2 Lettres

Lettre 2230 de Samuel Turrettini à Jean-Alphonse Turrettini

Cambridge 17.10.1711 [06.10.1711 (v.s.)]

Permettez qu'avant de

Pendant son séjour à Cambridge, Turrettini a surtout vu Sike, le professeur d'hébreu, et Bentley. Il a aussi rencontré James, professeur en théologie très modéré, Covel, qui a rapporté beaucoup de manuscrits d'un voyage qu'il a fait [autrefois] à Constantinople et en Grèce, et Edwards, qui soutient les idées de Calvin sur la grâce et sur la prédestination; ce dernier a en chantier un gros ouvrage intitulé Theologia reformata. Il a vu aussi un docteur en droit qui connaît JA, Brookebanke,...

page 1

01970_2230-1-2_ug69917_turrettini_file.jpg

page 2


01971_2230-3-4_ug69918_turrettini_file.jpg

Cambridge 17.10.1711 [06.10.1711 (v.s.)]


Lettre autographe, signée, adressée. Inédite. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (Genève), 1/Gd.T.21


Permettez qu'avant de


Pendant son séjour à Cambridge, Turrettini a surtout vu Sike, le professeur d'hébreu, et Bentley. Il a aussi rencontré James, professeur en théologie très modéré, Covel, qui a rapporté beaucoup de manuscrits d'un voyage qu'il a fait [autrefois] à Constantinople et en Grèce, et Edwards, qui soutient les idées de Calvin sur la grâce et sur la prédestination; ce dernier a en chantier un gros ouvrage intitulé Theologia reformata. Il a vu aussi un docteur en droit qui connaît JA, Brookebanke, un autre qui s'appelle Davies, qui a fait imprimer divers auteurs avec des notes de divers commentateurs et de lui-même. Depuis que Turrettini est à Cambridge, Davies est devenu ecclésiastique: il a épousé la fille de l'évêque d'Ely [Moore] et a obtenu un bénéfice. Il a vu aussi assez souvent un Napolitain docteur en droit, Ferrari, très apprécié. Il a rencontré un certain nombre de fellows de différents collèges mais, comme c'était un temps de féries, la plupart étaient absents, tels Jenkins, Barnes et Laughton le bibliothécaire [John] qui a un fâcheux procès en cours avec l'évêque de Worcester [William I LLoyd] à cause d'un sermon où il aurait mal parlé de ce prélat et d'autres ecclésiastiques du diocèse et qui lui a valu la suspension de son bénéfice. Turrettini n'a pas pu assister à des exercices publics de l'Université, mise à part l'Oratio ad clerum. Wilkins, qui salue bien JA, est passé par Cambridge pour aller se faire ordonner à Ely; il repassera par Genève lors du voyage qu'il fera avec l'Anglais dont il est gouverneur. Il s'est longuement entretenu avec lui sur les différences qu'il y a entre leurs Églises; Turrettini a toujours marqué la grande vénération qu'on a pour l'Église d'Angleterre mais comme il a fallu entrer dans les détails, voilà les sentiments qu'il a exprimés: 1) sur le gouvernement de l'Église, il a dit que les réformés regardaient le gouvernement épiscopal comme très bon et très ancien et qu'ils étaient persuadés que quand on se trouve dans un pays où ce système est établi, il faut s'y soumettre. C'est pourquoi on blâme les presbytériens qui s'y opposent. En revanche, les réformés ne croient pas que ce gouvernement soit le seul possible ni le seul voulu par Jésus-Christ et ils pensent que l'Écriture ne donne pas d'indications décisives 2) sur la liturgie et les cérémonies de l'Église anglicane, il a dit que bien qu'on n'ait pas la même forme, on estime et on approuve ce qui se pratique dans cette Église, comme le montrent aussi les dernières Prières qu'on a approuvées à Genève [Genève, 1711] qui sont assez conformes aux prières anglicanes. On admet aussi que les prières et les cérémonies puissent varier selon les lieux et les circonstances 3) sur la prédestination et la grâce, les anglicans pensent que les réformés suivent strictement les idées de Calvin. Turrettini a dit qu'en réalité ils étaient assez proches des anglicans, que les réformateurs des deux partis avaient suivi les idées d'Augustin mais qu'ensuite, des deux côtés, on avait embrassé des sentiments plus modérés. Turrettini aimerait savoir si JA approuve ce qu'il a dit sur toutes ces matières et s'il peut continuer à parler ainsi. On n'a pas du tout entendu parler ici de l'ordre de l'évêque de Londres [Henry Compton] contre les livres des remontrants. Depuis quelques temps, il n'y a pas d'impression considérable en Angleterre; on imprime plutôt de petits livres et des disputes. Hoadley a écrit contre l'obéissance passive [Serious Advice] et plusieurs personnes l'ont réfuté. L'année dernière, on a publié 10 volumes de Sermons de Beveridge et depuis peu on a publié 4 volumes d'analyse de sermons qu'on a trouvés dans les papiers du défunt [Thesaurus (?)]. On a aussi imprimé, du même auteur, une exposition des articles de la confession anglicane. Le docteur Grabe a fait imprimer à Oxford une version des LXX sur le fameux ma"nuscrit d'Alexandrie [Vetus Testamentum, Oxonii, 1707-1709]. Ici, on a achevé d'imprimer un Horace dû aux soins de Bentley [Cantabrigiæ, 1711]. Il y a un livre qui fait grand bruit; c'est celui que Whiston, anciennement professeur ici de mathématiques, a fait imprimer en faveur de l'arianisme. Il s'agit de l'Historical Preface to primitive Christianity et paraîtra bientôt l'ouvrage dont celui-ci est la préface. Son but est de ressusciter l'arianisme. Dans la préface, Whiston a insinué que [Pierre I] Allix, avec qui il avait parlé autrefois, était du même avis. Celui-ci a donc publié un petit livre [Remarks] contre cette préface, suivi d'une réponse [A Reply] de la part de Whiston. Celui-ci se fonde, pour appuyer ses idées, sur les Pères des trois premiers siècles qu'il estime avoir été dans les idées d'Arius; il se fie, entre autres, aux Constitutions apostoliques et il a trouvé, à la bibliothèque d'Oxford, deux manuscrits arabes qu'il prétend être un ancien livre cité par les Pères sous le nom d'Apostolikon didaché; il leur attribue une autorité égale à celle du Nouveau Testament. Grabe a publié un petit livre [An Essay] sur ces deux manuscrits qu'il considère comme une version pleine de fautes des Constitutions apostoliques. Whiston y a déjà répondu [Remarks]. On a réuni à Londres en 4 petits volumes les feuilles du Tatler dans lesquelles l'auteur [Steele] publiait certains jours de la semaine des réflexions morales sur divers sujets. Le même auteur donne tous les jours à Londres le Spectator, une feuille où il fait également des réflexions morales. Turrettini y a lu récemment d'excellentes choses sur le zèle persécuteur.

Adresse

Genève


Lieux

Émission

Cambridge

Réception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

page 1

01970_2230-1-2_ug69917_turrettini_file.jpg

page 2


01971_2230-3-4_ug69918_turrettini_file.jpg