140 Lettres

Lettre 1695 de Samuel Werenfels Ă  Jean-Alphonse Turrettini

BĂąle 01.05.1706 [Calend.05.1706]

Doleo, Syrraxim in vestro

Werenfels a appris avec chagrin les conflits qui ont Ă©clatĂ© dans l'Église genevoise Ă  la suite des formules utilisĂ©es par un ministre [Vial de Beaumont] au moment de signer la Formula. Il a fait preuve d'une grande et louable franchise et il a mieux fait de s'exprimer ainsi plutĂŽt que de violer sa conscience. N'y a-t-il donc jamais parmi eux de gens qui ont des doutes sur certains points et qui suspendent leur jugement sur des questions autrement subtiles et qui divisent les savants? Comb...

+ 1 pages

page 1

02367_1695-1_ug69509_turrettini_file.jpg

page 2


02368_1695-2-3_ug69510_turrettini_file.jpg

page 3

02369_1695-4_ug69511_turrettini_file.jpg

BĂąle 01.05.1706 [Calend.05.1706]


Lettre autographe, signée, adressée. (L)
Archives de la Fondation Turrettini (GenĂšve), 1/Gd.W.3

Budé, Lettres, III, p.415-418. Traduite en français. Omissions. Extrait dans Hermanin, Werenfels, p.110, n.174.


Doleo, Syrraxim in vestro


Werenfels a appris avec chagrin les conflits qui ont Ă©clatĂ© dans l'Église genevoise Ă  la suite des formules utilisĂ©es par un ministre [Vial de Beaumont] au moment de signer la Formula. Il a fait preuve d'une grande et louable franchise et il a mieux fait de s'exprimer ainsi plutĂŽt que de violer sa conscience. N'y a-t-il donc jamais parmi eux de gens qui ont des doutes sur certains points et qui suspendent leur jugement sur des questions autrement subtiles et qui divisent les savants? Combien parmi eux peuvent en conscience souscrire la formule habituelle "ita sentio, ita profiteor, ita docebo"? Comment ceux qui estiment qu'il ne faut justement pas porter l'enseignement sur de telles matiĂšres mais le concentrer sur les points fondamentaux qui sont comme le pivot de la religion et sur lesquels s'accordent les thĂ©ologiens protestants, peuvent-ils enseigner certaines choses? JA peut bien voir de quel cĂŽtĂ© se range Werenfels dans cette controverse. Il a du reste raison de faire la distinction entre la Formula elle-mĂȘme et la maniĂšre de la signer; en effet l'abolition pure et simple du Consensus engendreraient beaucoup de troubles mais, en revanche, il ne faudrait pas exercer de pressions sur la maniĂšre de le signer. Cela Ă©viterait qu'il y ait des gens qui s'y soumettent avec hypocrisie et cela n'Ă©loignerait pas du ministĂšre des gens honnĂȘtes qui ne sont pas forcĂ©ment opposĂ©s Ă  ces doctrines mais qui en conscience sont dans le doute. Il ne faut pas Ă©loigner du troupeau du Christ, comme s'ils Ă©taient des loups, ceux que le Christ lui-mĂȘme appelle, sous le seul prĂ©texte que leurs opinions divergent des nĂŽtres et cela sur des points qui ne sont pas nĂ©cessaires. Ce qu'on dit de l'intervention des Cantons alliĂ©s n'est qu'un Ă©pouvantail. Les NeuchĂątelois n'ont jamais eu Ă  se repentir de ne pas avoir souscrit Ă  la Formula et cela sans tenir compte du fait que ce dont il est question ici ce n'est pas son abolition mais la façon de la signer. Werenfels aurait prĂ©fĂ©rĂ© que dans la Compagnie on n'ait rien dit Ă  propos de la situation bĂąloise. En effet le pĂšre de Werenfels [Peter I] n'a jamaise exigĂ© la signature et son successeur [Johann Rudolf Zwinger] a fait de mĂȘme jusqu'Ă  prĂ©sent mais il n'existe aucune dĂ©cision formelle Ă  ce propos. Le pĂšre de Werenfels avait Ă©tĂ© amenĂ© Ă  cette position par les propos de l'Électeur de Brandebourg [Friedrich Wilhelm] qui, voulant se rĂ©concilier avec les luthĂ©riens, avait Ă©crit [en 1686] aux Cantons rĂ©formĂ©s qu'on insistait trop sur la grĂące particuliĂšre, ce qui offensait beaucoup les luthĂ©riens. Cela, ajoutĂ© au fait que la controverse sur le formulaire s'estompait partout, avait incitĂ© son pĂšre Ă  ne pas exiger de signature. Il a entendu dire qu'Ă  Berne mĂȘme la souscription a Ă©tĂ© admise avec certaines exceptions (comme par exemple la question des points-voyelles) ; alors, pourquoi ne pas l'admettre pour la signature elle-mĂȘme? Il faudrait que [Johann Rudolf I] Thurneysen n'Ă©crivĂźt pas Ă  BĂąle au sujet de toute cette affaire; du reste il devrait retourner sous peu dans cette ville et on lui demandera alors des dĂ©tails sur ce qui se passe Ă  GenĂšve. Le syndic [Jean-Robert] Chouet pourrait peut-ĂȘtre Ă©crire; ses lettres ont toujours un grand poids. Pour ce qui est de l'opinion des ministres bĂąlois, Werenfels croit que dans leur majoritĂ© ils sont assez proches de la modĂ©ration de GenĂšve; c'est en effet trĂšs dur de n'admettre au ministĂšre personne qui n'ait signĂ© la Formula. L'antistĂšs actuel [Zwinger] est un homme modĂ©rĂ© et sage et, si JA dĂ©sire que BĂąle entre dans le dĂ©bat actuel, il faudra qu'il lui Ă©crive.

Adresse

[GenĂšve]


Lieux

Émission

BĂąle

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

+ 1 pages

page 1

02367_1695-1_ug69509_turrettini_file.jpg

page 2


02368_1695-2-3_ug69510_turrettini_file.jpg

page 3

02369_1695-4_ug69511_turrettini_file.jpg