57 Lettres

Lettre 2218 de Samuel Turrettini Ă  Jean-Alphonse Turrettini

La Haye 17.08.1711 [17.08.]

J'ai recû les Harangues

Turrettini, qui a reçu par [Madeleine] Mollet les exemplaires de la harangue de JA [De adulterati christianismi], se joint aux proposants pour le remercier de l'honneur qu'il leur a fait en la leur dĂ©diant. Il l'a lue avec un trĂšs grand intĂ©rĂȘt; JA y expose de façon trĂšs claire tout ce qui a contribuĂ© Ă  dĂ©figurer le christianisme et les remĂšdes pour pallier cette situation. Se trouvant Ă  Amsterdam au moment de l'arrivĂ©e de Mademoiselle Mollet, il a pu remettre un exemplaire de la harangue...

page 1

01998_2218-1-2_ug69904_turrettini_file.jpg

page 2


01999_2218-3-4_ug69905_turrettini_file.jpg

La Haye 17.08.1711 [17.08.]


Lettre autographe, signée, adressée. Inédite. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (GenĂšve), 1/Gd.T.21


J'ai recû les Harangues


Turrettini, qui a reçu par [Madeleine] Mollet les exemplaires de la harangue de JA [De adulterati christianismi], se joint aux proposants pour le remercier de l'honneur qu'il leur a fait en la leur dĂ©diant. Il l'a lue avec un trĂšs grand intĂ©rĂȘt; JA y expose de façon trĂšs claire tout ce qui a contribuĂ© Ă  dĂ©figurer le christianisme et les remĂšdes pour pallier cette situation. Se trouvant Ă  Amsterdam au moment de l'arrivĂ©e de Mademoiselle Mollet, il a pu remettre un exemplaire de la harangue Ă  L[e] C[lerc, Jean] ; il a donnĂ© l'autre Ă  [Jacques] Bernard en passant par Leyde. Il n'a en revanche pas reçu par Mademoiselle Mollet le sermon [Werenfels, Sermon sur 1 Cor.Vi.20] et les PriĂšres [GenĂšve, 1711] dont JA lui parle dans sa lettre. Il se peut que celui-ci les ait donnĂ©s Ă  [AndrĂ© (?)] Gallatin qu'on attend d'un jour Ă  l'autre Ă  Amsterdam. [AndrĂ©] Mollet, qui a prĂ©cĂ©dĂ© sa femme, oblige [Jean] de La CorbiĂšre et Turrettini Ă  partir pour l'Angleterre. Cela abrĂšge le sĂ©jour hollandais de Turrettini, qui ne pourra pas visiter comme il l'aurait voulu Rotterdam et Utrecht. Il faudra remettre cela au retour d'Angleterre. Amiot pourra transmettre dans ce pays-lĂ  les lettres de recommandation que JA a faites pour Turrettini si elles arrivent aprĂšs son dĂ©part. La semaine derniĂšre, il a fait un tour Ă  Utrecht mais beaucoup d'enseignants Ă©taient absents, pour cause de fĂ©ries. Il y a trois professeurs de thĂ©ologie, Leydekker, [Heinrich] Pontanus et RoĂ«ll, ce dernier Ă©tant trĂšs mal vu par les autres Ă  cause des sentiments particuliers qu'il a sur la gĂ©nĂ©ration Ă©ternelle, sur l'usage de la raison et sur la justification. [Johannes van] Marck lui a dit une fois qu'il Ă©tait un sabellien, un arien, un trithĂ©iste, comme si toutes ces hĂ©rĂ©sies pouvaient se loger dans un seul cerveau. Il a ajoutĂ© qu'il regrettait que les synodes flamands, qui en ont condamnĂ© la doctrine et obligent les proposants Ă  protester contre ses doctrines s'ils veulent ĂȘtre reçus, n'aient pas le pouvoir de destituer un professeur. RoĂ«ll est en revanche fortement soutenu par le Magistrat qui a dĂ©fendu publiquement d'engager des disputes contre lui. Reeland est professeur de langues orientales et content de l'ĂȘtre; il lui a en effet dit qu'il y avait moins de disputes qu'en thĂ©ologie. Il lui est apparu comme un homme trĂšs doux et modĂ©rĂ©. En philosophie, il y a Luytz, qui est aristotĂ©licien, et Serrurier, qui est cartĂ©sien. Le cĂ©lĂšbre [Pieter] Burman, qu'il n'a pas vu, est en belles-lettres; il paraĂźt que le procĂšs que L[e] C[lerc] lui avait fait n'est pas encore fini. Turrettini a vu les deux ministres de l'Église française, [David] Martin, grand orthodoxe, et [ThĂ©ophile] Arbussi, orthodoxe et coccĂ©ien. Le premier semble trĂšs satisfait de ses ouvrages et lui a posĂ© des questions sur l'orthodoxie de GenĂšve, comme l'avait fait Pontanus aussi. Ils ont tĂ©moignĂ© ĂȘtre fort suspicieux sur l'orthodoxie de JA lui-mĂȘme. [CoĂŒet] Vivier, qui vient de lui rendre visite, lui a fait part de ses soupçons et lui a dĂ©bitĂ© une partie de son cours de thĂ©ologie. À lui et aux autres, Turrettini a donnĂ© la rĂ©ponse que JA lui avait suggĂ©rĂ©e. On imprime Ă  Rotterdam les AntiquĂŠ Lectiones de Canisius dont JA lui parle dans sa lettre. On rĂ©imprime Ă  Utrecht les Ɠuvres de Bochart [Opera omnia] et, dans la mĂȘme ville, Reeland fait une nouvelle Ă©dition de ses Antiquitates sacrĂŠ [Ultrajecti, 1712]. À Amsterdam, on rĂ©imprime l'Ars critica de Le Clerc avec des additions considĂ©rables [AmstelĂŠdami, 1712] ; on a fait aussi une nouvelle Ă©dition des Sentiments de quelques thĂ©ologiens de Hollande [Amsterdam, 1711]. On imprime depuis peu une vie de Le Clerc Ă  joindre Ă  ses ouvrages philosophiques; on fait une nouvelle Ă©dition [Amsterdam, 1712] de la version du Droit de la nature et des gens [de Pufendorf] de Barbeyrac, avec quelques changements et additions dans les remarques. On imprime des Sermons de Bertheau, ministre Ă  Londres. On vient d'achever Ă  Amsterdam, chez les Wettstein, une belle Ă©dition du Nouveau Testament avec des variantes [Novum Testamentum, AmstelĂŠdami, 1711]. Bernard, Ă  qui Turrettini a dit combien JA regrettait sa dĂ©cision d'abandonner les Nouvelles, a rĂ©pondu qu'il se pouvait, suivant les circonstances, qu'il les reprisse mais sous une forme moins Ă©tendue. [Jacques (?)] De Julien et [Daniel] Brunier saluent JA.

Adresse

GenĂšve


Lieux

Émission

La Haye

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

page 1

01998_2218-1-2_ug69904_turrettini_file.jpg

page 2


01999_2218-3-4_ug69905_turrettini_file.jpg