277 Lettres

Lettre 1453 de Jean-Frédéric I Ostervald à Jean-Alphonse Turrettini

NeuchĂątel 13.12.1702

Je ne saurois assez

Ostervald est trĂšs reconnaissant Ă  JA et Ă  [Louis I] Tronchin de ce qu'ils ont fait pour son CatĂ©chisme; leur «Approbation» est bien trop Ă©logieuse mais Ostervald se permettra de la montrer en cas de nĂ©cessitĂ© pour fermer la bouche Ă  des gens trop incrĂ©dules. Les exemplaires de l'ouvrage ne sont pas encore arrivĂ©s et il a sollicitĂ© [Étienne] Jallabert. Le sermon que JA a vu a Ă©tĂ© composĂ© Ă  la hĂąte, il n'y a mis que deux jours et il ne pourrait jamais se rĂ©soudre Ă  le faire imprimer, et le...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00489_f039r_ug63372_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00489_f039v_ug63373_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00489_f040r_ug63374_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00489_f040v_ug63375_turrettini_file.jpg

NeuchĂątel 13.12.1702


Lettre autographe, signée, adressée. (F)
BibliothÚque de GenÚve, Ms fr 489 (f.39-40)

Budé, Lettres, III, p.12-14.


Je ne saurois assez


Ostervald est trĂšs reconnaissant Ă  JA et Ă  [Louis I] Tronchin de ce qu'ils ont fait pour son CatĂ©chisme; leur «Approbation» est bien trop Ă©logieuse mais Ostervald se permettra de la montrer en cas de nĂ©cessitĂ© pour fermer la bouche Ă  des gens trop incrĂ©dules. Les exemplaires de l'ouvrage ne sont pas encore arrivĂ©s et il a sollicitĂ© [Étienne] Jallabert. Le sermon que JA a vu a Ă©tĂ© composĂ© Ă  la hĂąte, il n'y a mis que deux jours et il ne pourrait jamais se rĂ©soudre Ă  le faire imprimer, et les autres sermons non plus du reste. Mais il semblerait que la Compagnie, qui l'a priĂ© de faire cette impression, commence Ă  s'offenser de ses refus. Il cherchera Ă  la convaincre; on lui avait conseillĂ© d'y faire des changements mais s'il Ă©tait obligĂ© de le publier, il le donnerait tel que ses auditeurs l'ont entendu. Il a reçu hier une Dissertatio apologetica du cher Werenfels; cette piĂšce l'a charmĂ©. Il y a admirĂ© la soliditĂ© et la nettetĂ© du raisonnement et la dĂ©licatesse dont l'auteur fait preuve; il rĂ©fute les papistes mais il n'y a qu'Ă  changer les noms et l'application est aisĂ©e. Il transcrit certains passages qui l'ont spĂ©cialement charmĂ©, comme ceux ou Werenfels traite d'Ăąnes les thĂ©ologiens scolastiques. Les thĂ©ologiens sont peints au naturel, notamment pour ce qui est de leur hypocrisie, de leurs prĂ©jugĂ©s et de leur science vaine. Il n'Ă©pargne du reste pas les rĂ©formĂ©s. C'est une piĂšce qui devrait ĂȘtre lue par tous les thĂ©ologiens; mais certains auront beau la lire, ils ne s'y reconnaĂźtront pas, tout en y Ă©tant dĂ©crits au naturel. Ostervald pense que JA n'a pas encore vu cette dissertation et c'est pour cela qu'il lui raconte tout ce qui prĂ©cĂšde. Il se rĂ©jouit que la santĂ© de son correspondant soit bonne en ce moment. Un PS informe que le bateau d'Yverdon est arrivĂ© mais que le ballot n'y Ă©tait point.

Adresse

GenĂšve


Lieux

Émission

NeuchĂątel

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00489_f039r_ug63372_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00489_f039v_ug63373_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00489_f040r_ug63374_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00489_f040v_ug63375_turrettini_file.jpg