160 Lettres

Lettre 1239 de Jacques Basnage Ă  Jean-Alphonse Turrettini

[Hollande] 16.03.1699 [16.03.]

Il est vray que

Carpentier, au sujet duquel JA avait écrit à Basnage, s'est effectivement rendu en Hollande après avoir quitté Genève et y a abjuré les erreurs de l'Église catholique, son instruction ayant été jugée satisfaisante. Il a été employé par [Reinier] Leers à tirer les portraits dans l'Histoire d'Angleterre [de Larrey] mais Leers l'a par la suite accusé d'avoir vendu des exemplaires de ces portraits à Rotterdam et d'en avoir porté d'autres à Paris. Des bruits ont aussi couru quant à la probité...

page 1

0430_1239-1-2_ug69198_turrettini_file.jpg

page 2


0431_1239-3-4_ug69199_turrettini_file.jpg

Lettre 1239 de Jacques Basnage Ă  Jean-Alphonse Turrettini

[Hollande] 16.03.1699 [16.03.]


Lettre autographe, signée, adressée. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (Genève), 1/Gd.B.10

Silvera, Corrispondenza, p.160-167.


Il est vray que


Carpentier, au sujet duquel JA avait écrit à Basnage, s'est effectivement rendu en Hollande après avoir quitté Genève et y a abjuré les erreurs de l'Église catholique, son instruction ayant été jugée satisfaisante. Il a été employé par [Reinier] Leers à tirer les portraits dans l'Histoire d'Angleterre [de Larrey] mais Leers l'a par la suite accusé d'avoir vendu des exemplaires de ces portraits à Rotterdam et d'en avoir porté d'autres à Paris. Des bruits ont aussi couru quant à la probité de ses mœurs. Ce qui est sûr, c'est qu'il a quitté cette ville sans payer ses dettes et sans demander de témoignages ni à Leers ni à l'Église. Northeit est charmé de son séjour à Genève et Basnage le comprend puisque pour lui cela a été l'un des plus agréables qu'il ait jamais faits. Le voisinage des troupes françaises a dû alarmer les Genevois et Basnage a craint pour eux. Entre [Marie] de Nemours et le prince de Conti c'est la première qui devrait la remporter puisque le testament de Longueville a été fait quand celui-ci n'avait plus l'usage de sa raison; mais la France consolera le prince de la perte d'une couronne par l'acquisition d'une petite principauté. Il y a de quoi craindre pour la religion de ce pays [Neuchâtel]. Basnage aurait voulu offrir à JA un exemplaire de son Histoire mais le prix est tellement élevé qu'il n'en a pas les moyens et doit se restreindre à la parenté; on y trouvera un grand amas de fait entassés les uns sur les autres mais la question est de savoir s'ils ont été assez bien digérés. On entreprend en Hollande la réimpression de gros ouvrages, comme le saint Augustin de Paris, qui sortira en 4 volumes in-folio et auquel [Jean] Le Clerc ajoutera des notes, qui ne seront peut-être pas très honorables pour Augustin et serviront peut-être à le discréditer. Les Huguetans encore vont imprimer les œuvres de Petau alors que Van der Aase se charge à Leyde de celles d'Erasme [Opera omnia emendatoria]. Un soi-disant abbé allemand fait paraître une censure contre l'édition bénédictine d'Augustin mais il doit s'agir d'un jésuite [Langlois, Lettre de l'abbé ***]. Simon a publié une critique de l'édition que Martianay a faite de Jérôme, à cause de ses démêlés personnels avec ce savant et de certains faits piquants que Martianay a publiés dans la préface. Simon accuse les moines bénédictins de gratter les parchemins et d'arriver à trouver dans les manuscrits tout ce qu'ils veulent; il leur reproche de forcer la lecture des manuscrits pour y trouver ce qu'ils veulent et accuse Martianay en particulier d'avoir attribué à Jérôme des scholies qui ne sont pas de lui. Mais puisque celui-ci reconnaît sa faute, Basnage juge la critique de Simon trop rude. On a publié en Hollande un livre intitulé De causa arnaldiana [de Quesnel], qui est une biographie d'Arnauld avec toutes les pièces qui ont été faites pour sa défense. On prépare aussi une histoire complète du jansénisme [de Gerberon] mais on verra avant trois volumes de sermons de Du Bosc sur les premiers chapitres de la lettre aux Éphésiens où la matière de la grâce est bien expliquée. En même temps, Leers donnera le traité des comètes de Bayle avec beaucoup d'additions; les démêlés de celui-ci ont finalement cessé et il peut travailler tranquillement à la IIe édition de son Dictionnaire [1702]. La polémique entre Benoist, Le Vassor et [Isaac] Jaquelot a aussi pris fin; le dernier a fait un traité du Messie. Basnage ne l'a pas encore lu; certains le trouvent très bon et orthodoxe mais ses ennemis l'attaquent et cherchent de la matière pour un nouveau procès. On a beau être persécuté, exilé, affligé, on ne peut rester tranquille pour autant, mu comme on l'est par le désir de faire sentir aux autres qu'on vit. Quant à Basnage, il se tient à l'écart. Les démêlés entre [Jacques-Bénigne I] Bossuet et Fénelon continuent; on imprime toujours en Hollande tout ce qui se faitlà-dessus, de même que quelques ouvrages de Madame Guyon. Il paraît que Rome est divisée à ce sujet.

Adresse

Genève


Lieux

Émission

Hollande

RĂ©ception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

page 1

0430_1239-1-2_ug69198_turrettini_file.jpg

page 2


0431_1239-3-4_ug69199_turrettini_file.jpg