66 Lettres

Lettre 1388 de Samuel Werenfels Ă  Jean-Alphonse Turrettini

Bâle 28.03.1702

Accepisse te credo

JA devrait avoir reçu l'Epistola de jure de Werenfels; si son correspondant n'a pas encore distribué les exemplaires qu'il lui a envoyés, Werenfels lui demande d'en offrir à [Louis I] Tronchin, [Bénédict] Pictet, [Antoine I] Léger et [Jean-Antoine] Gautier. Il ne sait pas quel sera l'accueil de ce texte; quoi qu'il en soit, il serait mieux de se taire plutôt que d'écrire seulement ce qu'on croit qu'il plaira à tout le monde. Il le remercie de ce qu'il lui communique dans sa dernière lettr...

+ 2 pages

page 1

02309_1388-1-2_ug69313_turrettini_file.jpg

page 2


02310_1388-3-4_ug69314_turrettini_file.jpg

page 3

02311_1388-5_ug69315_turrettini_file.jpg

page 4


02312_1388-6_ug69316_turrettini_file.jpg

Bâle 28.03.1702


Lettre autographe, signée, adressée. (L)
Archives de la Fondation Turrettini (Genève), 1/Gd.W.3

Extrait dans Hermanin, Werenfels, p.190, n.40.


Accepisse te credo


JA devrait avoir reçu l'Epistola de jure de Werenfels; si son correspondant n'a pas encore distribué les exemplaires qu'il lui a envoyés, Werenfels lui demande d'en offrir à [Louis I] Tronchin, [Bénédict] Pictet, [Antoine I] Léger et [Jean-Antoine] Gautier. Il ne sait pas quel sera l'accueil de ce texte; quoi qu'il en soit, il serait mieux de se taire plutôt que d'écrire seulement ce qu'on croit qu'il plaira à tout le monde. Il le remercie de ce qu'il lui communique dans sa dernière lettre et des avis qu'il lui transmet sur les livres. Il les possède, à l'exception du De Scripturis vernaculis [Historia dogmatica] d'Ussher. Il estime qu'il serait très utile d'établir quels étaient les articles qui, pendant les premiers siècles du christianisme, devaient être nécessairement crus par tout bon chrétien. Il faudrait en effet pouvoir arriver à établir quelle était l'opinion de l'Église primitive sur les articles controversés entre catholiques et protestants. Sur les doctrines de la prédestination, de la grâce et du libre arbitre, il aimerait que parmi les réformés l'autorité d'Augustin ne fût pas aussi grande. Il ne sait pas comment on peut concilier cette opinion avec tout ce qu'on entend quotidiennement de la chaire (?): que la liberté consiste seulement dans la spontanéité ou dans la licence et qu'un homme est libre dans les choses qui ont été déterminées par un décret immuable de Dieu, d'une telle liberté que les actions bonnes ou mauvaises peuvent lui être imputées au niveau de la peine ou de la récompense. Il ne peut concevoir cela d'aucune manière ou, pour parler librement, il voit clairement que cela est faux. Werenfels a lu le système en français du théologien genevois [Pictet, Théologie chrétienne] pour ce qui concerne ces points et il n'a pas été satisfait. JA a-t-il lu ce qui est dit au sujet de la providence divine et du péché? Il ne sait pas si cela ne paraîtra pas hétérodoxe à beaucoup de monde, notamment ce qui est dit sur la haine que Dieu suscite en l'homme mais que celui-ci détermine. Werenfels ne sait pas s'il a déjà fait savoir à JA dans sa lettre précédente qu'il avait donné à Faesch un exemplaire de sa dissertation. Plusieurs feuilles sont jointes à cette lettre qui proposent, entre autres sous la forme de syllogisme, des réflexions et des difficultés sur les thèmes de la création et de la réprobation.

Adresse

Genève


Lieux

Émission

Bâle

RĂ©ception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

02309_1388-1-2_ug69313_turrettini_file.jpg

page 2


02310_1388-3-4_ug69314_turrettini_file.jpg

page 3

02311_1388-5_ug69315_turrettini_file.jpg

page 4


02312_1388-6_ug69316_turrettini_file.jpg