57 Lettres

Lettre 2217 de Jean I Barbeyrac à Jean-Alphonse Turrettini

Lausanne 14.08.1711

Je¬†suis¬†f√Ęch√©...¬†que¬†vous¬†n'aiyez

En quittant Gen√®ve, Barbeyrac a laiss√© une lettre pour JA et il est navr√© d'apprendre que celui-ci l'a re√ßue tr√®s tard √† cause de la n√©gligeance de [Jean (?)] Sellon. Il serait souhaitable pour sa sant√© que JA demeur√Ęt le plus longtemps possible √† la campagne o√Ļ l'air est meilleur. La sant√© d'[Albert] Roy, qui est parmi eux en ce moment, est tr√®s atteinte, le mal √©tant du reste aggrav√© par une m√©lancolie qui l'enferme √† la maison. On perdrait beaucoup s'il venait √† manquer. Barbeyrac remercie JA...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00484_f118r_ug60489_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00484_f118v_ug60490_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00484_f119r_ug60491_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00484_f119v_ug60492_turrettini_file.jpg

Lettre 2217 de Jean I Barbeyrac à Jean-Alphonse Turrettini

Lausanne 14.08.1711


Lettre autographe, signée, adressée. (F)
Bibliothèque de Genève, Ms fr 484 (f.118-119)

Extraits dans Meylan, Barbeyrac, p.90, 91, 92-93


Je¬†suis¬†f√Ęch√©...¬†que¬†vous¬†n'aiyez


En quittant Gen√®ve, Barbeyrac a laiss√© une lettre pour JA et il est navr√© d'apprendre que celui-ci l'a re√ßue tr√®s tard √† cause de la n√©gligeance de [Jean (?)] Sellon. Il serait souhaitable pour sa sant√© que JA demeur√Ęt le plus longtemps possible √† la campagne o√Ļ l'air est meilleur. La sant√© d'[Albert] Roy, qui est parmi eux en ce moment, est tr√®s atteinte, le mal √©tant du reste aggrav√© par une m√©lancolie qui l'enferme √† la maison. On perdrait beaucoup s'il venait √† manquer. Barbeyrac remercie JA des bons conseils qu'il lui a donn√©s; avant m√™me de recevoir sa lettre, il avait d√©cid√© d'arr√™ter la fr√©quentation d'une Soci√©t√© o√Ļ, √† c√īt√© de gens tr√®s honn√™tes, il y en avait d'autres dont il se m√©fiait; on y parle souvent de th√©ologie puisqu'on fait, tour √† tour, la paraphrase d'un chap√ģtre. Il est donc judicieux qu'il s'en retire doucement, sous pr√©texte de ses occupations, de fa√ßon qu'on n'alerte pas Berne en disant qu'il se m√™le de th√©ologie. Sa libert√© ne consiste d'ordinaire que dans le privil√®ge naturel que chacun a de penser pour soi ce que bon lui semble, contre les pr√©somptions d'infaillibilit√© qu'ont certains qui veulent dominer les consciences. Barbeyrac recevra avec plaisir l'oraison de JA sur les jeux s√©culiers [De ludis s√¶cularibus]. Quant √† la plaisante √©quivoque relative √† JA, il a demand√© au bailli d'Aubonne [Johann Rudolf Tillier] si elle √©tait vraie et en a re√ßu une r√©ponse positive, bien que pas tr√®s pr√©cise, le monsieur en question en ayant un souvenir indistinct. [David] Constant vient de lui raconter que JA lui a √©crit au sujet des lettres de Bayle, en lui disant aussi qu'il avait entendu dire qu'on trouvait √† redire concernant ses derni√®res th√®ses [Cogitationes]. Barbeyrac a √©crit des choses √† JA √† ce sujet mais il serait f√Ęch√© que Constant le s√Ľt. Il semble du reste que celui-ci ait dit √† Gen√®ve √† l'auberge que [B√©n√©dict] Pictet et lui avaient discut√© des th√®ses de JA et g√©mi (soit lui, soit Pictet, soit les deux) qu'on ose professer publiquement √† Gen√®ve des opinions pareilles. Ce Constant est, par ailleurs, un bon homme, en priv√© pas tr√®s z√©l√© pour les questions d'orthodoxie, comme il l'a montr√© une fois en disant √† Barbeyrac que si cela ne tenait qu'√† lui, il choisirait [Gabriel] Bergier pour la chaire de th√©ologie, m√™me s'il est soup√ßonn√© d'arminianisme et √† cause de cela ne serai jamais nomm√©, au moins tant qu'[Elisaeus¬†I] Malacrida et [Johann Rudolf] Rudolf vivraient. Il termina du reste son discours en affirmant qu'il ne disait pas tout ce qu'il pensait et que ceux qui voulaient emp√™cher les √©tudiants de lire les h√©r√©tiques avaient tort. Barbeyrac donne par la suite des nouvelles litt√©raires: le commentaire de Limborch sur les Actes, les Romains et les H√©breux para√ģt in-folio comme la th√©ologie; il y a une nouvelle √©dition augment√©e de quelques pi√®ces de l'Ars critica de Le Clerc [Amstel√¶dami, 1712] ; on a aussi fait une nouvelle √©dition d'Epict√®te et de C√®bes [Trajecti Batavorum, 1711] ; Le Clerc soutient que sa vie lui a √©t√© envoy√©e de Gen√®ve; Hemsterhuis pr√©pare une nouvelle √©dition de Jamblique; on attend une Histoire de France de Daniel [Paris, 1713] ; il semble que [Jacques] Saurin veuille donner une logique et une rh√©torique; on ne sait pas si [Jacques] Bernard continuera la publication des Nouvelles; on imprime en Hollande tout ce qu'on a pu trouver de vers de [Jean-Baptiste] Rousseau; la derni√®re √©dition de la biblioth√®que latine de Fabricius est celle de Hambourg de 1708; pour la biblioth√®que grecque, il n'y a d'imprim√© que le premier volume, qui risque de rester le seul, l'auteur √©tant actuellement occup√© √† une nouvelle √©dition de Sextus Empiricus.

Adresse

Genève


Lieux

√Čmission

Lausanne

Réception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00484_f118r_ug60489_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00484_f118v_ug60490_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00484_f119r_ug60491_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00484_f119v_ug60492_turrettini_file.jpg