126 Lettres

Lettre 1812 de David II Ancillon à Jean-Alphonse Turrettini

Neuchâtel 16.07.1707

Vostre indisposition... me cause

Ancillon se fait du souci à cause de l'indisposition dont souffre JA. Elle risque de compromettre sa visite. Ancillon communique toutes les lettres du Genevois à Son Excellence [Ernst de Metternich]. Il s'y montre très sensible et particulièrement aux propos obligeants de JA à son égard. C'est Ancillon qui a suggéré à de Metternich qu'on remette le paquet en question à JA. On lui fera savoir quand il pourra l'ouvrir et on laissera la distribution à sa discrétion. Les lettres que JA avait engagé...

+ 1 pages

page 1

0114_1812-1_ug69566_turrettini_file.jpg

page 2


0115_1812-2-3_ug69567_turrettini_file.jpg

page 3

0116_1812-4_ug69568_turrettini_file.jpg

Neuchâtel 16.07.1707


Lettre autographe, signée. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (Genève), 1/Gd.A.6

Budé, Lettres, I, p.22-26.


Vostre indisposition... me cause


Ancillon se fait du souci à cause de l'indisposition dont souffre JA. Elle risque de compromettre sa visite. Ancillon communique toutes les lettres du Genevois à Son Excellence [Ernst de Metternich]. Il s'y montre très sensible et particulièrement aux propos obligeants de JA à son égard. C'est Ancillon qui a suggéré à de Metternich qu'on remette le paquet en question à JA. On lui fera savoir quand il pourra l'ouvrir et on laissera la distribution à sa discrétion. Les lettres que JA avait engagé [Johanne Rudolf] Zwinger et [Samuel] Werenfels à écrire à Neuchâtel ne peuvent que faire un très bon effet; il fait preuve de beaucoup d'attachement au roi [Friedrich I] mais s'il pouvait venir personnellement à Neuchâtel, ce serait encore mieux. D'ailleurs un changement d'air ne pourrait qu'améliorer sa santé. Il incite le Genevois à faire publier la lettre du comte de de metternich [Lettre de Son Excellence] dans laquelle celui-ci s'engage ouvertement en faveur de la réunification entre réformés et luthériens; les réticences de [Jean-Frédéric I] Ostervald à cet égard n'ont pas de raison d'être puisque le comte veut qu'on sache ouvertement qu'il s'engage pour la réunion. Ancillon, qui n'a pas le temps de le faire lui-même, envisage de demander à [Hugues (?)] Le Jeune de traduire en français [La même lettre] la lettre du roi de Prusse [Epistola] et en latin [Epistola] celle du comte. Les avantages que le roi de Prusse accorderait aux Neuchâtelois, si ceux qui les gouvernent le reconnaissent, feraient de ce petit État le peuple le plus heureux au monde. L'arrivée du prince de Conti a rendu vie à l'ancienne faction qui semblait s'être presque éteinte. Il va remuer ciel et terre pour se faire des partisans et revenir sur la sentence prononcée contre lui en 1699. Il demande une assemblée extraordinaire contre les règles et ne veut pas attendre pour agir les six semaines prévues. On ne voit pas d'un très bon œil à Neuchâtel que Messieurs [Isaac] de Cambiague, Le Fort et [Jean] Tronchin se liguent contre les intérêts du seul roi protestant que l'on ait actuellement. Ce n'est pas qu'on les craigne, mais cela ne fait pas honneur à la République de Genève. Ancillon demande à JA de présenter ses respects à Monsieur [Jean-Robert] et Madame Chouet, à [Antoine I] Léger et à [Étienne] Jallabert. Il transmet au Genevois ceux de [Jean-Scipion] Peyrol. De Metternich s'attend à ce que dès que la harangue de JA [De componendis] sera imprimée, il lui envoie le cadeau pour le roi afin qu'il puisse l'envoyer lui-même au roi.

Adresse

[Genève]


Lieux

Émission

Neuchâtel

Réception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 1 pages

page 1

0114_1812-1_ug69566_turrettini_file.jpg

page 2


0115_1812-2-3_ug69567_turrettini_file.jpg

page 3

0116_1812-4_ug69568_turrettini_file.jpg