181 Lettres

Lettre 2157 de Jean I Barbeyrac Ă  Jean-Alphonse Turrettini

Lausanne 17.02.1711

Je reçus. il y a

Barbeyrac a reçu les harangues de JA qu'il lui avait demandées et l'en remercie beaucoup, même s'il a dû constater qu'en faisant le paquet on a oublié d'y joindre celle sur les jeux séculiers dont il avait vu des extraits dans les journaux. On y voit partout le même esprit et le même goût. Il remercie également JA de lui avoir transmis ses remarques sur les vers qu'il a mis dans un des sermons de Tillotson et lui signale une faute qui s'est glissée dans la traduction du IVe tome. Pour...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00484_f110r_ug60473_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00484_f110v_ug60474_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00484_f111r_ug60475_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00484_f111v_ug60476_turrettini_file.jpg

Lausanne 17.02.1711


Lettre autographe, signée, adressée. Inédite. (F)
Bibliothèque de Genève, Ms fr 484 (f.110-111)


Je reçus. il y a


Barbeyrac a reçu les harangues de JA qu'il lui avait demandées et l'en remercie beaucoup, même s'il a dû constater qu'en faisant le paquet on a oublié d'y joindre celle sur les jeux séculiers dont il avait vu des extraits dans les journaux. On y voit partout le même esprit et le même goût. Il remercie également JA de lui avoir transmis ses remarques sur les vers qu'il a mis dans un des sermons de Tillotson et lui signale une faute qui s'est glissée dans la traduction du IVe tome. Pour en revenir aux vers, ils lui sont venus alors qu'il se promenait à la campagne. Il n'en fut pas content d'abord et pensa même les supprimer, d'autant que, dans les sermons français, on n'a pas l'habitude de leur faire une place, encore moins s'ils sont tirés d'une pièce de théâtre. Il se souvient bien des vers d'[Henriette de Coligny] de La Suze mais non pas de ceux que lui signale JA et qui approchent fort du texte anglais. Si jamais on réimprime ce volume, il mettra les vers de Mademoiselle de La Suze au moins dans une note. Il rendra compte aussi des corrections que lui suggère le Genevois à propos de la traduction d'un autre passage. Il vient d'achever son oraison inaugurale portant sur l'utilité du droit et de l'histoire [De utilitate et dignitate juris] ; si le bailli [Johann Jakob Sinner] tarde trop à rentrer de Berne, on présentera Barbeyrac en son absence. Il commencera donc bientôt ses fonctions, qui ne sont pourtant pas encore réglées. [Étienne] Chauvin lui a écrit qu'il semble qu'on veuille mettre sur un bon pied la Société royale mais Barbeyrac demeure sceptique, vu la disposition du gouvernement et le fait qu'il n'y aura que Leibniz, [Johann Theodor] Jablonski et deux autres à avoir part aux émoluments. Depuis le début de l'année, Printz, ministre d'État, a été déclaré protecteur de la Société et il a assisté à une assemblée générale des membres qui la composent. Elle est divisée en quatre Classes, chacune s'assemblant une fois par mois; la première est celle des physiciens, médecins et chimistes. Celle à laquelle appartient Chauvin a un brevet qui lui attribue le droit d'examiner tous les livres de philosophie, d'anatomie etc. qui se publieront dans les États du roi.

Adresse

Genève


Lieux

Émission

Lausanne

RĂ©ception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00484_f110r_ug60473_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00484_f110v_ug60474_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00484_f111r_ug60475_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00484_f111v_ug60476_turrettini_file.jpg