9 Lettres

Lettre 1630 de Jacques Genève  à Jean-Alphonse Turrettini

[Léaz] 28.09.1705

Je receu avant hier

Par la grâce de Dieu, JA se porte mieux; de Genève prie le Seigneur que son correspondant en fasse un bon usage. Pour ce qui concerne les conciles, JA mentionnne les quatre premiers généraux (ce qu'il aurait pu faire depuis le début) mais il ajoute une chose surprenante, à savoir que, même si on admet leur autorité, on ne tient pas leurs décrets pour infaillibles. Or de deux choses l'une: soit ils ont menti soit ils ont dit la vérité. Dans le premier cas, ils sont faillibles et on doit les rejet...

+ 3 pages

page 1

2351_1630-1_ug69476_turrettini_file.jpg

page 2


2352_1630-2-3_ug69477_turrettini_file.jpg

page 3

2353_1630-4-5_ug69478_turrettini_file.jpg

page 4


2354_1630-6-7_ug69479_turrettini_file.jpg

page 5

2355_1630-8_ug69480_turrettini_file.jpg

[Léaz] 28.09.1705


Lettre autographe, signée. Inédite. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (Genève), 1/Gd.L.11


Je receu avant hier


Par la grâce de Dieu, JA se porte mieux; de Genève prie le Seigneur que son correspondant en fasse un bon usage. Pour ce qui concerne les conciles, JA mentionnne les quatre premiers généraux (ce qu'il aurait pu faire depuis le début) mais il ajoute une chose surprenante, à savoir que, même si on admet leur autorité, on ne tient pas leurs décrets pour infaillibles. Or de deux choses l'une: soit ils ont menti soit ils ont dit la vérité. Dans le premier cas, ils sont faillibles et on doit les rejeter; dans le second, ils sont infaillibles puisque la vérité demeure éternellement. Pour lui faire voir que l'Église romaine n'est pas tombé dans l'idolâtrie, il lui envoie un petit traité qu'il avait jadis composé sur les images à l'intention de Dufour [III] avec lequel il a eu un commerce épistolaire que son correspondant n'a pas voulu continuer. Puisque JA dit que ce seul article suffirait pour convaincre l'Église romaine d'idolâtrie, de Genève va lui montrer qu'il ne s'agit là que d'une pure calomnie. Quant aux livres bibliques, JA affirme que la raison pour laquelle on en accepte seulement certains comme divins est qu'on y trouve des marques de divinité; de Genève aimerait bien savoir comment on découvre ces marques. À son tour, JA lui demande comment il se fait que les catholiques, qui ont tellement de respect pour les saints et la tradition, reçoivent certains livres bibliques qui ont été rejetés par la plupart des Pères grecs et latins ainsi que par le Concile de Laodicée. De Genève répond que si les protestants reconnaissent l'autorité de ce Concile, ils ne devraient pas, dans leurs Églises, chanter les psaumes dans la version française ni accepter l'Apocalypse. Pour la Lettre de Laodicée, Paul la considérait de même autorité que la sienne mais sans doute est-ce quelqu'un au-dessus de lui qui l'a rejetée. Beaucoup d'autres livres des temps apostoliques ont été exclus. Il est normal que l'Église catholique interdise la lecture des livres protestants puisque les protestants sont sortis de l'Église de Jésus-Christ et en ont abandonné la doctrine. Quant aux protestants, ils interdisent la lecture des Pères, à ce que lui a dit un ministre réformé converti au catholicisme. Le grand reproche que JA fait au catholicisme, c'est d'avoir ajouté à la religion plusieurs dogmes et plusieurs superstitions qui sont de pures inventions humaines; de Genève répond qu'on a été obligé de faire des ajouts, toujours inspirés pourtant de la Parole de Dieu, pour contrer les hérétiques et les sectes, dont celle de JA; du reste, il retrouve tellement les dogmes, le culte et la discipline de l'Église catholique dans l'Écriture qu'il faut que le Dieu de ce siècle bouche les oreilles des protestants pour qu'ils ne les voient pas. De Genève a montré les lettres de JA et ses propres réponses à son évêque [Michel-Gabriel de Rossillon de Bernex] qui lui a interdit de continuer ce commerce; il y renonce donc, en dépit du plaisir qu'il avait à entretenir le dialogue avec un homme comme JA, parce que l'évêque tient pour lui la place de Jésus-Christ et même s'il était un méchant homme, ce qu'il n'est absolument pas, il lui obéirait par amour de Jésus qui s'est soumis aux puissances pour le racheter. Il est convaincu que JA et ses coreligionnaires n'auront aucune place dans le Paradis tant qu'ils ne se convertiront pas.

Adresse

[Genève]


Lieux

Émission

Léaz

Réception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 3 pages

page 1

2351_1630-1_ug69476_turrettini_file.jpg

page 2


2352_1630-2-3_ug69477_turrettini_file.jpg

page 3

2353_1630-4-5_ug69478_turrettini_file.jpg

page 4


2354_1630-6-7_ug69479_turrettini_file.jpg

page 5

2355_1630-8_ug69480_turrettini_file.jpg