66 Lettres

Lettre 1526 de Jean-Alphonse Turrettini à Élie Merlat

[Genève] 26.02.1704

Je n'ay point pris

JA répond aux censures que Merlat lui a adressées au sujet de sa harangue [De sæculo XVII erudito], censures qui ne l'ont par ailleurs pas offusqué. Il défend tout d'abord le droit d'étudier la nature, moyen pour admirer la grandeur de Dieu. Il est fasciné par les découvertes récentes en ce domaine et les juges très utiles même par rapport à la religion. En deuxième lieu, il trouve outré que Merlat lui reproche de choisir le mauvais parti en étudiant Scaliger, Casaubon, Saumaise, Pétau et...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00481_f019r_ug59209_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00481_f019v_ug59210_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00481_f020r_ug59211_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00481_f020v_ug59212_turrettini_file.jpg

Lettre 1526 de Jean-Alphonse Turrettini à Élie Merlat

[Genève] 26.02.1704


Copie. Inédite. (F)
Bibliothèque de Genève, Ms fr 481 (f.19-20)


Je n'ay point pris


JA répond aux censures que Merlat lui a adressées au sujet de sa harangue [De sæculo XVII erudito], censures qui ne l'ont par ailleurs pas offusqué. Il défend tout d'abord le droit d'étudier la nature, moyen pour admirer la grandeur de Dieu. Il est fasciné par les découvertes récentes en ce domaine et les juges très utiles même par rapport à la religion. En deuxième lieu, il trouve outré que Merlat lui reproche de choisir le mauvais parti en étudiant Scaliger, Casaubon, Saumaise, Pétau et surtout Grotius ; certes, la science humaine a ses limites (et il tient pour l'une des principales découvertes de la nouvelle philosophie le fait de savoir aujourd'hui combien on sait peu) mais aussi son utilité et on ne saurait souhaiter de retomber dans la barbarie des IXe, Xe et XIe siècles qui ont été si funestes pour la religion. JA est sûr que son correspondant bénit Dieu du rétablissement des sciences qui a si fort contribué à la Réformation. Du reste à l'entendre, il faudrait fermer les auditoires et arrêter de donner des cours. JA s'intéresse aux multiples domaines du savoir plus encore que comme particulier comme recteur de l'Académie et il a estimé opportun de montrer les découvertes du siècle dernier sous un jour spécialement consacré aux sciences; quant à ses recherches personnelles, elles portent sur l'Évangile par rapport à la prédication et sur l'histoire de l'Église. Dans le temps, Merlat semblait approuver ses études et l'encourager à les poursuivre. JA reconnaît enfin qu'ils ont des idées différentes sur Grotius, accusé par son correspondant de ne s'intéresser qu'à des choses profanes; son livre De la vérité de la religion chrétienne montre le contraire et quant à son commentaire des évangiles [Annotationes in libros evangeliorum] il élaircit une infinité de passages par le biais des langues et de l'histoire. JA du reste ne se porte pas garant de tout ce que Grotius a écrit, il ne parle pas de sa pensée théologique mais il en apprécie le savoir et le génie.

Adresse

[Lausanne]


Lieux

Émission

Genève

Réception

Lausanne

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00481_f019r_ug59209_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00481_f019v_ug59210_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00481_f020r_ug59211_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00481_f020v_ug59212_turrettini_file.jpg