28 Lettres

Lettre 2230 de Samuel Turrettini Ă  Jean-Alphonse Turrettini

Cambridge 17.10.1711 [06.10.1711 (v.s.)]

Permettez qu'avant de

Pendant son séjour à Cambridge, Turrettini a surtout vu Sike, le professeur d'hébreu, et Bentley. Il a aussi rencontré James, professeur en théologie trÚs modéré, Covel, qui a rapporté beaucoup de manuscrits d'un voyage qu'il a fait [autrefois] à Constantinople et en GrÚce, et Edwards, qui soutient les idées de Calvin sur la grùce et sur la prédestination; ce dernier a en chantier un gros ouvrage intitulé Theologia reformata. Il a vu aussi un docteur en droit qui connaßt JA, Brookebanke,...

page 1

01970_2230-1-2_ug69917_turrettini_file.jpg

page 2


01971_2230-3-4_ug69918_turrettini_file.jpg

Cambridge 17.10.1711 [06.10.1711 (v.s.)]


Lettre autographe, signée, adressée. Inédite. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (GenĂšve), 1/Gd.T.21


Permettez qu'avant de


Pendant son sĂ©jour Ă  Cambridge, Turrettini a surtout vu Sike, le professeur d'hĂ©breu, et Bentley. Il a aussi rencontrĂ© James, professeur en thĂ©ologie trĂšs modĂ©rĂ©, Covel, qui a rapportĂ© beaucoup de manuscrits d'un voyage qu'il a fait [autrefois] Ă  Constantinople et en GrĂšce, et Edwards, qui soutient les idĂ©es de Calvin sur la grĂące et sur la prĂ©destination; ce dernier a en chantier un gros ouvrage intitulĂ© Theologia reformata. Il a vu aussi un docteur en droit qui connaĂźt JA, Brookebanke, un autre qui s'appelle Davies, qui a fait imprimer divers auteurs avec des notes de divers commentateurs et de lui-mĂȘme. Depuis que Turrettini est Ă  Cambridge, Davies est devenu ecclĂ©siastique: il a Ă©pousĂ© la fille de l'Ă©vĂȘque d'Ely [Moore] et a obtenu un bĂ©nĂ©fice. Il a vu aussi assez souvent un Napolitain docteur en droit, Ferrari, trĂšs apprĂ©ciĂ©. Il a rencontrĂ© un certain nombre de fellows de diffĂ©rents collĂšges mais, comme c'Ă©tait un temps de fĂ©ries, la plupart Ă©taient absents, tels Jenkins, Barnes et Laughton le bibliothĂ©caire [John] qui a un fĂącheux procĂšs en cours avec l'Ă©vĂȘque de Worcester [William I LLoyd] Ă  cause d'un sermon oĂč il aurait mal parlĂ© de ce prĂ©lat et d'autres ecclĂ©siastiques du diocĂšse et qui lui a valu la suspension de son bĂ©nĂ©fice. Turrettini n'a pas pu assister Ă  des exercices publics de l'UniversitĂ©, mise Ă  part l'Oratio ad clerum. Wilkins, qui salue bien JA, est passĂ© par Cambridge pour aller se faire ordonner Ă  Ely; il repassera par GenĂšve lors du voyage qu'il fera avec l'Anglais dont il est gouverneur. Il s'est longuement entretenu avec lui sur les diffĂ©rences qu'il y a entre leurs Églises; Turrettini a toujours marquĂ© la grande vĂ©nĂ©ration qu'on a pour l'Église d'Angleterre mais comme il a fallu entrer dans les dĂ©tails, voilĂ  les sentiments qu'il a exprimĂ©s: 1) sur le gouvernement de l'Église, il a dit que les rĂ©formĂ©s regardaient le gouvernement Ă©piscopal comme trĂšs bon et trĂšs ancien et qu'ils Ă©taient persuadĂ©s que quand on se trouve dans un pays oĂč ce systĂšme est Ă©tabli, il faut s'y soumettre. C'est pourquoi on blĂąme les presbytĂ©riens qui s'y opposent. En revanche, les rĂ©formĂ©s ne croient pas que ce gouvernement soit le seul possible ni le seul voulu par JĂ©sus-Christ et ils pensent que l'Écriture ne donne pas d'indications dĂ©cisives 2) sur la liturgie et les cĂ©rĂ©monies de l'Église anglicane, il a dit que bien qu'on n'ait pas la mĂȘme forme, on estime