285 Lettres

Lettre 1826 de Jean-Frédéric I Ostervald à Jean-Alphonse Turrettini

[Neuchâtel] 20 et 24.08.1707

J'ay lu avec un plaisir indicible

Ostervald a lu l'excellente harangue de JA [De componendis] qui a été appréciée même par des personnes d'une autre religion tel l'abbé Dubos. Ostervald y a fait deux remarques: 1) la première concerne la page 20 point 6; il se demande si on peut omettre, dans la question des décrets, ce qui regarde les réprouvés; quand il est question du salut, il faut tenir compte des uns et des autres et les réprouvés sont aussi dignes d'attention que les élus, d'autant plus que leur nombre est bien sup...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00489_f206r_ug63704_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00489_f206v_ug63705_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00489_f207r_ug63706_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00489_f207v_ug63707_turrettini_file.jpg

[Neuchâtel] 20 et 24.08.1707


Lettre autographe, adressée. (F)
Bibliothèque de Genève, Ms fr 489 (f.206-207)

Extrait dans Gretillat, Ostervald, p.XXI-XXII, n°40. Extrait daté 20.08.1707.


J'ay lu avec un plaisir indicible


Ostervald a lu l'excellente harangue de JA [De componendis] qui a été appréciée même par des personnes d'une autre religion tel l'abbé Dubos. Ostervald y a fait deux remarques: 1) la première concerne la page 20 point 6; il se demande si on peut omettre, dans la question des décrets, ce qui regarde les réprouvés; quand il est question du salut, il faut tenir compte des uns et des autres et les réprouvés sont aussi dignes d'attention que les élus, d'autant plus que leur nombre est bien supérieur! Il faut avoir pitié des réprouvés et on ne peut pas décider ce qui concerne les bons sans décider en même temps ce qui concerne les méchants. S'il y a un décret pour les élus, il y en a aussi un pour les réprouvés 2) la deuxième remarque porte sur la page 23 point 10, où il lui semble que JA a trop loué saint Augustin. Franchement, depuis les apôtres, dans l'Église grecque mais aussi dans la latine, on a ignoré le système augustinien, jusqu'à celui qui l'a inventé et – ajoute [Charles] Tribolet qui se promène dans le cabinet – l'a apporté des manichéens. Il aurait été peut-être trop cru de le dire ainsi mais JA aurait pu en dire un mot quelque part. Pour le reste, la pièce produira un effet merveilleux; il faut la répandre le plus possible. Il se réjouit des dispositions qu'il y a en Saxe et dont JA lui a parlé. À propos de l'élection de [Johann Rudolf] Zwinger et de [Samuel] Werenfels dans la Société, Ostervald disait hier à Stanyan que ces élections sont belles mais n'aboutissent à rien puisqu'on n'a aucune correspondance avec les membres des Églises étrangères, ce qui décourage beaucoup de monde. Ostervald ajoute que de La Closure est arrivé et a reçu les ministres fort honnêtement; il a dit aussi beaucoup de bien des pasteurs de Genève. À la date du 24, Ostervald écrit que la lettre n'a pas pu partir le 20; depuis, il a su la fâcheuse nouvelle de la conspiration de Genève; il faut punir les coupables. Les États ont décidé que le 26 les prétendants ne paraîtraient pas mais seulement leurs avocats. Ainsi le différend entre le prince [de Conti] et [Ernst] de Metternich s'est conclu.

Adresse

Genève


Lieux

Émission

Neuchâtel

RĂ©ception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00489_f206r_ug63704_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00489_f206v_ug63705_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00489_f207r_ug63706_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00489_f207v_ug63707_turrettini_file.jpg