126 Lettres

Lettre 1885 de David II Ancillon Ă  Jean-Alphonse Turrettini

Berlin 28.02.1708

Que direz vous...?

Ancillon a dĂ» rentrer Ă  Berlin sans avoir eu la possibilitĂ© de passer saluer JA mais il Ă©tait chargĂ© de porter Ă  la Cour des lettres importantes, ce qui a hĂątĂ© son dĂ©part. Il a quittĂ© NeuchĂątel trĂšs satisfait du traitement reçu: non seulement il a eu des lettres de bourgeoisie mais il a Ă©tĂ© naturalisĂ© suisse, de mĂȘme que ses enfants. Le roi [Friedrich I] a dit Ă  Ancillon qu'il Ă©tait heureux de l'issue de la succession de NeuchĂątel parce qu'ainsi la religion protestante est bien assurĂ©e. On voit...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00484_f049r_ug60355_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00484_f049v_ug60356_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00484_f050r_ug60357_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00484_f050v_ug60358_turrettini_file.jpg

Berlin 28.02.1708


Lettre autographe, signée. (F)
BibliothÚque de GenÚve, Ms fr 484 (f.49-50)

Budé, Lettres, I, p.46-47.


Que direz vous...?


Ancillon a dĂ» rentrer Ă  Berlin sans avoir eu la possibilitĂ© de passer saluer JA mais il Ă©tait chargĂ© de porter Ă  la Cour des lettres importantes, ce qui a hĂątĂ© son dĂ©part. Il a quittĂ© NeuchĂątel trĂšs satisfait du traitement reçu: non seulement il a eu des lettres de bourgeoisie mais il a Ă©tĂ© naturalisĂ© suisse, de mĂȘme que ses enfants. Le roi [Friedrich I] a dit Ă  Ancillon qu'il Ă©tait heureux de l'issue de la succession de NeuchĂątel parce qu'ainsi la religion protestante est bien assurĂ©e. On voit rarement un prince si peu sensible Ă  sa propre gloire et si dĂ©vouĂ© aux intĂ©rĂȘts de la religion. Ancillon ne sait pas encore par quoi se manifestera la reconnaissance du roi pour la harangue de JA [De componendis] ; il avait proposĂ© une mĂ©daille d'or mais il craint qu'on n'ait pas suivi son avis. Il semblerait que JA se soit mariĂ©; si tel est le cas, il implore la bĂ©nĂ©diction de Dieu sur le couple. Pour ce qui est de la position d'Ancillon, maintenant qu'il est Ă  Berlin, il est sur le mĂȘme pied qu'[Isaac] Jaquelot; il est pourtant trĂšs touchĂ© des regrets manifestĂ©s par ses anciens paroissiens et il envisage de demander au roi la permission de les visiter deux ou trois fois par an. Il aimerait savoir de JA et de [Jean-Robert] Chouet ce qu'il doit faire de son fils de douze ans [Joseph (?)] ; il croit avoir remarquĂ© que Mademoiselle Le Jeune se repent de l'avoir demandĂ©. Or, si JA et Chouet trouvent qu'il a quelques talents pour l'Ă©tude, il serait disposĂ© Ă  l'envoyer Ă  NeuchĂątel pour suivre quelques temps le CollĂšge. Ancillon a pu rĂ©tablir la rĂ©putation de [Jean-FrĂ©dĂ©ric I] Ostervald auprĂšs du roi. On a vu Ă  Berlin le marquis [Jacques] de Rochegude; il a apportĂ© au roi des lettres de recommandation qui lui ont valu deux ou trois cents ducats d'or; il va partout et il reçoit partout des honneurs. Il le doit au marquis [Henri] Du Quesne, qui lui a procurĂ© une commission auprĂšs du roi de SuĂšde [Charles XII].

Adresse

[GenĂšve]


Lieux

Émission

Berlin

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00484_f049r_ug60355_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00484_f049v_ug60356_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00484_f050r_ug60357_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00484_f050v_ug60358_turrettini_file.jpg