220 Lettres

Lettre 1707 de Jean-Frédéric I Ostervald à Jean-Alphonse Turrettini

[NeuchĂątel] 29.05.1706

Je vous remercie de tout

Ostervald, avec [Charles] Tribolet, remercie JA du récit qu'il a fait des événements de GenÚve; il est content du tour que les choses ont pris et loue la modération et la douceur de JA. Si le Conseil des Deux-Cents était favorable, on n'en demeurerait pas là. Il trouve qu'on a raison de dire que les mots "quoties hanc materiam suscipiam" ne sont pas dignes d'un corps ecclésiastique. Il juge personnellement les matiÚres du C[onsensus] d'infime importance; elles ne méritent pa...

+ 6 pages

page 1

ms_fr_00486_f123r_ug61655_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00486_f123v_ug61656_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00486_f124r_ug61657_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00486_f124v_ug61658_turrettini_file.jpg

page 5

ms_fr_00486_f125r_ug61659_turrettini_file.jpg

page 6


ms_fr_00486_f125v_ug61660_turrettini_file.jpg

page 7

ms_fr_00486_f126r_ug61661_turrettini_file.jpg

page 8


ms_fr_00486_f126v_ug61662_turrettini_file.jpg

[NeuchĂątel] 29.05.1706


Lettre autographe, adressée. Inédite. (F et L)
BibliothÚque de GenÚve, Ms fr 486 (f.123-126)


