent, et très rapidement. Le crédit que certaines personnes ont pris en Conseil et les changements dans la Compagnie montrent que l'absence de JA a permis des choses qui ne seraient pas arrivées autrement. Ostervald ne sait pas à qui JA fait allusion mais cela doit être des personnes sur qui il croyait pouvoir compter. Aussi bien T[ribolet, Charles] qu'Ostervald pensent que sa présence rétablira un peu les choses. Il loue le projet de son ami de donner une théologie tirée du discours du Christ et de l'Évangile; il paraît aussi qu'il envisage un abrégé d'histoire et il espère le voir un jour. Il approuve beaucoup les abrégés et pense que c'est par là qu'il faut commencer à instruire la jeunesse. Ce sera une sorte de Medulla historiæ mais il ne conseille pas à son ami de retenir ce titre, très décrié depuis la Medulla Medullæ de Heidegger. Pour le nouvel ouvrage dont JA lui a rapporté la dédicace [Pictet, Medulla theologiæ], il est choqué de l'application qu'on a faite du passage de 1 Tm 3,15 puisque c'est plus qu'une flatterie outrée; si on avait appliqué cela au pape, les protestants l'auraient tout de suite remarqué. Ostervald pense qu'il faut que la Compagnie de Genève soit informée des lettres qu'on écrit de toute part pour décrier l'Académie et qu'elle fasse un avertissement donné dans un esprit de charité; certes le risque existe que la personne dont il s'agit reçoive des louanges au lieu d'un blâme. Puisque JA a des connaissances à Z[urich], il pourrait écrire là-bas en disant qu'il est surpris d'apprendre par des bruits publics que quelques théologiens de cette ville parlent mal de Genève, que de tels comportements ne font qu'engendrer le soupçon et qu'il n'est pas vrai qu'on ait abandonné la Confession helvétique. Ostervald a peur que tout cela ne fasse quelqu'éclat et si une telle chose arrivait il y aurait une espèce de schisme plus fâcheux que les brouilleries arrivées au moment du Consensus. Il voit une grande disposition à cela, tant à Genève qu'à B[erne] et à Zurich. Il faut que si cela arrive ce soit au moins la faute des rigides qui sont de vraies sources de division. Il voit un effet de cet esprit dans la nouvelle édition de la Bible qui s'est faite à Genève [Genève, 1712] ; on n'y a introduit que très peu de changements, en y laissant toutes les fautes qu'Ostervald avait signalées dans son mémoire; la raison de cela est que les propositions de correction venaient par le biais de JA et étaient dues au Neuchâtelois. Plus il lit la Bible plus il voit combien les éditions qu'on a sont défectueuses. Leur ami de Bâle [Samuel Werenfels] a commencé sa profession de Nouveau Tetament par une excellente harangue, De scopo doctoris christiani; il y prouve qu'il est appelé à cette charge pour former de bons ministres. Tout le monde a trouvé ce discours admirable et on en attend l'impression. Il a encore le traité de Bullinger dont Ostervald a déjà parlé à JA mais il faut absolument que le Genevois voie cette pièce; quand l'expéditeur regarde les anciennes éditions de la confession et du catéchisme de Zurich, il remarque que ces matières y sont traitées avec beaucoup de modération.

Adresse

Genève


Lieux

Émission

Neuchâtel

RĂ©ception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 4 pages

page 1

ms_fr_00489_f359r_ug64014_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00489_f359v_ug64015_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00489_f360r_ug64016_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00489_f360v_ug64017_turrettini_file.jpg

page 5

ms_fr_00489_f361r_ug64018_turrettini_file.jpg

page 6


ms_fr_00489_f361v_ug64019_turrettini_file.jpg