28 Lettres

Lettre 1247 de Louis Longuerue Dufour à Jean-Alphonse Turrettini

Paris 12.08.1699

Je croyois que Monsr Lescot

Concernant les deux volumes manquant de l'histoire byzantine demandĂ©s par JA, de Longuerue pensait que l'affaire avait Ă©tĂ© conclue par [Paul] L'Escot; le prix fixĂ© par le libraire Ă  cinquante francs, ne peut pas ĂȘtre diminuĂ© en raison de la chertĂ© et de la raretĂ© de l'Acropolite. Il faudra que JA fasse relier les volumes Ă  GenĂšve de la mĂȘme façon que le reste de l'Historia. Les deux volumes sont en tout cas Ă  sa disposition dĂšs aujourd'hui. De Longuerue imagine que JA possĂšde aussi, pour...

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00488_f051r_ug62783_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00488_f051v_ug62784_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00488_f052r_ug62785_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00488_f052v_ug62786_turrettini_file.jpg

Paris 12.08.1699


Lettre autographe, signée, adressée. (F)
BibliothÚque de GenÚve, Ms fr 488 (f.51-52)

Budé, Lettres, II, p.252-254. Omissions.


Je croyois que Monsr Lescot


Concernant les deux volumes manquant de l'histoire byzantine demandĂ©s par JA, de Longuerue pensait que l'affaire avait Ă©tĂ© conclue par [Paul] L'Escot; le prix fixĂ© par le libraire Ă  cinquante francs, ne peut pas ĂȘtre diminuĂ© en raison de la chertĂ© et de la raretĂ© de l'Acropolite. Il faudra que JA fasse relier les volumes Ă  GenĂšve de la mĂȘme façon que le reste de l'Historia. Les deux volumes sont en tout cas Ă  sa disposition dĂšs aujourd'hui. De Longuerue imagine que JA possĂšde aussi, pour l'histoire byzantine, Du Cange, Villehardouin et Pachymeres. Pour ce qui concerne [Johann Jakob] Cramer, il paraĂźt que les autoritĂ©s zurichoises, aprĂšs l'avoir empĂȘchĂ© d'accepter la chaire d'hĂ©breu Ă  Leyde, l'ont tellement peu mĂ©nagĂ© qu'il est allĂ© chercher une chaire de thĂ©ologie Ă  Herborn. Il aurait Ă©tĂ© mieux en Hollande que dans la petite bicoque oĂč il est Ă  prĂ©sent. Pour ce qui est de l'Alcoran, il faudrait le faire passer par la Franche-ComtĂ©. Le pĂšre Martianay a attaquĂ© [Richard] Simon non seulement en latin dans son Ă©dition de JĂ©rĂŽme mais aussi en français dans un pamphlet offensant et injurieux [Continuation]. Du reste, ce moine n'Ă©pargne personne des anciens ou des modernes, attaque sans ambages Érasme et Victorius [Vettori], considĂ©rant tout ce qu'il dit comme des oracles et regardant comme impie qui ose Ă©mettre des doutes Ă  l'Ă©gard de ses affirmations. Il n'est probablement pas faussaire mais vraisemblablement pas critique non plus. Les autres bĂ©nĂ©dictins n'ont aucune part Ă  son ouvrage. L'auteur de l'Ă©dition d'Augustin est un honnĂȘte homme, mĂȘme s'il s'est attirĂ© plusieurs critiques. De Longuerue estime beaucoup Montfaucon, homme savant qui sait parfaitement le grec; il est Ă  prĂ©sent en Italie oĂč il fait une abondante rĂ©colte, surtout de manuscrits grecs. Les fautes des individus ne doivent pas retomber sur le corps tout entier. Cela fait six semaines que de Longuerue n'a pas vu L'Escot qui est accablĂ© de commissions.

Adresse

GenĂšve


Lieux

Émission

Paris

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

+ 2 pages

page 1

ms_fr_00488_f051r_ug62783_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00488_f051v_ug62784_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00488_f052r_ug62785_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00488_f052v_ug62786_turrettini_file.jpg