172 Lettres

Lettre 1806 de David II Ancillon à Jean-Alphonse Turrettini

Neuchâtel 01.07.1707

J'ai une demie heure

Ancillon profite d'une demi-heure pour écrire à JA. Il le ferait plus souvent s'il ne craignait de l'importuner. Il s'aquitte maintenant de ce que JA lui avait demandé. Il a parlé à Son Excellence [Ernst de Metternich], qui est arrivé à Neuchâtel, de la harangue de JA [De componendis]. Il lui a fait sa cour pour le Genevois en insinuant que JA pourrait lui dédier cette pièce. Le comte s'est dit parfaitement convaincu de l'estime et de l'amitié du Genevois à son égard et voudrait que celui...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00484_f043r_ug60343_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00484_f043v_ug60344_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00484_f044r_ug60345_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00484_f044v_ug60346_turrettini_file.jpg

Neuchâtel 01.07.1707


Lettre autographe, signée. Inédite. (F)
Bibliothèque de Genève, Ms fr 484 (f.43-44)


J'ai une demie heure


Ancillon profite d'une demi-heure pour écrire à JA. Il le ferait plus souvent s'il ne craignait de l'importuner. Il s'aquitte maintenant de ce que JA lui avait demandé. Il a parlé à Son Excellence [Ernst de Metternich], qui est arrivé à Neuchâtel, de la harangue de JA [De componendis]. Il lui a fait sa cour pour le Genevois en insinuant que JA pourrait lui dédier cette pièce. Le comte s'est dit parfaitement convaincu de l'estime et de l'amitié du Genevois à son égard et voudrait que celui-ci fût en retour convaincu de la sincérité de ses sentiments à son égard. Mais il trouve, comme Ancillon, que cette harangue doit être dédiée au roi [Friedrich I] et demande seulement de pouvoir la lui remettre lui-même. [Jean-Frédéric I] Ostervald, qui a été informé de cette idée par Ancillon, est également de cet avis. Il s'est surpassé lui-même lors du dernier prêche pour le jeûne. Ancillon aurait aimé qu'il publiât son sermon mais il ressemble à JA et, comme pour le Genevois, on ne saurait rien tirer de lui qu'à grand peine. Pour ce qui est de la réponse du roi à la Compagnie [Epistola], Ancillon est heureux que JA en ait donné un avis positif; il incite JA à faire imprimer rapidement les trois pièces, à savoir la lettre de la Compagnie [Lettre des pasteurs], la réponse du roi (avec une traduction française) et la lettre de de Metternich [Lettre de Son Excellence]. Il est préférable que l'initiative parte de Genève. Il ne faudrait pas perdre de temps, ni pour la harangue [De componendis], ni pour les trois pièces et les donner sans délai à l'imprimeur. Ostervald et de Metternich se sont vus le jour même et ont été charmés l'un de l'autre. L'entrée de de Metternich à Neuchâtel a été magnifique et toute la ville a donné des marques de joie. Ancillon enverra à JA un factum. Quant à lui, il est ministre de la Cour mais ne veut en tirer aucune qualité. Par le prochain courrier, il informera le marquis Du Quesne de ce qu'il a appris des affaires de la religion, par des nouvelles de Berlin. On va rappeler [Jacob] de Normandie de peur qu'il n'excite quelques nouveaux mouvements à Genève. De Metternich est ravi d'apprendre la décision de JA de se rendre à Neuchâtel.

Adresse

[Genève]


Lieux

Émission

Neuchâtel

Réception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00484_f043r_ug60343_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00484_f043v_ug60344_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00484_f044r_ug60345_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00484_f044v_ug60346_turrettini_file.jpg