143 Lettres

Lettre 1088 de Louis Longuerue Dufour à Jean-Alphonse Turrettini

Paris 30.08.1697

J'ay reçeu... vótre lettre du 13

De Longuerue a reçu la dernière lettre de JA par [Georges] Polier [de Bottens] à qui il a donné un billet de recommandation pour Picques; quant à [Richard] Simon, c'est différent parce que, bien qu'il soit à Paris, il se cache dans un endroit secret pour travailler à on ne sait quel ouvrage [Nouveau Testament, 1702]. La lettre de JA l'a réjoui parce qu'il croyait être brouillé avec lui, ne recevant plus de ses nouvelles et ne trouvant par ailleurs rien qui chargeât sa conscience là-dessus...

page 1

2478_1088-1-2_ug69122_turrettini_file.jpg

page 2


2479_1088-3-4_ug69123_turrettini_file.jpg

Paris 30.08.1697


Lettre autographe, signée, adressée. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (Genève), 1/Gd.L.28

Budé, Lettres, II, p.236-242. Omissions.


J'ay reçeu... vótre lettre du 13


De Longuerue a reçu la dernière lettre de JA par [Georges] Polier [de Bottens] à qui il a donné un billet de recommandation pour Picques; quant à [Richard] Simon, c'est différent parce que, bien qu'il soit à Paris, il se cache dans un endroit secret pour travailler à on ne sait quel ouvrage [Nouveau Testament, 1702]. La lettre de JA l'a réjoui parce qu'il croyait être brouillé avec lui, ne recevant plus de ses nouvelles et ne trouvant par ailleurs rien qui chargeât sa conscience là-dessus. Il ne pouvait du reste pas croire que son correspondant ne dispose pas d'un quart d'heure pour lui écrire, d'autant plus qu'il savait qu'il écrivait à d'autres personnes à Paris et à Nicaise à Dijon. Il est content maintenant d'apprendre que JA s'applique à l'histoire ecclésiastique; c'est un domaine très vaste et il faut tout savoir pour y être habile. Il faut notamment connaître l'histoire profane sans quoi on fait des fautes grossières et insupportables. Il est donc surpris d'apprendre qu'en même temps JA prêche en français et en italien. On l'a sûrement mal conseillé. Il l'incite donc à se contenter de sa profession d'historien sans vouloir être aussi orateur; cela est incompatible. Il doit aussi se plaindre de JA sur un autre point: son correspondant sait qu'il s'est toujours intéressé à l'histoire mais il ne lui a pas écrit là-dessus depuis longtemps. Si sa qualité d'abbé et le séminaire où il loge peuvent déranger les réformés genevois, JA n'avait qu'à adresser la lettre à Mr de L. au Faubourg St-Jacques. [Antoine I] Pagi, âgé maintenant de 79 ans, travaille à terminer ses deux volumes [Critica historico-chronologica] et il s'est arrêté au XIIe tome [des Annales] de Baronius; on pourrait en commencer l'impression l'année prochaine après Pâques. Depuis quelques années les temps ont été fâcheux pour les auteurs comme pour les libraires mais heureusement les choses devraient changer. Pour ce qui concerne la littérature, les nouvelles sont plutôt stériles. Il n'y a sous presse de considérable que l'édition de Saint Athanase en trois volumes in-folio chez Anisson au Louvre; ce sont les bénédictins qui la font. Elle devrait paraître au début de l'année prochaine. JA peut aisément s'imaginer que de Longuerue n'est pas homme à prêter la moindre attention au glossaire universel de Thomassin, pas plus qu'au livre scandaleux du jésuite Hardouin [Chronologia Veteris Testamenti] qui veut refondre toutes les sciences et prétend qu'hormis la Vulgate, Hérodote et Pline, tous les livres grecs et latins ont été fabriqués en France il y a 500 ans. Ce monstre va paraître et on le tolère parce qu'on ne s'intéresse ici désormais qu'aux affaires d'État et de guerre. Le grand Le Clerc avec son Ars critica n'est qu'un enfant comparé à ce chevalier errant, ce Don Quichotte de la littérature. Les quatre évangiles du père Bouhours ont paru à la fin de l'année passée [Nouveau Testament, 1697] ; Simon a fait la critique des huit premiers chapitres dans une lettre qui a paru peu après. Les jésuites y ont répondu par deux libelles diffamatoires que Simon a réduits en poussière par deux autres lettres [Difficultés]. Il a remporté une pleine victoire mais ces pièces sont très rares maintenant; est-il possible que JA n'ait pas vu cela? On dirait qu'il est aux Indes. On ne sait pas quand paraîtra la seconde partie du Nouveau Testament des jésuites [Paris, 1703]. Le dictionnaire oriental d'Herbelot fait peu d'honneur à l'auteur; ce livre est tellement décrié à Paris qu'on l'offre à 100 sous et on ne le vend pas. On n'y trouve ni critique ni jugement. Pour ce qui concerne les livres de JA, il vaut mieux qu'il les garde à Genève; il y a peu de débit ici pour les livres de controverse qu'on vend à 100 sous le volume in-folio; avec les frais de port, très chers à Genève, JA ne gagnerait rien; il ne faut envoyer que des livres très"rares et très chers pour que l'affaire soit avantageuse. La petite bible de Robert Estienne [Genève, 1553], bien conditionnée, peut valoir 24/25 francs. Longuerue conseille donc à JA de troquer sur place ses livres doubles. Pour les livres que JA demande, ce sont des livres d'or qu'on ne troque pas et dont le prix augmente chaque jour. Il faut les acheter peu à peu, à mesure que JA aura de l'argent de reste. Longuerue sait par ses amis d'Italie que la littérature ne marche pas très fort dans ce pays et qu'on ne sait plus ce que c'est qu'imprimer sinon aux frais d'auteur. Le dernier mécène, le cardinal Barbarigo, est mort et son Alcoran en est resté là. En Allemagne, on ne fait que réimprimer, et mal, des livres français; en Hollande, on ne fait que niaiser et on publie des livres si impertinents et si fades que tous les gens de goût les vomissent. Le recueil des antiquités romaines [Graevius, Thesaurus, 1694-1699] ne sera pas sans utilité. Ils réimpriment le Julius Pollux [Onomasticum, 1706 (?)] qu'on ne trouvait plus mais ces gens-là font autant de fautes que de lignes. En Angleterre, tout fait pitié et la littérature est en mauvais état. Tout cela pourrait changer si ce fléau qu'est la guerre cessait. Longuerue a su par Pagi que son ami intime Mazaugues avait envoyé à Genève les lettres de Peiresc; il ne sait pas si on y a joint celles qui sont dans le recueil de Camden [Epistolæ]. Simon n'a imprimé aucun ouvrage depuis ses Nouvelles observations sur les versions du Nouveau Testament imprimées à Paris chez Boudot en 1695; de Longuerue ne sait pas si son correspondant a ce volume; c'est un supplément des trois tomes imprimés en Hollande sur le Nouveau Testament. La santé de JA ne s'améliorera jamais s'il continue à travailler autant; il faut qu'il se contente d'un seul métier et renonce à la prédication, au vu aussi de sa complexion délicate. Là où il est, on est plein de prédicateurs et on se passera bien de lui. À Paris, on en est inondé mais le nombre des gens de lettres est très petit. Quant à lui, il jouit d'une santé passablement bonne et continue de s'appliquer aux sciences solides, ne prêtant aucune attention ni aux différends ni aux livres de Fénelon ni au fanatisme de [Jacques-Bénigne I] Bossuet; il n'a que faire du quiétisme et du pur amour qui occupent ici tout le monde.

