140 Lettres

Lettre 1865 de Samuel Werenfels Ă  Jean-Alphonse Turrettini

BĂąle 26.11.1707

Habes hic litteras

JA trouvera ci-jointe la lettre de Leibniz qu'il avait eu l'amabilité d'envoyer à Werenfels pour qu'il en prßt connaissance. Werenfels lui suggÚre de suivre le conseil de Leibniz et de se mettre en contact avec Molanus. Il ne sait pas ce que Leibniz entend par l'opinion de Calvin sur la perception réelle, s'il veut dire que Calvin s'est différencié des autres réformés en utilisant des termes plus obscurs. Werenfels estime qu'il ne faut pas utiliser des termes qui offensent les luthériens. Mais d...

page 1

02393_1865-1-2_ug69611_turrettini_file.jpg

page 2


02394_1865-3-4_ug69612_turrettini_file.jpg

BĂąle 26.11.1707


Lettre autographe, signée, adressée. (L)
Archives de la Fondation Turrettini (GenĂšve), 1/Gd.W.3-II

Budé, Lettres, III, p.420-422. Traduite en français. Omissions.


Habes hic litteras


JA trouvera ci-jointe la lettre de Leibniz qu'il avait eu l'amabilitĂ© d'envoyer Ă  Werenfels pour qu'il en prĂźt connaissance. Werenfels lui suggĂšre de suivre le conseil de Leibniz et de se mettre en contact avec Molanus. Il ne sait pas ce que Leibniz entend par l'opinion de Calvin sur la perception rĂ©elle, s'il veut dire que Calvin s'est diffĂ©renciĂ© des autres rĂ©formĂ©s en utilisant des termes plus obscurs. Werenfels estime qu'il ne faut pas utiliser des termes qui offensent les luthĂ©riens. Mais dans ces choses-lĂ , il faut agir de maniĂšre franche, ce que n'a pas toujours fait Bucer qui a fait naĂźtre chez les luthĂ©riens le soupçon d'une certaine mauvaise foi des calvinistes. Werenfels considĂšre la querelle de la grĂące universelle, qui avait Ă©clatĂ© parmi les rĂ©formĂ©s en France et dans certains endroits de l'Allemagne, comme une pure querelle de mots mais il ne pense pas qu'on puisse en dire autant du conflit qui oppose, sur ce mĂȘme sujet, calvinistes et luthĂ©riens. La question sur laquelle ils n'arrivent pas Ă  se mettre d'accord est de savoir si Dieu a, de toute Ă©ternitĂ©, dĂ©crĂ©tĂ© de donner a chaque homme une grĂące assez grande pour que, par son moyen, chacun puisse ĂȘtre sauvĂ© pourvu qu'il n'abandonne pas lui-mĂȘme et qu'il fasse un bon usage de cette grĂące. Il serait reconnaissant Ă  JA s'il voulait exposer clairement l'accord rĂ©el qui existe sur cette question entre ceux que les mots Ă©loignent tellement. Werenfels ne sait pas si l'Écossais [Samuel II Haliday] dont il lui avait parlĂ© il y a assez longtemps est finalement Ă  GenĂšve; dans ce cas-lĂ , il le prie de le saluer de sa part. Il ne dĂ©sire autre chose sinon que celui-ci renonce Ă  ses prĂ©jugĂ©s Ă  l'Ă©gard des Ă©piscopaliens.

Adresse

GenĂšve


Lieux

Émission

BĂąle

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

page 1

02393_1865-1-2_ug69611_turrettini_file.jpg

page 2


02394_1865-3-4_ug69612_turrettini_file.jpg