63 Lettres

Lettre 1990 de Jean-Frédéric I Ostervald à Jean-Alphonse Turrettini

[Neuchâtel] 22.05.1709

Je vous écris ces

Ostervald écrit à JA au sujet de [David] Durand; son correspondant saura sûrement, par Calandrini le fils [Jean-Ferdinand (?)] qu'on lui fait des histoires en Hollande concernant sa sortie d'Espagne. Il a écrit à Ostervald qu'il avait rédigé un mémoire dans lequel il se justifiait. Le synode a chargé les Églises de Delft et de Rotterdam d'écrire à Genève et à Neuchâtel pour savoir s'il était vrai que Durand avait confessé sa faute tant en chaire qu'en particulier. Le témoignage de Genève sera pa...

+ 4 pages

page 1

ms_fr_00489_f292r_ug63880_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00489_f292v_ug63881_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00489_f293r_ug63882_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00489_f293v_ug63883_turrettini_file.jpg

page 5

ms_fr_00489_f294r_ug63884_turrettini_file.jpg

page 6


ms_fr_00489_f294v_ug63885_turrettini_file.jpg

[Neuchâtel] 22.05.1709


Lettre autographe, adressée. (F)
Bibliothèque de Genève, Ms fr 489 (f.292-294)

Extrait dans Gretillat, Ostervald, p.XXVII, n°55.


Je vous écris ces


Ostervald écrit à JA au sujet de [David] Durand; son correspondant saura sûrement, par Calandrini le fils [Jean-Ferdinand (?)] qu'on lui fait des histoires en Hollande concernant sa sortie d'Espagne. Il a écrit à Ostervald qu'il avait rédigé un mémoire dans lequel il se justifiait. Le synode a chargé les Églises de Delft et de Rotterdam d'écrire à Genève et à Neuchâtel pour savoir s'il était vrai que Durand avait confessé sa faute tant en chaire qu'en particulier. Le témoignage de Genève sera particulièrement important puisque c'est dans cette ville que le ministre s'est d'abord rendu. Quand il a été à Neuchâtel, il n'a jamais fait allusion à une éventuelle faute et Ostervald lui a offert sa chaire, comme il le fait avec les pasteurs étrangers et d'autant plus volontiers que Durand avait déjà prêché à Genève. Dans le mémoire, Durand reconnaît qu'il a eu une grande faiblesse quand il était emprisonné en Espagne puisqu'il a écrit au gouverneur de Castillon qu'il voulait retourner dans sa patrie. C'est fâcheux ce qui lui arrive, surtout qu'il s'agit d'un bon garçon, mais il aurait mieux fait de parler plus franchement. Quoi qu'il en soit, il est actuellement suspendu jusqu'au prochain synode; certes, il a dû promettre de s'en retourner en France mais, de l'autre côté, on le pousse un peu trop. Ostervald est embarrassé puisque maintenant Durand voudrait que lui et ses collègues délivrent un témoignage dans lequel ils attesteraient que le ministre a confessé sa faute à Neuchâtel, ce qui ne correspond pas du tout à la réalité. [Samuel] Werenfels est à Plombières aux eaux. [Ernst] de Metternich part cette semaine. Il y a de nombreux changements et notamment une promotion nombreuse de conseillers d'État; dans le temps, il n'y en avait que six ou sept, maintenant on en est déjà à 26. Le gendre d'Ostervald, [Jean-Henri] de Montmollin, a refusé cette dignité, de même que le major [Abram] Petitpierre; il ne peut pas lui en dire les raisons mais si JA les connaît, il ne condamnera pas ces hommes. Ostervald avait déjà fermé cette lettre quand il a reçu celle de JA avec les incluses. Il s'en remet entièrement à son ami pour ce qui est du mémoire; il est sûr qu'il n'y ajoutera rien et espère que les choses se passeront comme il le souhaite. On lui écrit de Hollande que la paix est encore loin. Ostervald s'attendait à ce que la harangue de JA De variis christianæ doctrinæ fatis soit bien reçue et traduite à Londres [An university oration]. Nicholls a raison de dire qu'on aurait besoin d'un traité sur de telles matières mais que la matière est délicate. Quant à Ostervald, il s'en tiendrait à la consultation de Cassander [De articulis religionis] avec les notes de Grotius [Annotata ad consultationem Cassandri] et quelques corrections. Il sent la difficulté et le danger qu'il y aurait à écrire sur l'ordre qu'on devrait établir dans l'Église; et c'est ce qui l'empêche de donner la suite de ses Sources de la corruption. Il se réjouit de voir la nouvelle harangue de JA [De affectibus a veri studio abducentibus]. Il est fâché qu'on veuille agréger à la Société l'homme dont JA lui parle puisque c'est quelqu'un à qui on ne peut pas se fier. Il recommandera à la première occasion en Angleterre le galérien dont JA lui envoie la lettre.

Adresse

Genève


Lieux

Émission

Neuchâtel

RĂ©ception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 4 pages

page 1

ms_fr_00489_f292r_ug63880_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00489_f292v_ug63881_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00489_f293r_ug63882_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00489_f293v_ug63883_turrettini_file.jpg

page 5

ms_fr_00489_f294r_ug63884_turrettini_file.jpg

page 6


ms_fr_00489_f294v_ug63885_turrettini_file.jpg