46 Lettres

Lettre 2187 de Samuel Turrettini Ă  Jean-Alphonse Turrettini

Amsterdam 04.06.1711

Agréez qu'avant que de

Avant de quitter Amsterdam, où il a résidé trois semaines environ, Turrettini fait le détail à JA des savants qu'il y a rencontrés. Il commence par les cinq ministres wallons, bien qu'ils ne soient pas les plus habiles: il s'agit de [Nicolas I] Colvius, [Pierre] Isarn, Boddens, [Nicolas II] Colvius et Clermont. Ce dernier, qui a une grande réputation, est un coccéien convaincu; pour donner la preuve de son habileté, il a fait récemment cinq longs sermons sur le caillou blanc de l'Apocalypse. Tou...

+ 1 pages

page 1

01956_2187-1_ug69875_turrettini_file.jpg

page 2


01957_2187-2-3_ug69876_turrettini_file.jpg

page 3

01958_2187-4_ug69877_turrettini_file.jpg

Amsterdam 04.06.1711


Lettre autographe, signée. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (Genève), 1/Gd.T.21

Budé, Lettres, III, p.356-359. Omissions.


Agréez qu'avant que de


Avant de quitter Amsterdam, où il a résidé trois semaines environ, Turrettini fait le détail à JA des savants qu'il y a rencontrés. Il commence par les cinq ministres wallons, bien qu'ils ne soient pas les plus habiles: il s'agit de [Nicolas I] Colvius, [Pierre] Isarn, Boddens, [Nicolas II] Colvius et Clermont. Ce dernier, qui a une grande réputation, est un coccéien convaincu; pour donner la preuve de son habileté, il a fait récemment cinq longs sermons sur le caillou blanc de l'Apocalypse. Tous ces messieurs sont très zélés pour l'orthodoxie. Il en a eu la preuve avec Boddens. La première fois qu'il l'a rencontré, celui-ci a commencé à se plaindre du peu d'orthodoxie de Genève et a demandé s'il était vrai qu'on fût tous arminiens là-bas, que JA le fût et que l'expéditeur lui-même le fût. Turrettini était un peu gêné par ce début si peu civilisé et a répondu de son mieux, après quoi Boddens lui a fait toutes les civilités wallonnes d'usage, en lui offrant pipe, tabac, vin, thé etc. Il lui a aussi demandé de choisir un jour de la semaine pour proposer, étant impossible de le faire dans les jours ordinaires, Turrettini n'ayant pas encore été reçu. Il a d'abord hésité, craignant de ne pas paraître assez pur devant des docteurs wallons qui regardent comme hérétiques tous ceux qui pressent un peu la nécessité des bonnes œuvres. Il a néanmoins fini par accepter et a proposé il y a quinze jours environ, dans la grande église qui est sous la direction des wallons, sur Rm 12,2. Les ministres réfugiés de la petite église ne sont pas plus habiles que les wallons; il y en a quatre qui prêchent ordinairement, à savoir Viala, Penna, Campdoumerc, qui est le plus habile, et Brissac le fils. Il y en a deux autres, plus habiles, qui reçoivent une pension des marchands pour prêcher de temps à autre: il s'agit de [David] Durand, que JA a vu à Genève, et d'[Abraham (?)] Bilbaut. Le premier a dû comparaître au synode de La Brille à cause de certaines accusations dressées contre lui. Il avait en effet postulé pour la place laissée vacante à Rotterdam par [Jacques] Basnage, place qu'il avait déjà occupée, à la satisfaction générale, pendant l'intérim. Or on lui a préféré Frescarode qui s'est retiré après son élection. [Philippe II] Le Gendre et de la Juganière, pour remercier Durand de ses services, ont porté contre lui des accusations devant le synode. Celles de de la Juganière ne concernaient que des points de détail et d'aspect extérieur comme, par exemple, le port du chapeau, et le synode les a laissées tomber. Il s'est en revanche penché avec beaucoup d'attention sur les autres qui touchaient à des points de doctrine. On l'a notamment accusé d'avoir évité de discuter les articles qui séparent les réformés des arminiens (lui-même est soupçonné d'arminianisme) et d'avoir excessivement loué des théologiens suspects comme King, [Jean-Frédéric I] Ostervald et [Jean] Le Clerc. Dans sa réponse Durand a nié avoir loué Le Clerc en chaire et a dit que c'était à tort qu'on soupçonnait Ostervald. Le Gendre a aussi accusé Durand de trop citer les auteurs païens; cela favoriserait l'arminianisme en donnant de l'importance aux lumières naturelles. On a enfin présenté des passages de sermons soupçonnés d'arminianisme. Durand a présenté au synode une petite réponse qu'il a montrée à Turrettini et certains de ses sermons. On l'a pleinement justifié. Turrettini ne s'est pas limité à voir les ministres wallons. Il s'est surtout entretenu, à plusieurs reprises, avec L[e] C[lerc] qui l'a reçu de manière fort obligeante; ces visites ne sont pas venues à l'oreille des ministres wallons qui les auraient très mal vues. Il lui a transmis les thèses et les harangues de JA [Cogitationes et Orationes] qu'il a trouvées très bonnes. Le même jugement est partagé par Limb[orch] à qui Le Clerc avait transmis les textes avant la visite que devait lui rendre Turrettini. Le Clerc a fait imprimer le livre qu'un inconnu, qui s'est présenté sous le nom de Philalethes Cantabrigiensis, lui a porté [Emendationes, Amstelodami, 1711]: il s'agit d'une défense de Le Clerc contre ce que Bentley avait publié, sous le titre de Philalethes Lipsiensis [Emendationes, Trajecti ad Rhenum, 1710], contre l'édition de Ménandre et de Philèmone faite par Le Clerc [Menandri et Philemonis reliquiæ]. Celui-ci a ajouté une préface où il attaque Bentley et [Pieter] Burman. Le Clerc a aussi publié depuis peu l'Æschinis Socratici Dialogi avec les Sylvæ philologicæ. On a achevé d'imprimer le commentaire de Limborch sur les Actes, les Romains et les Hébreux. Ce devrait être un fort bon ouvrage. Turrettini a rendu aussi visite aux professeurs de l'École illustre d'Amsterdam, à savoir van Liben, qui est professeur de théologie, et Surenhuys qui a donné au public une belle édition de la Mishna avec les notes des rabbins. Il lui a dit qu'il était en train de préparer un ouvrage pour faire voir que les apôtres citent les passages de l'Ancien Testament de la même façon que les rabbins, ce qui fait tomber les accusations que les Juifs adressent aux chrétiens sur la manière dont l'Ancien Testament est cité dans le Nouveau Testament. Il lui a dit aussi que les curateurs de l'Université de Groningue voulaient adresser une vocation à JA pour un poste vacant de théologie mais qu'on le leur a déconseillé car JA est trop bien à Genève pour échanger son poste contre un autre. Turrettini a aussi vu d'autres personnes qui ne sont pas ecclésiastiques mais qui ont beaucoup de mérite, et notamment le médecin [Pierre] de Régis, Tronchin du Breuil, auteur de la gazette de Hollande [Gazette d'Amsterdam] et [César] Caze. Malheureusement [Pierre I] Got était à Londres avec son épouse [Sara]. Il a visité enfin Quesnel, réfugié ici depuis longtemps à cause des persécutions dont son Nouveau Testament [Paris, 1692] a fait l'objet de la part de ceux qui détestent les jansénistes et protègent les jésuites. Toutes ces visites lui ont pris beaucoup de temps et il n'en a pas eu pour lui-même. Ils partiront demain pour Leyde.

