126 Lettres

Lettre 1823 de David II Ancillon Ă  Jean-Alphonse Turrettini

NeuchĂątel 12.08.1707

Je commence ma lettre

Ancillon est chagrinĂ© par les violentes oppressions dont souffre JA. Le comte [Ernst] de Metternich, qui rĂ©pondra Ă  JA par le prochain ordinaire, a reçu avec grande joie la harangue [De componendis] que celui-ci lui a envoyĂ©e. Il estime qu'elle sera extrĂȘmement utile. Ancillon en a portĂ© un exemplaire Ă  l'envoyĂ© [Stanyan] de la reine d'Angleterre [Anne Stuart], qui la transmettra Ă  la Cour. L'Ă©pistolier a lui-mĂȘme beaucoup apprĂ©ciĂ© la piĂšce et avoue que JA est le plus apte Ă ...

+ 3 pages

page 1

0122_1823-1_ug69581_turrettini_file.jpg

page 2


0123_1823-2-3_ug69582_turrettini_file.jpg

page 3

0124_1823-4_ug69583_turrettini_file.jpg

page 4


0125_1823-5_ug69584_turrettini_file.jpg

page 5

0126_1823-6-7_ug69585_turrettini_file.jpg

NeuchĂątel 12.08.1707


Lettre autographe, signée. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (GenĂšve), 1/Gd.A.6

Budé, Lettres, I, p.30-35. Omissions.


