181 Lettres

Lettre 2218 de Samuel Turrettini Ă  Jean-Alphonse Turrettini

La Haye 17.08.1711 [17.08.]

J'ai recû les Harangues

Turrettini, qui a reçu par [Madeleine] Mollet les exemplaires de la harangue de JA [De adulterati christianismi], se joint aux proposants pour le remercier de l'honneur qu'il leur a fait en la leur dédiant. Il l'a lue avec un très grand intérêt; JA y expose de façon très claire tout ce qui a contribué à défigurer le christianisme et les remèdes pour pallier cette situation. Se trouvant à Amsterdam au moment de l'arrivée de Mademoiselle Mollet, il a pu remettre un exemplaire de la harangue...

page 1

01998_2218-1-2_ug69904_turrettini_file.jpg

page 2


01999_2218-3-4_ug69905_turrettini_file.jpg

La Haye 17.08.1711 [17.08.]


Lettre autographe, signée, adressée. Inédite. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (Genève), 1/Gd.T.21


J'ai recû les Harangues


Turrettini, qui a reçu par [Madeleine] Mollet les exemplaires de la harangue de JA [De adulterati christianismi], se joint aux proposants pour le remercier de l'honneur qu'il leur a fait en la leur dédiant. Il l'a lue avec un très grand intérêt; JA y expose de façon très claire tout ce qui a contribué à défigurer le christianisme et les remèdes pour pallier cette situation. Se trouvant à Amsterdam au moment de l'arrivée de Mademoiselle Mollet, il a pu remettre un exemplaire de la harangue à L[e] C[lerc, Jean] ; il a donné l'autre à [Jacques] Bernard en passant par Leyde. Il n'a en revanche pas reçu par Mademoiselle Mollet le sermon [Werenfels, Sermon sur 1 Cor.Vi.20] et les Prières [Genève, 1711] dont JA lui parle dans sa lettre. Il se peut que celui-ci les ait donnés à [André (?)] Gallatin qu'on attend d'un jour à l'autre à Amsterdam. [André] Mollet, qui a précédé sa femme, oblige [Jean] de La Corbière et Turrettini à partir pour l'Angleterre. Cela abrège le séjour hollandais de Turrettini, qui ne pourra pas visiter comme il l'aurait voulu Rotterdam et Utrecht. Il faudra remettre cela au retour d'Angleterre. Amiot pourra transmettre dans ce pays-là les lettres de recommandation que JA a faites pour Turrettini si elles arrivent après son départ. La semaine dernière, il a fait un tour à Utrecht mais beaucoup d'enseignants étaient absents, pour cause de féries. Il y a trois professeurs de théologie, Leydekker, [Heinrich] Pontanus et Roëll, ce dernier étant très mal vu par les autres à cause des sentiments particuliers qu'il a sur la génération éternelle, sur l'usage de la raison et sur la justification. [Johannes van] Marck lui a dit une fois qu'il était un sabellien, un arien, un trithéiste, comme si toutes ces hérésies pouvaient se loger dans un seul cerveau. Il a ajouté qu'il regrettait que les synodes flamands, qui en ont condamné la doctrine et obligent les proposants à protester contre ses doctrines s'ils veulent être reçus, n'aient pas le pouvoir de destituer un professeur. Roëll est en revanche fortement soutenu par le Magistrat qui a défendu publiquement d'engager des disputes contre lui. Reeland est professeur de langues orientales et content de l'être; il lui a en effet dit qu'il y avait moins de disputes qu'en théologie. Il lui est apparu comme un homme très doux et modéré. En philosophie, il y a Luytz, qui est aristotélicien, et Serrurier, qui est cartésien. Le célèbre [Pieter] Burman, qu'il n'a pas vu, est en belles-lettres; il paraît que le procès que L[e] C[lerc] lui avait fait n'est pas encore fini. Turrettini a vu les deux ministres de l'Église française, [David] Martin, grand orthodoxe, et [Théophile] Arbussi, orthodoxe et coccéien. Le premier semble très satisfait de ses ouvrages et lui a posé des questions sur l'orthodoxie de Genève, comme l'avait fait Pontanus aussi. Ils ont témoigné être fort suspicieux sur l'orthodoxie de JA lui-même. [Coüet] Vivier, qui vient de lui rendre visite, lui a fait part de ses soupçons et lui a débité une partie de son cours de théologie. À lui et aux autres, Turrettini a donné la réponse que JA lui avait suggérée. On imprime à Rotterdam les Antiquæ Lectiones de Canisius dont JA lui parle dans sa lettre. On réimprime à Utrecht les œuvres de Bochart [Opera omnia] et, dans la même ville, Reeland fait une nouvelle édition de ses Antiquitates sacræ [Ultrajecti, 1712]. À Amsterdam, on réimprime l'Ars critica de Le Clerc avec des additions considérables [Amstelædami, 1712] ; on a fait aussi une nouvelle édition des Sentiments de quelques théologiens de Hollande [Amsterdam, 1711]. On imprime depuis peu une vie de Le Clerc à joindre à ses ouvrages philosophiques; on fait une nouvelle édition [Amsterdam, 1712] de la version du Droit de la nature et des gens [de Pufendorf] de Barbeyrac, avec quelques changements et additions dans les remarques. On imprime des Sermons de Bertheau, ministre à Londres. On vient d'achever à Amsterdam, chez les Wettstein, une belle édition du Nouveau Testament avec des variantes [Novum Testamentum, Amstelædami, 1711]. Bernard, à qui Turrettini a dit combien JA regrettait sa décision d'abandonner les Nouvelles, a répondu qu'il se pouvait, suivant les circonstances, qu'il les reprisse mais sous une forme moins étendue. [Jacques (?)] De Julien et [Daniel] Brunier saluent JA.

Adresse

Genève


Lieux

Émission

La Haye

RĂ©ception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

page 1

01998_2218-1-2_ug69904_turrettini_file.jpg

page 2


01999_2218-3-4_ug69905_turrettini_file.jpg