172 Lettres

Lettre 1974 de Hans Kaspar II Escher à Jean-Alphonse Turrettini

Zurich 22.02.1709

Je Vous suis fort

Escher remercie JA des offres généreuses que celui-ci lui a faites à l'égard du jeune homme dont le Zurichois lui avait précédemment parlé [Thomas Werdmüller] ; le problème est qu'il ne peut pas prendre lui-même une décision, devant en référer aux oncles du garçon, qui ont pour le neveu une affection tendre et par conséquent craintive. On lui a parlé d'un certain [Hugues] Romagnac, actuellement recteur [régent] mais il s'en remet au jugement de JA. Quand Escher écrivit sa dernière lettre à JA, i...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00487_f068r_ug62057_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00487_f068v_ug62058_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00487_f069r_ug62059_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00487_f069v_ug62060_turrettini_file.jpg

Zurich 22.02.1709


Lettre autographe, signée. Inédite. (F)
Bibliothèque de Genève, Ms fr 487 (f.68-69)


Je Vous suis fort


Escher remercie JA des offres généreuses que celui-ci lui a faites à l'égard du jeune homme dont le Zurichois lui avait précédemment parlé [Thomas Werdmüller] ; le problème est qu'il ne peut pas prendre lui-même une décision, devant en référer aux oncles du garçon, qui ont pour le neveu une affection tendre et par conséquent craintive. On lui a parlé d'un certain [Hugues] Romagnac, actuellement recteur [régent] mais il s'en remet au jugement de JA. Quand Escher écrivit sa dernière lettre à JA, il n'avait pas encore vu le Traité contre l'impureté d'Ostervald, bien qu'il soit censeur. Il n'imaginait donc pas qu'on pût s'opposer à l'impression, mais depuis certains des ecclésiastiques lui ont fait comprendre qu'Ostervald parlait désavantageusement de la discipline ecclésiastique en vigueur à Zurich et avançait plusieurs choses contraires au Consensus. Escher ne manquait pas d'arguments pour contrer ces affirmations et cela d'autant plus qu'il lui semblait entrevoir une certaine jalousie à l'égard de l'auteur. Pourtant plusieurs raisons l'ont fait céder: l'article de la discipline était, somme toute plausible; il n'est pas très important que l'ouvrage soit imprimé à Zurich, puisqu'il l'est ailleurs; en le faisant imprimer, on créerait des difficultés par la suite au jeune traducteur [Moratori ou Muratori], qui est un pauvre prosélyte. Il a donc suggéré que le livre soit imprimé ailleurs. Quant à son opinion personnelle, Escher a beaucoup d'estime pour Ostervald et pour son livre: il a bien montré l'incompatibilité entre l'impureté et le christianisme et a indiqué les remèdes. Mais son expérience personnelle lui fait sentir que ce qui touche le plus fortement l'âme est la piété, l'excellence de la vocation chrétienne, la grandeur de l'amour de Dieu envers l'homme pécheur et la vanité du monde; Ostervald aurait dû, peut-être, s'arrêter davantage sur cela. Son livre serait devenu alors incomparable. Il ne dit en tout cas pas cela pour rabaisser le livre ou l'auteur et il n'est de toute façon pas théologien de profession. À l'occasion de ce livre, il doit avouer qu'il s'est rendu compte qu'on ne souffre dans le pays aucune explication nouvelle de l'Écriture, aucun argument nouveau. Il lui dit tout cela en confidence. Ce que JA trouvera ci-joint a été communiqué par un professeur de théologie de Tübingen à l'un de ses amis.

Adresse

[Genève]


Lieux

Émission

Zurich

Réception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00487_f068r_ug62057_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00487_f068v_ug62058_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00487_f069r_ug62059_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00487_f069v_ug62060_turrettini_file.jpg