285 Lettres

Lettre 2028 de Israël-Antoine Aufrère à Jean-Alphonse Turrettini

Londres 11.10.1709 [30.09.1709]

Si les glaces de l'hyver

Ce n'est que récemment qu'Aufrère a reçu et lu l'excellente pièce de JA sur la réunification des protestants [De componendis] et il l'en remercie sincèrement. Il y a reconnu l'étendue d'esprit et la force du raisonnement des autres ouvrages de JA; il trouve que la méthode proposée pour la réunification est la seule pratiquable mais il craint que les ecclésiastiques luthériens, à cause de l'aigreur qu'ils ont contre les réformés, n'y consentent pas. La réunification sera l'ouvrage du temps...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00484_f078r_ug60409_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00484_f078v_ug60410_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00484_f079r_ug60411_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00484_f079v_ug60412_turrettini_file.jpg

Londres 11.10.1709 [30.09.1709]


Lettre autographe, signée. (F)
Bibliothèque de Genève, Ms fr 484 (f.78-79)

Budé, Lettres, I, p.67-71.


Si les glaces de l'hyver


Ce n'est que récemment qu'Aufrère a reçu et lu l'excellente pièce de JA sur la réunification des protestants [De componendis] et il l'en remercie sincèrement. Il y a reconnu l'étendue d'esprit et la force du raisonnement des autres ouvrages de JA; il trouve que la méthode proposée pour la réunification est la seule pratiquable mais il craint que les ecclésiastiques luthériens, à cause de l'aigreur qu'ils ont contre les réformés, n'y consentent pas. La réunification sera l'ouvrage du temps et de la providence qui suscitera une nouvelle génération plus exempte des préjugés et moins emportée. Entre temps tout ce qu'il reste à faire aux réformés c'est d'être modestes et éloignés de la dispute. C'est dans ce dessein que La Placette vient de publier un livre sur les décrets de Dieu et la liberté de l'homme [Réponse à une objection] dans lequel il combat le dogme absurde de la prédétermination physique. Il est à espérer que tout le protestantisme s'éloignera de cette chimère qui détruit l'idée de Dieu et tout le système de la religion. La Placette pense qu'il est inutile d'écrire sur la réunification tant qu'on n'a pas abandonné ce dogme; or celui-ci reste prédominant en Hollande. Il faudrait qu'on fasse partout comme dans l'Académie de Genève qui y a complètement renoncé. Aufrère a été bien content d'apprendre de JA que celui-ci avait composé un traité de théologie naturelle; il considère cette matière, absente des lieux communs, comme l'un des sujets les plus utiles que puisse exercer un théologien et l'un des meilleurs pour former un prédicateur. Il vient de lire à ce sujet un petit livre de Clarke qui est le résultat de huit sermons prononcés en 1705 dans le cadre des Boyle Lectures [A Demonstration]. Comme l'auteur est bon géomètre, il a donné à ses arguments la solidité des démonstrations mathématiques et les a parsemés de citations de philosophes de l'antiquité païenne, qui avaient entrevu les mêmes vérités. Mais le tout est fort abrégé et il y manque la réponse aux objections, ce que, par contre, JA prévoit dans son plan. Comme JA, Aufrère aussi pense qu'on ne peut répondre à Bayle que par les principes du Genevois et que ces principes sont suffisants; du reste, les derniers écrits de Bayle, tout pernicieux qu'ils soient, peuvent avoir le seul bon effet d'inspirer la modération et prôner la tolérance aux théologiens dans des disputes sur des matières qui ne sont pas essentielles ou qui sont moins clairement révélées. Bayle ne prouve pas qu'il faille tolérer les athées mais en voulant prouver qu'on peut les tolérer, il démontre bien que les chrétiens divisés sont obligés de se tolérer. Aufrère envoie à JA le livre de Clarke.

Adresse

[Genève]


Lieux

Émission

Londres

Réception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00484_f078r_ug60409_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00484_f078v_ug60410_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00484_f079r_ug60411_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00484_f079v_ug60412_turrettini_file.jpg