9 Lettres

Lettre 1539 de Louis Longuerue Dufour à Jean-Alphonse Turrettini

Paris 14.05.1704

J'ay eu beaucoup de joye... d'aprendre de vos

De Longuerue a bien reçu la dernière lettre de JA des mains des messieurs de Bâle qu'il lui avait adressés. Il leur rendra tous les services qui dépendront de lui, particulièrement à celui qui s'intéresse à l'étude des langues orientales mais craint néanmoins qu'ils ne puissent profiter beaucoup ni de leur séjour à Paris ni de sa bonne volonté puisqu'ils ne resteront que deux mois; il faudrait au contraire y demeurer au moins deux ans et cela serait plus profitable que de faire le tour de toute...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00488_f086r_ug62853_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00488_f086v_ug62854_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00488_f087r_ug62855_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00488_f087v_ug62856_turrettini_file.jpg

Paris 14.05.1704


Lettre autographe, [signée], adressée. (F)
Bibliothèque de Genève, Ms fr 488 (f.86-87)

Budé, Lettres, I, p.270-273. Omissions.


J'ay eu beaucoup de joye... d'aprendre de vos


De Longuerue a bien reçu la dernière lettre de JA des mains des messieurs de Bâle qu'il lui avait adressés. Il leur rendra tous les services qui dépendront de lui, particulièrement à celui qui s'intéresse à l'étude des langues orientales mais craint néanmoins qu'ils ne puissent profiter beaucoup ni de leur séjour à Paris ni de sa bonne volonté puisqu'ils ne resteront que deux mois; il faudrait au contraire y demeurer au moins deux ans et cela serait plus profitable que de faire le tour de toute l'Europe mais il est difficile de changer les coutumes teutoniques. Il n'a pas par contre reçu la harangue de JA De sæculo XVII erudito; il estime que le danger pour les Lettres ne vient pas aujourd'hui des guerres mais plutôt des fanatiques cartésiens et des visionnaires malebranchiens, entichés de toutes les nouveautés. Deux ans auparavant, il avait reçu l'oraison inaugurale prononcée par JA en 1697 [De sacrarum antiquitatum usu] et publiée en 1702 de même que sa dissertation sur les jeux séculaires [De ludis sæcularibus], les deux reliées ensemble. En 1703, il avait reçu la même pièce de la part de certains Danois et l'avait passée à Toinard, un autre ami de JA. Plusieurs gens de Lettres ont lu la dissertation sur les jeux séculaires et l'ont approuvée; elle a reçu aussi une mention honorable dans le Journal des sçavans [Paris, 08.01.1703] et a été lue avec applaudissement à l'Académie des Inscriptions et des Médailles. Heureusement aucun de ces messieurs ne soupçonne que l'abbé a aidé JA dans la rédaction de ce travail; et il est bien qu'il en soit ainsi, compte tenu du fait que le Genevois a durement attaqué les papes, notamment au sujet des indulgences; en quoi, selon l'assistance, il s'est doublement trompé, cette remarque étant déplacée dans une telle dissertation et de surcroît fausse. En effet les pontifes n'ont pas bénéficié personnellement des indulgences et on était libre de faire l'aumône à qui on voulait. Il est vrai que quelquefois on a demandé de l'argent pour le bâtiment de Saint-Pierre mais c'est une pratique qui n'a plus cours depuis deux cents ans et c'est pourquoi JA aurait dû laisser tomber ce genre de satires faciles et les remplacer par des choses plus solides. Dans cette discussion, de Longuerue n'a rien dit, ni pour ni contre, sachant qu'il n'aurait pas pu défendre son correspondant d'une manière convaincante et que cela lui aurait nui; mais il met en garde JA contre des manières «lémaniques» qui détonnent dans une dissertation sérieuse et érudite. Hardouin continue d'imprimer au Louvre sa nouvelle éditions des conciles [Conciliorum collectio regia maxima] qui n'ajoutera rien aux précédentes mais en retranchera beaucoup. Les bénédictins poursuivent leurs édition des Pères latins dont on a vu récemment un saint Grégoire et un saint Jérôme. Bernard de Montfaucon, après avoir donné un saint Athanase en 1698 a mis sous la presse le commentaire d'Eusèbe sur les psaumes, jamais publié et qui enseigne clairement l'arianisme et le pélagianisme. Les fragments des versions d'Aquila, Théodotion et Symmaque seront en vente dès septembre prochain. Aussitôt après on imprimera, du même auteur, des Analecta sacra. JA aura sûrement appris la mort de [Jacques-Bénigne I] Bossuet qui permettra peut-être à son ennemi [Richard] Simon de sortir de sa caverne; il y a deux jours est décédé aussi le célèbre prédicateur Bourdaloue. D'après François Pagi, neveu d'Antoine Pagi, qui avait été l'un des grands amis de de Longuerue, l'impression genevoise de l'ouvrage en quatre volumes de son oncle est en voie d'achèvement; de Longuerue a accepté d'écrire l'éloge de l'auteur mais son nom ne paraîtra ni à cet endroit ni ailleurs dans l'ouvrage. Il craint néanmoins qu'il n'y ait beaucoup de fautes et il pense qu'il faudra prévoir un volume d'errata. Il prie JA d'excuser ses mots à l'encontre descontroversistes qu'il ne tolère plus, de quelques côtés qu'ils soient.

Adresse

Genève


Lieux

Émission

Paris

RĂ©ception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00488_f086r_ug62853_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00488_f086v_ug62854_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00488_f087r_ug62855_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00488_f087v_ug62856_turrettini_file.jpg