Adresse

Genève


Lieux

Émission

Paris

RĂ©ception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

Ouvrages

Alcorani textus universus ex correctioribus Arabum exemplaribus summa fide, atque pulcherrimis characteribus descriptus [...] in Latinum translatus Annales ecclesiastici Ars critica Bibliothèque orientale, ou Dictionnaire universel contenant généralement tout ce qui regarde la connoissance des peuples de l'Orient Chronologia Veteris Testamenti ad vulgatam versionem exacta et nummis antiquis illustrat Critica historico-chronologica in universos Annales ecclesiasticos eminentissimi et reverendissimi Cæsaris cardinalis Baroni Difficultez proposées au révérend père Bouhours, de la Compagnie de Jésus, sur sa traduction françoise des quatre évangélistes Epistolæ. Cum appendice varii argumenti. Accesserunt Annalium Regni Regis Jacobi I. Apparatus, et Commentarius de antiquitate, dignitate, & officio Comitis Marescalli Angliæ. Præmittitur G. Camdeni Vita. Scriptore Thoma Smitho Glossarium universale hebraicum Histoire critique des principaux commentateurs du Nouveau Testament depuis le commencement du christianisme jusques à notre tems Histoire critique des versions du Nouveau Testament Histoire critique du texte du Nouveau Testament Lettre de M. de Sotteville à M. Simon Nouvelles observations sur le texte et les versions du Nouveau Testament Opera omnia quæ extant vel quæ ejus nomine circumferuntur [...] opera et studio monachorum ordinis S. Benedicti et congregatione Sancti Mauri Thesaurus Antiquitatum Romanarum BIBLE (Ancien et Nouveau Testament) La Bible, Qui est toute la Saincte Escripture contenant le Vieil et le Nouveau Testament BIBLE (Nouveau testament) Le Nouveau Testament de notre Seigneur Jésus-Christ, traduit en françois selon la Vulgate BIBLE (Nouveau testament) Le Nouveau Testament de notre Seigneur Jésus-Christ, traduit en françois selon la Vulgate, Tome second BIBLE (Nouveau testament) Le Nouveau Testament de nôtre Seigneur Jésus Christ ➤ Lister (20)

page 1

2478_1088-1-2_ug69122_turrettini_file.jpg

page 2


2479_1088-3-4_ug69123_turrettini_file.jpg