80 Lettres

Lettre 1279 de Louis Longuerue Dufour à Jean-Alphonse Turrettini

Paris 02.04.1700

D'abord que j'eus reçeû

À la demande de JA, de Longuerue a écrit au procureur général de Dijon en faveur de [Jacques (?)] Favre, ami et parent du destinataire. La question est délicate puisqu'il s'agit d'interpréter un édit, ce qui est défendu dans toutes les Cours Souveraines qui, dans ce cas-là, doivent avoir recours au roi, comme ont fait les Messieurs de Dijon. Ceux-ci attendent donc la décision de la Cour pour donner arrêt. Ils n'auraient pas pu agir autrement et même s'ils avaient interprété l'édit et s'étaient p...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00488_f061r_ug62803_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00488_f061v_ug62804_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00488_f062r_ug62805_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00488_f062v_ug62806_turrettini_file.jpg

Paris 02.04.1700


Lettre autographe, signée, adressée. (F)
Bibliothèque de Genève, Ms fr 488 (f.61-62)

Budé, Lettres, II, p.266-268. Omissions.


D'abord que j'eus reçeû


À la demande de JA, de Longuerue a écrit au procureur général de Dijon en faveur de [Jacques (?)] Favre, ami et parent du destinataire. La question est délicate puisqu'il s'agit d'interpréter un édit, ce qui est défendu dans toutes les Cours Souveraines qui, dans ce cas-là, doivent avoir recours au roi, comme ont fait les Messieurs de Dijon. Ceux-ci attendent donc la décision de la Cour pour donner arrêt. Ils n'auraient pas pu agir autrement et même s'ils avaient interprété l'édit et s'étaient prononcés en faveur du parent de JA, cela n'aurait servi à rien puisqu'on aurait infailliblement obtenu la cassation du jugement au Conseil privé. Il faudrait que JA fasse l'effort de comprendre leur point de vue. Désormais on n'écoute plus nulle part la voix des tolérants pour ce qui concerne la religion, excepté en Hollande. Il n'a plus eu aucune nouvelle de [Pierre I] Allix, dont il attendait des réponses. La cherté du papier, dont le meilleur vient de France, a arrêté les impressions des livres en Angleterre, qui sera bientôt en proie à la barbarie, comme partout ailleurs. Aucun libraire de ce pays n'accepte plus d'imprimer à ses frais une petit livre in-12° s'il est en latin. Quant à l'Histoire du règne de Louis XIII de Le Vassor, elle ne peut qu'être bien ordinaire puisqu'il aurait fallu être sur place pour faire quelque chose de bon. Il serait content si JA pouvait lui envoyer les Lettres de Vargas. L'original espagnol aussi bien que la version française se vendraient très bien en France s'ils étaient sans notes ni controverses. Longuerue est content d'apprendre que JA s'instruit dans les médailles mais il faut qu'il se consacre seulement à celles en bronze qui sont les plus instructives. On en trouve en province pour des prix risibles. À Paris, la fièvre des médailles est complètement tombée; [Jean-Foy] Vaillant, antiquaire du duc du Maine, est devenu son jardinier; Toinard et [Ézéchiel] Spanheim s'intéressent toujours à l'antiquariat mais ils ne font plus d'achat. Il demande des nouvelles de [Johann Jakob] Cramer pour qui il a de l'estime et qui a fini dans une bicoque éloignée de tout commerce. Il a lu le livre de Jurieu sur le quiétisme [Traité historique] et a admiré la patience qu'a l'auteur de se pencher sur ces mystiques. Il paraît qu'on prépare en Hollande une nouvelle édition fort augmentée. Le neveu de feu Pagi [François Pagi] a été trois mois à Paris; il se rendra bientôt à Genève pour s'occuper de l'impression du livre de son oncle dont [Gabriel (?)] de Tournes a promis de se charger.

Adresse

Genève


Lieux

Émission

Paris

RĂ©ception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00488_f061r_ug62803_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00488_f061v_ug62804_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00488_f062r_ug62805_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00488_f062v_ug62806_turrettini_file.jpg