Je vous remercie de tout


Ostervald, avec [Charles] Tribolet, remercie JA du rĂ©cit qu'il a fait des Ă©vĂ©nements de GenĂšve; il est content du tour que les choses ont pris et loue la modĂ©ration et la douceur de JA. Si le Conseil des Deux-Cents Ă©tait favorable, on n'en demeurerait pas lĂ . Il trouve qu'on a raison de dire que les mots "quoties hanc materiam suscipiam" ne sont pas dignes d'un corps ecclĂ©siastique. Il juge personnellement les matiĂšres du C[onsensus] d'infime importance; elles ne mĂ©ritent pas qu'on les traite. Il a gardĂ© le secret pour l'affaire de GenĂšve mais on en a su quelque chose d'autres sources; on sait en tout cas que Vial [de Beaumont] n'a pas signĂ© comme les autres. Puisque JA aimerait savoir ce que les amis d'Ostervald Ă  Z[urich] et Ă  B[Ăąle] penseraient si on supprimait le Consensus, il transcrit pour son ami des extraits de lettres latines qu'il a reçues de ces endroits-lĂ . L'ami de Zurich [Johann Baptista Ott] lui Ă©crit qu'il considĂšre toute l'affaire Ă  la lumiĂšre des rapports des Églises helvĂ©tiques avec l'Église anglicane. De ce point de vue, le maintien du Consensus est un obstacle Ă  la communion. À Zurich, les choses sont tranquilles. Quant Ă  l'ami de BĂąle [Samuel Werenfels], il Ă©crit qu'il est content que le conflit se soit assoupi et que ce qu'il craint le plus est la formulation de reproches sur le fait qu'Ă  BĂąle on a omis la signature; il reconnaĂźt aussi qu'il y a probablement dans la ville des gens qui souhaitent qu'arrive ce que Werenfels craint justement. Ce qu'il ne veut en tout cas pas, c'est que l'affaire soit Ă©bruitĂ©e parmi le peuple. Par cela, JA peut voir ce qu'il faut attendre de ce cĂŽtĂ©-lĂ . Le chef de BĂąle [Johann Rudolf Zwinger] est un ami d'Ostervald mais il est un peut rigide et Werenfels s'en mĂ©fie un peu. Pour sa part, Ostervald pense qu'il n'y a pas beaucoup Ă  craindre puisqu'il sait que cet homme souhaite par-dessus tout Ă©tablir une correspondance avec l'Angleterre. Il Ă©crit Ă  BĂ©nĂ©dict P[ictet (?)] en se servant de deux jeunes ministres de BĂąle qui ont passĂ© par NeuchĂątel et qui se rendent Ă  GenĂšve. Werndli a envoyĂ© Ă  la Compagnie de NeuchĂątel une lettre circulaire imprimĂ©e que GenĂšve a dĂ» aussi recevoir. Ostervald, qui Ă©crira Ă  Londres lundi sur ce sujet, vient de recevoir des lettres de ce pays-lĂ : [Ferdinand] de Montmollin est allĂ© Ă  Oxford avec [Ludwig Friedrich] Bonet et il y a reçu mille civilitĂ©s; ce dernier y a Ă©tĂ© fait docteur en droit et il y a eu une grande fĂȘte Ă  cette occasion. L'UniversitĂ© d'Oxford n'a pas envoyĂ© de dĂ©putĂ©s Ă  Francfort Ă  cause de l'absence du vice-chancelier [Delaune (?)]. Mais cela n'a pas empĂȘchĂ© qu'Ă  Oxford mĂȘme on donnait mille marques de considĂ©ration pour l'UniversitĂ© de Francfort et de respect pour le roi de Prusse [Friedrich I]. De Montmollin, qui a assistĂ© Ă  tous ces discours, a Ă©tĂ© fait lui-mĂȘme maĂźtre Ăšs arts, ce qui constitue un honneur considĂ©rable; cela lui donne le droit d'entrer partout et de visiter la bibliothĂšque et les manuscrits. Au reste il a reçu une impression assez favorable de cette UniversitĂ©, la situation ne lui paraissant pas aussi grave qu'il l'avait imaginĂ©e de Londres. Il y a trouvĂ© un attachement Ă  l'Église anglicane trĂšs fort et mĂȘme un peu rigide mais les gens sont raisonnables et certains de grand mĂ©rite. Il y a rencontrĂ© plusieurs personnes, dont le docteur [John] Mill, cĂ©lĂšbre pour son Nouveau Testament [Novum Testamentum, 1707], et le docteur Grabe. Tous ces gens semblent souhaiter la rĂ©union et disent qu'avec le rĂšgne actuel de Prusse, l'occasion y est favorable. Pour ce qui est de l'attitude Ă  l'Ă©gard de GenĂšve, d'aprĂšs de Montmollin les propos dĂ©favorables profĂ©rĂ©s Ă  l'Ă©gard de l'AcadĂ©mie viendraient plutĂŽt de jeunes Ă©tudiants et de gens mal informĂ©s, dĂ©savouĂ©s du reste par leurs supĂ©rieurs. Autrement on estime beaucoup l'Église de GenĂšve et JA en particulier. Ostervald Ă©crira Ă  de Montmoll"in de travailler Ă  l'union pendant qu'il est [en Angleterre]. Il suggĂšre Ă  JA de faire imprimer sa derniĂšre harangue [De eruditionis et pietatis nexu], dont le sujet lui plaĂźt beaucoup et le fĂ©licite d'avoir Ă©tĂ© confirmĂ© recteur. À NeuchĂątel, on a instituĂ© des prix de piĂ©tĂ©. Ostervald Ă©tait dĂ©jĂ  au courant de l'intention de [Jean] Le Clerc d'entrer en polĂ©mique avec Bayle [voir BibliothĂšque choisie, IX, 1706] ; il ne faut pas le mĂ©nager et il faut suivre Ă  son Ă©gard le prĂ©cepte Ă©vangĂ©lique de fuir l'hĂ©rĂ©tique. Ostervald remercie JA des renseignements qu'il lui a donnĂ©s sur le mariage des prĂȘtres; il en avait besoin pour un pasteur du voisinage Ă  qui un prĂȘtre avait lancĂ© un dĂ©fi Ă  ce propos. Il a demandĂ© Ă  Werenfels s'il n'y aurait pas moyen que les trois se voient cette annĂ©e. Il y a eu la veille un orage trĂšs violent et, dans le voisinage, la pluie est tombĂ©e en si grande quantitĂ© que les vignes sont toutes abĂźmĂ©es, les chemins remplis et les maisons enfoncĂ©es. Trois femmes, entraĂźnĂ©es par l'eau, ont Ă©tĂ© emportĂ©es. Ostervald aimerait savoir s'il est vrai qu'Ă  GenĂšve on fait faire l'exercice Ă  la jeunesse le dimanche matin; c'est ce qu'on a allĂ©guĂ© en Consistoire pour contrer la proposition qu'on avait faite de ne pas choisir le dimanche pour ce genre d'exercices. Ostervald craint que l'exemple genevois ne fasse Ă©chouer le projet de NeuchĂątel.

Adresse

GenĂšve


Lieux

Émission

NeuchĂątel

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

+ 6 pages

page 1

ms_fr_00486_f123r_ug61655_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00486_f123v_ug61656_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00486_f124r_ug61657_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00486_f124v_ug61658_turrettini_file.jpg

page 5

ms_fr_00486_f125r_ug61659_turrettini_file.jpg

page 6


ms_fr_00486_f125v_ug61660_turrettini_file.jpg

page 7

ms_fr_00486_f126r_ug61661_turrettini_file.jpg

page 8


ms_fr_00486_f126v_ug61662_turrettini_file.jpg