152 Lettres

Lettre 1750 de Jean-Frédéric I Ostervald à Jean-Alphonse Turrettini

[NeuchĂątel] 06.12.1706

Je vous ai marqué

Ostervald, qui a envoyĂ© un papier Ă  part Ă  JA, demande Ă  celui-ci de lui dire trĂšs sincĂšrement, sans rien lui cacher, ce qu'il pense de son TraitĂ© [contre l'impuretĂ©] ; si son jugement est nĂ©gatif, il est prĂȘt Ă  renoncer Ă  la publication. Toute suggestion sera la bienvenue et JA pourra la marquer dans la marge. Il le prie d'examiner tout particuliĂšrement la prĂ©face dans laquelle il a peur d'avoir Ă©tĂ© trop long. Il le prie aussi de vĂ©rifier la citation de Platon de la page 42 puisqu...

+ 4 pages

page 1

ms_fr_00489_f160r_ug63612_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00489_f160v_ug63613_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00489_f161r_ug63614_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00489_f161v_ug63615_turrettini_file.jpg

page 5

ms_fr_00489_f162r_ug63616_turrettini_file.jpg

page 6


ms_fr_00489_f162v_ug63617_turrettini_file.jpg

[NeuchĂątel] 06.12.1706


Lettre autographe. (F)
BibliothÚque de GenÚve, Ms fr 489 (f.160-162)

Budé, Lettres, III, p.44-49. Mélange de deux lettres, l'une datée du 06.12.1706 et l'autre non datée. Datée arbitrairement du 01.12.1706.


Je vous ai marqué


Ostervald, qui a envoyĂ© un papier Ă  part Ă  JA, demande Ă  celui-ci de lui dire trĂšs sincĂšrement, sans rien lui cacher, ce qu'il pense de son TraitĂ© [contre l'impuretĂ©] ; si son jugement est nĂ©gatif, il est prĂȘt Ă  renoncer Ă  la publication. Toute suggestion sera la bienvenue et JA pourra la marquer dans la marge. Il le prie d'examiner tout particuliĂšrement la prĂ©face dans laquelle il a peur d'avoir Ă©tĂ© trop long. Il le prie aussi de vĂ©rifier la citation de Platon de la page 42 puisqu'il n'a pas l'ouvrage; il ne sait pas si JA approuvera les autres citations, surtout celle de la page 95 qu'il voudrait laisser tomber. Il a supprimĂ©, de peur de trop grossir l'ouvrage, un certain nombre de rĂ©flexions, comme celles sur le passage de la femme adultĂšre qui ne doit pas ĂȘtre interprĂ©tĂ© comme une justification de l'adultĂšre. De mĂȘme sur la chastetĂ©, il aurait pu s'arrĂȘter plus longuement sur les moyens de l'acquĂ©rir mais il ne l'a pas fait parce que ce sont des considĂ©rations qui concernent la piĂ©tĂ© en gĂ©nĂ©ral. Du reste il travaille depuis longtemps Ă  une suite de son TraitĂ© des sources de la corruption qui porterait sur les conseils concernant la piĂ©tĂ©. Il n'y a pas d'apparence qu'il donne cet ouvrage une fois au public. Il a peur aussi que dans les exhortations aux pĂ©cheurs, il se soit trop rapprochĂ© d'un sermon mais [Charles] Tribolet soutient qu'il le faut dans un ouvrage destinĂ© Ă  l'usage du peuple. Ostervald remercie JA de ce qu'il a fait pour l'affaire Bonstetten; la parentĂ© de ce monsieur est maintenant rassurĂ©e. Il est inquiet que les incommoditĂ©s de JA l'aient obligĂ© Ă  se mettre au lait d'Ăąnesse. JA verra Ă  GenĂšve deux pasteurs piĂ©montais, les frĂšres [Cyprien et Paul I] Appia, qui ont passĂ© Ă  NeuchĂątel, de retour d'Angleterre oĂč ils sont restĂ©s neuf ans pour Ă©tudier et oĂč ils ont Ă©tĂ© ordonnĂ©s par l'Ă©vĂȘque de Londres [Henry Compton]. L'aĂźnĂ© a prĂȘchĂ© et a donnĂ© grande satisfaction. Ils pourront faire beaucoup de bien dans leur pays et ils sont trĂšs bien intentionnĂ©s pour ce qui est du culte et de l'union avec l'Église anglicane. Ostervald leur a dit sa pensĂ©e lĂ -dessus, en leur recommandant de ne pas exprimer publiquement leurs sentiments Ă  GenĂšve. Pour les affaires des Vaudois, il leur a conseillĂ© de s'adresser Ă  [Antoine I] LĂ©ger. L'aĂźnĂ© a le dessein de s'Ă©tablir dans l'Église de Saint-Jean; Ostervald ne sait pas comment cela sera possible mais il semble que le jeune pasteur aura des affaires avec [Henri] Arnaud. Il le lui a dĂ©conseillĂ©, car il n'aime pas les vocations qui sentent le parti. On lui a fait savoir d'Amsterdam que Jurieu Ă©tait l'auteur du Philosophe de Rotterdam convaincu. L'auteur y affirme qu'il faut rĂ©futer Bayle par la plus dure thĂ©ologie; que celui-ci a gagnĂ© le parti orthodoxe, tant flamand que français, en Ă©crivant contre [Jean] Le Clerc; que le magistrat ne voulait pas qu'on l'inquiĂ©tĂąt et trouvait plutĂŽt mauvaise l'attitude de Jurieu; qu'[Isaac] Jaquelot Ă©tait mal vu par le gros des ministres. VoilĂ  qui aurait ajoutĂ© un bel article Ă  La religion des Hollandais de [Jean-Baptiste] Stoppa. [Pierre] de Joncourt, ministre de la Haye, a publiĂ© un petit livre contre la mĂ©thode des coccĂ©iens pour l'explication des types [Entretiens sur les diffĂ©rentes mĂ©thodes d'expliquer l'Ecriture] qui fait grand bruit. Dans ses lettres Ă  Ostervald, [David II] Ancillon lui parle beaucoup de JA; il dit que le comte [Ernst] de de M[etternich] a Ă©crit au roi [Friedrich I] la confĂ©rence trĂšs profitable qu'il a eue avec JA et avec LĂ©ger et qu'il enverrait des mĂ©moires pour la rĂ©unification des protestants. JA pourrait suggĂ©rer Ă  de Metternich d'employer Ancillon pour ce dessein: il est bien intentionnĂ© et il veut que le grand chambellan [Wartemberg] s'intĂ©resse Ă  cette question et Ă  celle du culte. Il est ravi de ce qui s'est fait au sujet du Consensus et surpris des rĂ©sistances qui se sont manifestĂ©es. Il traduit la harangue de JA De theologo et voudrait savoir si JA en autoriserait la publication.

Adresse

[GenĂšve]


Lieux

Émission

NeuchĂątel

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

+ 4 pages

page 1

ms_fr_00489_f160r_ug63612_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00489_f160v_ug63613_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00489_f161r_ug63614_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00489_f161v_ug63615_turrettini_file.jpg

page 5

ms_fr_00489_f162r_ug63616_turrettini_file.jpg

page 6


ms_fr_00489_f162v_ug63617_turrettini_file.jpg