et on approuve ce qui se pratique dans cette Église, comme le montrent aussi les derniĂšres PriĂšres qu'on a approuvĂ©es Ă  GenĂšve [GenĂšve, 1711] qui sont assez conformes aux priĂšres anglicanes. On admet aussi que les priĂšres et les cĂ©rĂ©monies puissent varier selon les lieux et les circonstances 3) sur la prĂ©destination et la grĂące, les anglicans pensent que les rĂ©formĂ©s suivent strictement les idĂ©es de Calvin. Turrettini a dit qu'en rĂ©alitĂ© ils Ă©taient assez proches des anglicans, que les rĂ©formateurs des deux partis avaient suivi les idĂ©es d'Augustin mais qu'ensuite, des deux cĂŽtĂ©s, on avait embrassĂ© des sentiments plus modĂ©rĂ©s. Turrettini aimerait savoir si JA approuve ce qu'il a dit sur toutes ces matiĂšres et s'il peut continuer Ă  parler ainsi. On n'a pas du tout entendu parler ici de l'ordre de l'Ă©vĂȘque de Londres [Henry Compton] contre les livres des remontrants. Depuis quelques temps, il n'y a pas d'impression considĂ©rable en Angleterre; on imprime plutĂŽt de petits livres et des disputes. Hoadley a Ă©crit contre l'obĂ©issance passive [Serious Advice] et plusieurs personnes l'ont rĂ©futĂ©. L'annĂ©e derniĂšre, on a publiĂ© 10 volumes de Sermons de Beveridge et depuis peu on a publiĂ© 4 volumes d'analyse de sermons qu'on a trouvĂ©s dans les papiers du dĂ©funt [Thesaurus (?)]. On a aussi imprimĂ©, du mĂȘme auteur, une exposition des articles de la confession anglicane. Le docteur Grabe a fait imprimer Ă  Oxford une version des LXX sur le fameux ma"nuscrit d'Alexandrie [Vetus Testamentum, Oxonii, 1707-1709]. Ici, on a achevĂ© d'imprimer un Horace dĂ» aux soins de Bentley [CantabrigiĂŠ, 1711]. Il y a un livre qui fait grand bruit; c'est celui que Whiston, anciennement professeur ici de mathĂ©matiques, a fait imprimer en faveur de l'arianisme. Il s'agit de l'Historical Preface to primitive Christianity et paraĂźtra bientĂŽt l'ouvrage dont celui-ci est la prĂ©face. Son but est de ressusciter l'arianisme. Dans la prĂ©face, Whiston a insinuĂ© que [Pierre I] Allix, avec qui il avait parlĂ© autrefois, Ă©tait du mĂȘme avis. Celui-ci a donc publiĂ© un petit livre [Remarks] contre cette prĂ©face, suivi d'une rĂ©ponse [A Reply] de la part de Whiston. Celui-ci se fonde, pour appuyer ses idĂ©es, sur les PĂšres des trois premiers siĂšcles qu'il estime avoir Ă©tĂ© dans les idĂ©es d'Arius; il se fie, entre autres, aux Constitutions apostoliques et il a trouvĂ©, Ă  la bibliothĂšque d'Oxford, deux manuscrits arabes qu'il prĂ©tend ĂȘtre un ancien livre citĂ© par les PĂšres sous le nom d'Apostolikon didachĂ©; il leur attribue une autoritĂ© Ă©gale Ă  celle du Nouveau Testament. Grabe a publiĂ© un petit livre [An Essay] sur ces deux manuscrits qu'il considĂšre comme une version pleine de fautes des Constitutions apostoliques. Whiston y a dĂ©jĂ  rĂ©pondu [Remarks]. On a rĂ©uni Ă  Londres en 4 petits volumes les feuilles du Tatler dans lesquelles l'auteur [Steele] publiait certains jours de la semaine des rĂ©flexions morales sur divers sujets. Le mĂȘme auteur donne tous les jours Ă  Londres le Spectator, une feuille oĂč il fait Ă©galement des rĂ©flexions morales. Turrettini y a lu rĂ©cemment d'excellentes choses sur le zĂšle persĂ©cuteur.

Adresse

GenĂšve


Lieux

Émission

Cambridge

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

page 1

01970_2230-1-2_ug69917_turrettini_file.jpg

page 2


01971_2230-3-4_ug69918_turrettini_file.jpg