Adresse

[Genève]


Lieux

Émission

Amsterdam

RĂ©ception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

Ouvrages

Cogitationes de variis theologiæ capitibus, quas […] sub præsidio Jo. Alphonsi Turrettini […] publicè tuebitur Samuel Turrettinus Genevensis, die Martii 7a Aprilis horâ locôque solitis Commentarius in Acta Apostolorum et in Epistolas ad Romanos et ad Hebræos, De Affectibus a veri studio abducentibus oratio academica , dicta statis Academiæ Genevensis Solemnibus, die XIII Maii MDCCIX Emendationes in Menandri et Philemonis reliquias Gazette d'Amsterdam Mischna sive totius Hebræorum juris, rituum, antiquitatum, ac legum oralium systema Orationes varii argumenti Philargyrii Cantabriengensis Emendationes in Menandri et Philemonis reliquias, ex nupera editione Joannis Clerici Reliquiæ, quotquot reperiri potuerunt, Græce et Latine, cum notis Hugonis Grotii et Joh. Clerici, qui etiam novam omnium versionem adornavit, indicesque adjecit Socratici dialogi tres græce et latine, ad quos accessit quarti latinum fragmentum [...] Vertit et notis illustravit Joannes Clericus Votum pro pace Europæ, fusum statis Academiæ Genevensis solemnibus XII mai, MDCCX BIBLE (Nouveau testament) Le Nouveau Testament en françois, avec des reflexions morales sur chaque verset pour en rendre la lecture et méditation plus facile [par Pasquier Quesnel] [Tractatus] in quo, secundum veterum theologorum hebræorum formulas allegandi et modos interpretandi conciliantur loca ex Vetero in Novum Testamentum allegata ➤ Lister (13)

+ 1 pages

page 1

01956_2187-1_ug69875_turrettini_file.jpg

page 2


01957_2187-2-3_ug69876_turrettini_file.jpg

page 3

01958_2187-4_ug69877_turrettini_file.jpg