Je commence ma lettre


Ancillon est chagrinĂ© par les violentes oppressions dont souffre JA. Le comte [Ernst] de Metternich, qui rĂ©pondra Ă  JA par le prochain ordinaire, a reçu avec grande joie la harangue [De componendis] que celui-ci lui a envoyĂ©e. Il estime qu'elle sera extrĂȘmement utile. Ancillon en a portĂ© un exemplaire Ă  l'envoyĂ© [Stanyan] de la reine d'Angleterre [Anne Stuart], qui la transmettra Ă  la Cour. L'Ă©pistolier a lui-mĂȘme beaucoup apprĂ©ciĂ© la piĂšce et avoue que JA est le plus apte Ă  traiter de matiĂšres si difficiles. Messieurs [Jean-Scipion] Peyrol et [AndrĂ©] de Normandie, trop occupĂ©s pour pouvoir rĂ©pondre tout de suite et remercier JA, transmettent leurs excuses et leurs remerciements. Leur cher ami commun [Jean-FrĂ©dĂ©ric I Ostervald] est Ă  la campagne et n'a pas encore reçu le prĂ©sent de JA. Ses collĂšgues, aussi bien que [Christoph (?)] Steiger et [Émer] de Montmollin, recevront les leurs cet aprĂšs-midi. On en fera sĂ»rement une nouvelle Ă©dition Ă  Berlin. Ancillon priera le chambellan [Wartenberg de Kolbe] de confier ce travail Ă  son frĂšre [Charles Ancillon]. Son Excellence n'enverra la harangue Ă  la Cour que vers la fin de la semaine prochaine; JA aura ainsi le temps, s'il le souhaite et si sa santĂ© n'en souffre pas, d'Ă©crire au roi, au prince royal [Friedrich Wilhelm de Hohenzollern] et au chambellan. Ce ne serait pas mauvais. JA offre sa harangue Ă  [Isaac] Jaquelot, [Johann Theodor ou Daniel Ernst] Jablonski et Ă  d'autres ministres de la Cour, mais il oublie complĂštement l'Ă©vĂȘque [Ursinus]. Ancillon en mettra un exemplaire pour lui, qu'il fera porter par son frĂšre en lui demandant de faire Ă  Ursinus un petit compliment de la part de JA. Si le Genevois n'y voit pas d'inconvĂ©nient, Ancillon donnera aussi un exemplaire Ă  son frĂšre. Il est en train de faire un ouvrage sur la vie des hommes illustres dont de Thou a fait l'Ă©loge [MĂ©moires]. Ancillon envoie Ă  JA ce qu'il lui a demandĂ© et l'assure qu'il pourra disposer de tout ce qui est dans l'HĂŽtel Royal de Prusse. [Jean] Tronchin est venu le voir la veille et lui a demandĂ© pour [Jean-Robert] Chouet un exemplaire de chacune des piĂšces qu'ils ont produites. Ancillon les lui a donnĂ©es avec joie et veillera Ă  ce que Chouet et JA reçoivent tout ce qu'ils publieront par la suite. Le sieur MiĂšge est un espion de La Closure. Ils en avaient dĂ©jĂ  Ă©tĂ© averti et sont sur leurs gardes. De Metternich enverra Ă  Ratisbonne l'extrait d'une lettre par laquelle JA fait Ă©tat de la permission que GenĂšve a accordĂ©e Ă  un pasteur luthĂ©rien de Berlin [Schulz]. À NeuchĂątel, la situation s'amĂ©liore et la plupart des honnĂȘtes gens sont pour le roi [Friedrich I] contre Conti qui, bien qu'il soit celui des prĂ©tendants qui ait le moins de droits, n'en est pas moins le plus Ă  craindre. Il a du reste rendu publique une lettre dans laquelle un certain Rosselet, qu'Ostervald et Ancillon avaient recommandĂ© Ă  la Cour pour un poste pastoral et qui n'en avait reçu que des faveurs, se plaint amĂšrement. Ce personnage qui Ă©tait ministre Ă  La Saigne, distant de six lieues de NeuchĂątel, ne gagnait que quinze Ă  vingt pistoles. S'Ă©tant ouvert Ă  Ostervald de son dĂ©sir de trouver un poste oĂč il put vivre, ce dernier l'avait recommandĂ© Ă  Ancillon qui lui obtint un poste de ministre Ă  Berlin. Le roi lui donna trente pistoles pour son voyage, puis, six mois aprĂšs, lui fit un don de trois cents Ă©cus. Il obtint encore aprĂšs cela une pension de mille livres qu'il augmenta encore de deux cents livres. Quelles bonnes raisons il a de se plaindre! Ostervald en est mortifiĂ© et [Émer] de Montmollin, parent de Rosselet, au dĂ©sespoir. De Metternich demande Ă  JA d'Ă©crire Ă  Jaquelot au sujet de Rosselet afin qu'il lui fasse savoir que ce jeune homme s'est fait un tort considĂ©rable Ă  NeuchĂątel et que sa rĂ©putation est perdue. Toute la famille de Rosselet est acquise au prince de Conti et ne serait-ce la considĂ©ration d'Ostervald, on aurait dĂ©jĂ  renvoyĂ© le jeune homme depuis longtemps.Le comte de Metternich et le prince de Conti se sont rendus en visite dans plusieurs villages mais ils ont reçu des accueils trĂšs diffĂ©rents, chaleureux pour le premier et plutot rĂ©servĂ© pour le second. Le mĂ©moire de Conti [[Arrault] MĂ©moire (?)] est imprimĂ© mais il est presqu'introuvable. S'il en trouve un exemplaire, il en enverra un Ă  JA. De Metternich a dĂ©cidĂ© de donner un exemplaire de la harangue de JA Ă  chaque pasteur du pays. Werndli, chapelain de l'envoyĂ© d'Angleterre [Stanyan], a reçu le prĂ©sent de JA avec beaucoup de reconnaissance et le prie d'accepter ses civilitĂ©s. Si Toulon tombait, cela pourrait servir la cause du roi Ă  NeuchĂątel. Peyrol a Ă©tĂ© fait conseiller du roi et avocat gĂ©nĂ©ral du roi. Le reprĂ©sentant des États GĂ©nĂ©raux, Runkel, Ă  qui Ancillon a donnĂ© une des harangues de JA, en remercie l'auteur qu'il connaĂźt de rĂ©putation. Il applaudit d'ailleurs Ă  tout ce que fait JA. Le jeune comte de Metternich [Wolfgang] prend beaucoup de part Ă  la santĂ© de JA. De Metternich remercie le Genevois de l'offre qu'il lui fait de le loger s'il venait Ă  GenĂšve. Il n'est toutefois pas encore dĂ©terminĂ© Ă  ce voyage. Ancillon recommande son propre fils [Joseph (?)] qui loge actuellement Ă  GenĂšve. C'est encore un enfant. Il envoie ses salutations Ă  [Antoine I] LĂ©ger, [Étienne] Jallabert et [Jean] Sartoris et demande des nouvelles de [LĂ©onard] Baulacre.

Adresse

[GenĂšve]


Lieux

Émission

NeuchĂątel

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

+ 3 pages

page 1

0122_1823-1_ug69581_turrettini_file.jpg

page 2


0123_1823-2-3_ug69582_turrettini_file.jpg

page 3

0124_1823-4_ug69583_turrettini_file.jpg

page 4


0125_1823-5_ug69584_turrettini_file.jpg

page 5

0126_1823-6-7_ug69585_turrettini_file.jpg