172 Lettres

Lettre 1799 de David II Ancillon Ă  Jean-Alphonse Turrettini

Berne 19.06.1707

Vous voila donc

JA s'est bien acquitté des promotions et sa harangue [De componendis] a été beaucoup admirée, comme le jeune comte de de Metternich [Wolfgang] l'a écrit à Son Excellence [Ernst de Metternich] ; Ancillon transcrit un passage d'une lettre qu'il envoye au grand chambellan [Wartemberg] dans laquelle il loue cette harangue qui contient un magnifique éloge du roi [Friedrich I] et se dit certain que Sa Majesté gratifiera l'auteur d'une médaille. Il exhorte JA à la publier et lui suggÚre de la dé...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00484_f037r_ug60331_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00484_f037v_ug60332_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00484_f038r_ug60333_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00484_f038v_ug60334_turrettini_file.jpg

Berne 19.06.1707


Lettre autographe, signée. Inédite. (F)
BibliothÚque de GenÚve, Ms fr 484 (f.37-38)


Vous voila donc


JA s'est bien acquittĂ© des promotions et sa harangue [De componendis] a Ă©tĂ© beaucoup admirĂ©e, comme le jeune comte de de Metternich [Wolfgang] l'a Ă©crit Ă  Son Excellence [Ernst de Metternich] ; Ancillon transcrit un passage d'une lettre qu'il envoye au grand chambellan [Wartemberg] dans laquelle il loue cette harangue qui contient un magnifique Ă©loge du roi [Friedrich I] et se dit certain que Sa MajestĂ© gratifiera l'auteur d'une mĂ©daille. Il exhorte JA Ă  la publier et lui suggĂšre de la dĂ©dier au roi ou au grand chambellan. Pour ce qui est de la succession de NeuchĂątel, on n'a encore rien fait imprimer touchant les droits du roi mais on ne saurait tarder. Vue le peu de fiabilitĂ© qu'on peut mettre dans les copistes d'ici, il en fera lui-mĂȘme une copie pour l'envoyer Ă  JA. Il ne l'a pas encore dit Ă  leur ami de NeuchĂątel [Jean-FrĂ©dĂ©ric I Ostervald] mais il restera par ordre du roi dans le pays tant que l'affaire ne sera pas rĂ©glĂ©e. Il a ainsi dĂ» renoncer au tour Ă  BĂąle et Ă  Zurich qu'il avait pensĂ© faire. On attend du reste Ă  tout moment la nouvelle de la mort de Madame de Nemours. JA devrait recevoir sous peu la visite d'un proposant de Berlin [MoĂŻse Humbert] originaire de Metz, Ă  qui Ancillon a suggĂ©rĂ© de passer une annĂ©e Ă  l'AcadĂ©mie de GenĂšve pour achever ses Ă©tudes et suivre les leçons de JA. Il paraĂźt que les affaires de GenĂšve se calment; [Jean-Robert] Chouet pourra ainsi jouir d'un repos dont sa santĂ© a grand besoin. [Jacob de Normandie] est impatient de rentrer Ă  GenĂšve mais Ancillon essaie de le retenir le plus longtemps possible, en attendant que les affaires genevoises soient complĂštement assoupies. Cela fait deux ordinaires qu'on n'a pas reçu de lettres d'Allemagne et on craint que le courrier n'ait Ă©tĂ© interceptĂ© par les Français; ils sont ainsi privĂ©s de nouvelles. Les avantages que les Français ont remportĂ©s en Espagne et en Allemagne les rendent trĂšs insolents; il paraĂźt d'aprĂšs [Bruslart] de Puysieulx que le roi de France [Louis XIV] aurait dĂ©clarĂ© qu'il ne se mĂȘlerait pas de la succession de NeuchĂątel tant que le contentieux resterait entre les prĂ©tendants français; mais qu'il serait prĂȘt Ă  brĂ»ler le pays en cas de victoire du roi de Prusse.

Adresse

[GenĂšve]


Lieux

Émission

Berne

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00484_f037r_ug60331_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00484_f037v_ug60332_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00484_f038r_ug60333_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00484_f038v_ug60334_turrettini_file.jpg