18 Lettres

Lettre 960 de Claude Nicaise Ă  Jean-Alphonse Turrettini

Is-sur-Tille 27.11.1695

J'ay appris... vostre convalescence

Nicaise a appris la convalescence de JA – ce dont il se rĂ©jouit – sans avoir appris sa maladie au prĂ©alable; il doit cette information Ă  [François] Janiçon qui lui a envoyĂ© une lettre de [Louis] Saumaise Ă©crite de La Haye. Cette lettre contient quelques nouvelles littĂ©raires d'[Henri Basnage] de Beauval; on y fait mention du traitĂ© Du bel esprit de Vallemont [en rĂ©alitĂ© de CaillĂšres], qui est un ecclĂ©siastique que Nicaise a connu Ă  Paris et qui demeure au collĂšge de Harcourt. Auparavant i...

page 1

00293_960-1-2_ug68873_turrettini_file.jpg

page 2


00294_960-3-4_ug68874_turrettini_file.jpg

Lettre 960 de Claude Nicaise Ă  Jean-Alphonse Turrettini

Is-sur-Tille 27.11.1695


Lettre autographe, signée, adressée. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (GenĂšve), 1/Gd.N.3

Budé, Lettres, II, p.362-364.


J'ay appris... vostre convalescence


Nicaise a appris la convalescence de JA – ce dont il se rĂ©jouit – sans avoir appris sa maladie au prĂ©alable; il doit cette information Ă  [François] Janiçon qui lui a envoyĂ© une lettre de [Louis] Saumaise Ă©crite de La Haye. Cette lettre contient quelques nouvelles littĂ©raires d'[Henri Basnage] de Beauval; on y fait mention du traitĂ© Du bel esprit de Vallemont [en rĂ©alitĂ© de CaillĂšres], qui est un ecclĂ©siastique que Nicaise a connu Ă  Paris et qui demeure au collĂšge de Harcourt. Auparavant il avait demeurĂ© trois ans chez un des amis de Nicaise Ă  Lyon; il est l'auteur du traitĂ© de la baguette [La physique occulte]. De Beauval fait une remarque trĂšs juste en disant que Vallemont est un philosophe qui se dĂ©brouille bien dans son livre Ă  propos de la philosophie mais qu'il n'est pas suffisant d'ĂȘtre philosophe pour parler du bel esprit puisqu'il faut l'ĂȘtre aussi. De Beauval mande Ă  Janiçon une nouvelle assez considĂ©rable que Nicaise a reçue de Bayle et qui concerne une sorte d'histoire du jansĂ©nisme faite par un professeur en thĂ©ologie d'Utrecht nommĂ© Leydecker; il y donne la vie de Jansenius ainsi que l'histoire de son Augustinus, le tout avec beaucoup d'observations de controverse. D'aprĂšs son correspondant, cela vaut la peine d'ĂȘtre lu. On a dĂ©jĂ  imprimĂ© Ă  Rome les deux premiers volumes de la Bibliotheca pontificia, qui en comptera plus de 20. On ne fait pas beaucoup de cas de cette collection parce que le choix des auteurs qui la composent n'est pas avisĂ©; on y mĂȘle les bons avec les mauvais et il y aura plusieurs choses qui ne plairont ni Ă  la France ni aux protestants. Un jansĂ©niste lui a Ă©crit qu'on aimerait mieux qu'on publiĂąt la bibliothĂšque des jansĂ©nistes, voyant le profit qu'Arnauld en a fait avant de mourir. On doit maintenant publier la BibliothĂšque orientale d'Herbelot. Ce galant homme est un des amis de Nicaise et JA l'a rencontrĂ© Ă  Paris. Toinard ne lui Ă©crit plus; Nicaise pense qu'il est fĂąchĂ© contre lui. On dit qu'il travaille sur la PĂąques contre son ami le pĂšre Hardouin.

Adresse

GenĂšve


Lieux

Émission

Is-sur-Tille

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

page 1

00293_960-1-2_ug68873_turrettini_file.jpg

page 2


00294_960-3-4_ug68874_turrettini_file.jpg