140 Lettres

Lettre 1710 de Samuel Werenfels Ă  Jean-Alphonse Turrettini

BĂąle 19.06.1706

Accepi heri à

Werenfels a reçu le paquet et la lettre de JA par le biais de [Jean-Jacques (?)] Korn. Il le remercie des hymnes. Il y a peu de jours il avait écrit à JA une lettre dans laquelle il recommandait les deux Bùlois [Bischoff (?) et Maerckt (?)]qui la lui rendraient mais il la leur a envoyée trop tard puisqu'ils étaient déjà partis. Werenfels serait trÚs content si ces jeunes gens et d'autres personnes s'apercevaient que JA est bien disposé à l'égard des Bùlois à cause de son ami Werenfels! Quel bonh...

page 1

02371_1710-1-2_ug69514_turrettini_file.jpg

page 2


02372_1710-3-4_ug69515_turrettini_file.jpg

BĂąle 19.06.1706


Lettre autographe, signée, adressée. (L)
Archives de la Fondation Turrettini (GenĂšve), 1/Gd.W.3

Extrait dans Hermanin, Werenfels, p.110, n.174.


Accepi heri à


Werenfels a reçu le paquet et la lettre de JA par le biais de [Jean-Jacques (?)] Korn. Il le remercie des hymnes. Il y a peu de jours il avait Ă©crit Ă  JA une lettre dans laquelle il recommandait les deux BĂąlois [Bischoff (?) et Maerckt (?)]qui la lui rendraient mais il la leur a envoyĂ©e trop tard puisqu'ils Ă©taient dĂ©jĂ  partis. Werenfels serait trĂšs content si ces jeunes gens et d'autres personnes s'apercevaient que JA est bien disposĂ© Ă  l'Ă©gard des BĂąlois Ă  cause de son ami Werenfels! Quel bonheur auront-ils Ă  suivre avec diligence les leçons de JA! Qu'il aimerait lui-mĂȘme apprendre la bonne doctrine de la bouche de son ami! JA aurait-il peut-ĂȘtre oubliĂ© qu'il lui a promis dans sa lettre l'esquisse de sa thĂ©ologie? Il le lui rappelle, en ajoutant qu'il voudrait le corps entier et non seulement l'Ă©bauche. Il est allĂ© assez loin pour s'apercevoir des dĂ©fauts des systĂšmes reçus mais il sent que ce serait au-dessus de ses forces de les corriger, d'autant plus que le but devrait ĂȘtre davantage d'Ă©difier que de renverser. JA est, par contre, entre tous le plus apte Ă  un tel travail mais il faut que Dieu affermisse sa santĂ©. Quant Ă  ce que JA dit de la santĂ© de Werenfels, Ă  savoir qu'il se porte trĂšs bien, cela est aussi la consĂ©quence de ce qu'il se mĂ©nage excessivement. Personne n'est moins vaillant que Werenfels pour l'effort, en particulier pour l'effort intellectuel. Il avait dĂ©jĂ  entendu dire que certains Genevois n'avaient pas Ă©tĂ© satisfaits de la dĂ©cision de la Compagnie au sujet de la Formula Consensus; il estime qu'il faut modĂ©rer le zĂšle de ceux qui veulent une abolition intĂ©grale du formulaire et se contenter de mitiger la signature. Il ne faut pas exacerber les ConfĂ©dĂ©rĂ©s dont les ecclĂ©siastiques pourront se concilier la faveur s'ils font preuve d'une plus grande modĂ©ration que les politiques qui veulent l'abolition totale. Mais il est superflu de dire cela Ă  JA. Il n'en a pas encore parlĂ© Ă  l'antistĂšs [Johann Rudolf Zwinger] ; il attend une occasion pour le faire, ne voulant pas lui en parler expressĂ©ment. Les BĂąlois ne se mĂȘleront pas de l'affaire de Werndli Ă  moins que quelque thĂ©ologien anglais n'intervienne et ne dĂ©clare que le chapelain a Ă©tĂ© officiellement chargĂ© de cette mission. Mais on peut penser que si la chose leur tient Ă  cƓur, ils la confieront Ă  un homme plus capable que celui-ci. Werenfels souhaiterait pourtant que cette affaire fĂ»t l'occasion de resserrer les liens avec l'Église d'Angleterre.

Adresse

GenĂšve


Lieux

Émission

BĂąle

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

page 1

02371_1710-1-2_ug69514_turrettini_file.jpg

page 2


02372_1710-3-4_ug69515_turrettini_file.jpg