6 Lettres

Lettre 2051 de Gottfried Wilhelm Leibniz Ă  Jean-Alphonse Turrettini

Hanovre 26.12.1709

je vous suis bien obligé

Leibniz remercie JA de lui avoir envoyĂ© sa belle harangue De christianĂŠ doctrinĂŠ fatis dont il a apprĂ©ciĂ© l'Ă©rudition et l'Ă©lĂ©gance. Elle lui semble trĂšs instructive et digne de quelques annotations dans une deuxiĂšme Ă©dition. Il eĂ»t Ă©tĂ© Ă  souhaiter que l'Ăąge d'argent de l'Église n'eĂ»t pas Ă©tĂ© composĂ© d'argent mĂȘlĂ© Ă  beaucoup de cuivre. JA a raison de commencer l'Ăąge de fer par le Xe siĂšcle bien que les corruptions commencent avant. S'il y avait un mĂ©tal plus vil que le fer, il...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00487_f348r_ug62597_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00487_f348v_ug62598_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00487_f349r_ug62599_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00487_f349v_ug62600_turrettini_file.jpg

Hanovre 26.12.1709


Lettre autographe, signée. (F)
BibliothÚque de GenÚve, Ms fr 487 (f.348-349)

Budé, Lettres, II, p.176-178.


je vous suis bien obligé


Leibniz remercie JA de lui avoir envoyĂ© sa belle harangue De christianĂŠ doctrinĂŠ fatis dont il a apprĂ©ciĂ© l'Ă©rudition et l'Ă©lĂ©gance. Elle lui semble trĂšs instructive et digne de quelques annotations dans une deuxiĂšme Ă©dition. Il eĂ»t Ă©tĂ© Ă  souhaiter que l'Ăąge d'argent de l'Église n'eĂ»t pas Ă©tĂ© composĂ© d'argent mĂȘlĂ© Ă  beaucoup de cuivre. JA a raison de commencer l'Ăąge de fer par le Xe siĂšcle bien que les corruptions commencent avant. S'il y avait un mĂ©tal plus vil que le fer, il faudrait qu'il dĂ©signe le XIIIe siĂšcle quand les ordres mendiants se mirent sur les rangs avec les scolastiques. Ce fut alors que la transsubstantiation fut Ă©tablie et toujours Ă  la mĂȘme Ă©poque que l'autoritĂ© des papes arriva Ă  son comble, Ă  cause de la dĂ©cadence de l'Empire. Il est vrai que le pape Nicolas I Ă  Ă©tĂ© le prĂ©curseur de Hildebrand [GrĂ©goire VII] mais ni l'un ni l'autre n'approchaient de ce que pouvait un Innocent III ou un Innocent IV. En effet les papes du temps de Nicolas I ne s'appelaient jamais vicaires de Dieu mais seulement vicaires de saint Pierre. Leibniz approuve entiĂšrement ce que JA dit Ă  la fin au sujet de l'espĂ©rance de temps meilleurs. Si les puissances protestantes avaient autant d'intĂ©rĂȘt pour les Églises rĂ©formĂ©es que l'Église catholique pour ses propres intĂ©rĂȘts, on pourrait profiter de la conjoncture favorable mais il semble que Dieu en ait disposĂ© diffĂ©remment et se rĂ©serve cet ouvrage. Leibniz envoie Ă  JA ses vƓux pour la nouvelle annĂ©e.

Adresse

[GenĂšve]


Lieux

Émission

Hanovre

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00487_f348r_ug62597_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00487_f348v_ug62598_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00487_f349r_ug62599_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00487_f349v_ug62600_turrettini_file.jpg