140 Lettres

Lettre 1917 de Samuel Werenfels Ă  Jean-Alphonse Turrettini

BĂąle 11.07.1708

Quod Agnatum meum

Werenfels remercie JA de la bienveillance dont son parent [Theodor II Falckeysen] a fait l'objet et qui est un signe de l'affection du destinataire à l'égard de l'expéditeur. Il y aurait maintenant la possibilité d'un échange avec le fils [Jean-François] de [Jean] Lenieps qui se destine au droit; si cette solution convient à son parent, il serait souhaitable que JA le recommandùt, ce dont Werenfels le remercie d'avance. Le jeune Lenieps, qui est valétudinaire, trouverait chez le parent de Werenf...

page 1

02405_1917-1-2_ug69635_turrettini_file.jpg

page 2


02406_1917-3-4_ug69636_turrettini_file.jpg

BĂąle 11.07.1708


Lettre autographe, signée, adressée. Inédite. (L)
Archives de la Fondation Turrettini (GenĂšve), 1/Gd.W.3-II


Quod Agnatum meum


Werenfels remercie JA de la bienveillance dont son parent [Theodor II Falckeysen] a fait l'objet et qui est un signe de l'affection du destinataire Ă  l'Ă©gard de l'expĂ©diteur. Il y aurait maintenant la possibilitĂ© d'un Ă©change avec le fils [Jean-François] de [Jean] Lenieps qui se destine au droit; si cette solution convient Ă  son parent, il serait souhaitable que JA le recommandĂąt, ce dont Werenfels le remercie d'avance. Le jeune Lenieps, qui est valĂ©tudinaire, trouverait chez le parent de Werenfels ce qu'il lui faut, beaucoup plus que dans d'autres maisons oĂč les soins reviennent aux domestiques. L'expĂ©diteur ne sait pas si JA a vu son Ă©crit allemand sur la paix [Allgemeine Gedancken] qui montre qu'il n'est pas du tout un ennemi de celle-ci; il n'a pourtant pas osĂ© Ă©crire en latin aprĂšs l'ouvrage si Ă©lĂ©gant de JA sur ce sujet [De componendis]. Il en a envoyĂ© des exemplaires au comte [Ernst] de Metternich. Il a rencontrĂ© [Samuel II] Haliday, de passage Ă  BĂąle, et il a Ă©tĂ© plus que jamais charmĂ© par son Ă©rudition et ses vertus. Il transcrit un passage en français d'une lettre que celui-ci lui a envoyĂ©e et oĂč il dit, Ă  propos du ministre rĂ©formĂ© de GenĂšve [?], qu'il prĂ©tend ĂȘtre un homme modĂ©rĂ© mais, qu'en rĂ©alitĂ©, il fait de Dieu l'auteur du pĂ©chĂ©. En effet il va jusqu'Ă  dire que Dieu, par sa puissance infinie, a dĂ©terminĂ© la volontĂ© d'Adam Ă  pĂ©cher et il en a fait de mĂȘme avec celle de tous les autres hommes. Mais il nie formellement que Dieu pousse la volontĂ© de l'homme Ă  une action mauvaise en tant que mauvaise. Que pense JA de cela? Un tel homme lui semble-t-il apte Ă  promouvoir la paix avec les luthĂ©riens?

Adresse

GenĂšve


Lieux

Émission

BĂąle

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

page 1

02405_1917-1-2_ug69635_turrettini_file.jpg

page 2


02406_1917-3-4_ug69636_turrettini_file.jpg