16 Lettres

Lettre 998 de Claude Nicaise Ă  Jean-Alphonse Turrettini

Dijon 04.05.1696 [04.05.96]

J'attends... avec impatience un autre

Nicaise attend avec impatience le nouvel exemplaire de l'Histoire de la médecine de Le Clerc pour l'abbé de Longuerue car il n'est pas juste que celui-ci en soit privé à cause d'une erreur de l'expéditeur. Nicaise envoie à JA la traduction française du Santolius pœnitens de Racine [en réalité de Rollin] ; elle est digne de la curiosité de JA et de celle de ses amis. JA peut en faire part à [Jean-Robert] Chouet, [Vincent] Minutoli, [Jean-Louis (?)] Burlamaqui et Gallatin [V]. Le pau...

page 1

00299_998-1-2_ug68950_turrettini_file.jpg

page 2


00300_998-3-4_ug68951_turrettini_file.jpg

Lettre 998 de Claude Nicaise Ă  Jean-Alphonse Turrettini

Dijon 04.05.1696 [04.05.96]


Lettre autographe, signée, adressée. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (Genève), 1/Gd.N.3

Budé, Lettres, II, p.369-372.


J'attends... avec impatience un autre


Nicaise attend avec impatience le nouvel exemplaire de l'Histoire de la médecine de Le Clerc pour l'abbé de Longuerue car il n'est pas juste que celui-ci en soit privé à cause d'une erreur de l'expéditeur. Nicaise envoie à JA la traduction française du Santolius pœnitens de Racine [en réalité de Rollin] ; elle est digne de la curiosité de JA et de celle de ses amis. JA peut en faire part à [Jean-Robert] Chouet, [Vincent] Minutoli, [Jean-Louis (?)] Burlamaqui et Gallatin [V]. Le pauvre poète Santeul est maltraité de tous les côtés; on a vu à Paris le petit roman fait en Hollande sous le titre de Comte de Claux où on traite le pauvre homme d'ivrogne, de goinfre, de maquereau etc. On a bien fait d'ajouter, parmi tous les santoliana qu'on a vus, un Santolius martyr; cela devrait l'obliger à faire des hymnes sur son martyre. On n'a pas mis dans le recueil de l'abbé Faydit le Santolius de Rollin, quoi que ce soit l'une des meilleures pièces. On croit qu'on a voulu épargner les jésuites qui y sont traités un peu fortement. On voit une lettre fâcheuse contre [Jacques-Bénigne I] Bossuet au sujet de la censure du livre intitulé La mystique cité de Dieu composée par une religieuse portugaise, sœur María du couvent d'Agréda, et traduit en français par un récollet et imprimée à Marseille. Dans cette lettre, qui est adressée au père Quesnel par un colonel d'infanterie, on se déchaîne impitoyablement contre ce prélat. L'ouvrage de la religieuse se compose de trois volumes, remplis d'extravagances, visions, révélations sur des faits personnels, etc. Le premier tome est la vie de la vierge dans le ventre de sa mère et dans le berceau. Nicaise a reçu une grande lettre de Bayle où celui-ci lui fait part de nouveautés qui valent davantage que le livre de la religieuse; Nicaise n'en dit rien à JA puisqu'il présume que Bayle lui en a fait part aussi. On a vu ici le premier volume de l'Histoire de France de Daniel. Il l'a commencée à Clovis et en a retranché Pharamond et les trois rois suivants. Il fonde son système nouveau sur des archives qu'il a vues dans la Chambre des Comptes de Dijon. Les députés genevois [Gabriel Buisson, Pierre Gautier, Jean de Normandie et Ami Le Fort] devraient repasser par la ville auquel cas Nicaise espère avoir l'honneur de le voir.

Adresse

Genève


Lieux

Émission

Dijon

RĂ©ception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

page 1

00299_998-1-2_ug68950_turrettini_file.jpg

page 2


00300_998-3-4_ug68951_turrettini_file.jpg