126 Lettres

Lettre 2034 de Jean Sartoris Ă  Jean-Alphonse Turrettini

[GenĂšve] av.08.11.1709 [s.d.]

Je suis tres faché

Sartoris est navrĂ© que JA ait eu une nouvelle attaque; il semble nĂ©anmoins qu'il aille Ă  prĂ©sent un peu mieux. Et voilĂ  ce qu'il en est pour l'affaire en question. Samedi ils Ă©taient chez [Jean-Antoine (?)] Fatio, selon ce qui avait Ă©tĂ© dĂ©cidĂ© le jour prĂ©cĂ©dent. Au moment du cafĂ©, [Antoine I] LĂ©ger leur fit connaĂźtre franchement la malhonnĂȘtetĂ© de ce procĂ©dĂ©; d'aprĂšs lui, c'Ă©tait une maniĂšre de chagriner non seulement lui mais aussi et surtout JA et [Étienne] Jallabert. Ensuite ils sont allĂ©s Ă ...

page 1

01320_2034-1-2_ug69724_turrettini_file.jpg

page 2


01321_2034-3-4_ug69725_turrettini_file.jpg

Lettre 2034 de Jean Sartoris Ă  Jean-Alphonse Turrettini

[GenĂšve] av.08.11.1709 [s.d.]


Lettre autographe, signée, adressée. Inédite. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (GenĂšve), 1/Gd.S.7


Je suis tres faché


Sartoris est navrĂ© que JA ait eu une nouvelle attaque; il semble nĂ©anmoins qu'il aille Ă  prĂ©sent un peu mieux. Et voilĂ  ce qu'il en est pour l'affaire en question. Samedi ils Ă©taient chez [Jean-Antoine (?)] Fatio, selon ce qui avait Ă©tĂ© dĂ©cidĂ© le jour prĂ©cĂ©dent. Au moment du cafĂ©, [Antoine I] LĂ©ger leur fit connaĂźtre franchement la malhonnĂȘtetĂ© de ce procĂ©dĂ©; d'aprĂšs lui, c'Ă©tait une maniĂšre de chagriner non seulement lui mais aussi et surtout JA et [Étienne] Jallabert. Ensuite ils sont allĂ©s Ă  la Treille voire [Antoine I] Maurice Ă  qui ils ont parlĂ© Ă  cƓur ouvert de toute l'affaire; tant mieux s'il rapporte Ă  d'autres leur conversation, cela les fera rĂ©flĂ©chir. Mardi il a vu le conseiller [Daniel (?)] Le Clerc Ă  la BibliothĂšque; il lui a recommandĂ© de dire Ă  LĂ©ger de ne pas se dĂ©courager, ce qui ferait le jeu des autres messieurs. Le Clerc lui a dit que tout devrait bien se passer pourvu que la Compagnie demande au Conseil de laisser les choses comme elles sont actuellement. Sartoris rĂ©pondit qu'il Ă©tait sĂ»r que la Compagnie prendrait ce parti parce que, si elle agissait autrement, elle se retrouverait avec un seul professeur de thĂ©ologie en cas de maladie de JA. Il a renseignĂ© LĂ©ger et [Domaine (?)] Butini sur cette conversation; ce dernier ira en Conseil avec [ÉzĂ©chiel] Gallatin. Il [Butini (?)] lui a dit hier qu'on avait dessein de retenir les parents de JA comme juges; Sartoris et LĂ©ger lui rĂ©pondirent que c'Ă©tait le mĂȘme cas que pour toutes les autres dĂ©libĂ©rations et qu'il fallait suivre la mĂȘme procĂ©dure. Pour l'affaire de LĂ©ger, qui devra ĂȘtre portĂ©e en Conseil Ă  cause des frais qu'il y aurait Ă  la suite de la vacance de la chaire de philosophie, il serait bon que, comme au mois de mai dernier, JA fĂźt une lettre sur l'Ă©tat chancelant de sa santĂ©. Il a insinuĂ© Ă  tout ceux Ă  qui il a parlĂ© ce que JA lui a marquĂ© sur Cal[andrini, BĂ©nĂ©dict] dans sa derniĂšre lettre. Mais il craint qu'il n'y ait pas assez de courageux pour ouvrir la bouche Ă  ce sujet. Et cela d'autant plus que samedi chez Fatio on s'Ă©tait plaint de ce qu'on avait voulu mettre ce monsieur en jeu il y a deux ans, ce qui le mettait maintenant dans une grande colĂšre. Enfin cette affaire devrait rĂ©ussir, Ă  moins qu'il y ait de grandes menĂ©es au Conseil.

Adresse

GenĂšve


Lieux

Émission

GenĂšve

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

page 1

01320_2034-1-2_ug69724_turrettini_file.jpg

page 2


01321_2034-3-4_ug69725_turrettini_file.jpg