16 Lettres

Lettre 869 de Claude Nicaise Ă  Jean-Alphonse Turrettini

Villey-sur-Tille 07.10.1694

Vous m'avés... osté

La dernière lettre de JA a rassuré Nicaise quant à l'état de sa santé; celui-ci n'était point embarrassé à propos des livres que le Genevois devait lui envoyer puisque ce qu'il dit dans sa lettre recoupe exactement ce que son neveu lui avait communiqué trois semaines auparavant. Depuis, il n'a plus reçu de nouvelles de son neveu qui doit être occupé à ses affaires. Il pense que l'évêque de Meaux [Jacques-Bénigne I Bossuet] a dû se procurer le livre sur la probabilité [Gonzalez de Santalla, Fu...

+ 1 pages

page 1

00322_869-1_ug68720_turrettini_file.jpg

page 2


00323_869-2-3_ug68721_turrettini_file.jpg

page 3

00324_869-4_ug68722_turrettini_file.jpg

Lettre 869 de Claude Nicaise Ă  Jean-Alphonse Turrettini

Villey-sur-Tille 07.10.1694


Lettre autographe, signée. (F et I)
Archives de la Fondation Turrettini (Genève), 1/Gd.N.3

Budé, Lettres, II, p.354-360.


Vous m'avés... osté


La dernière lettre de JA a rassuré Nicaise quant à l'état de sa santé; celui-ci n'était point embarrassé à propos des livres que le Genevois devait lui envoyer puisque ce qu'il dit dans sa lettre recoupe exactement ce que son neveu lui avait communiqué trois semaines auparavant. Depuis, il n'a plus reçu de nouvelles de son neveu qui doit être occupé à ses affaires. Il pense que l'évêque de Meaux [Jacques-Bénigne I Bossuet] a dû se procurer le livre sur la probabilité [Gonzalez de Santalla, Fundamentum] à Paris auprès de [Reinier] Leers qui en a sûrement amené dans ses ballots, imprimés en Flandres. Cet imprimeur a été régalé par Bossuet, par l'archevêque de Reims [Le Tellier], et par d'autres personnes de distinction. Nicaise pense qu'il aura envoyé à Genève des exemplaires du De pictura de Franciscus Junius qu'on dit être un chef-d'œuvre en matière d'impression. L'auteur des Depeches [Vincent Minutoli] aura ainsi l'occasion d'amender l'erreur qu'il avait faite en attribuant l'ouvrage à Hadrianus Junius. On demande à Nicaise, de toutes parts et avec empressement, de nouvelles Depeches. On n'a qu'à les donner à son neveu qui les enverra par la poste. Il y a un protestant réfugié en Hollande [Jacques Bernard (?)] qui donne tous les mois des Lettres historiques et un Recueil des pièces curieuses mais il semble un peu partial. On n'a pas envoyé à Nicaise les stances faites à l'occasion de la mort d'Arnauld; apparemment Boileau et Racine, bons amis du défunt, n'y auront pas manqué. Racine, ainsi que ses amis, ont été irrités de ce que Bossuet a dit sur le compte de ce dernier dans le livre qu'il a fait contre la comédie [Maximes et réflexions]. Et cela est probablement à l'origine des vers qu'on a faits contre Bossuet et qu'on a mandés à Nicaise. Il transcrit à ce propos le passage d'une lettre qu'un de ses amis lui a écrite et qui désapprouve ce que Bossuet a dit contre Racine; il aurait pu en effet s'attaquer seulement aux poètes morts. Cela fait longtemps que Racine a quitté le théatre et Bossuet n'aurait pas dû l'y faire remonter pour lui faire faire une confession et une pénitence publique sans sa participation. [Le Nain] de Tillemont a fait imprimer sa réponse [Mémoires pour servir] au père Lamy de l'Oratoire au sujet de la Pâques [Lamy, Traité historique] ; Lamy a du reste un autre adversaire dans sa congrégation même en la personne du père Mauduit, auteur de l'Analyse du Nouveau Testament et de savantes dissertations. Il défend la concorde de Port Royal que Lamy rabaisse pour relever la sienne. Cet auteur a fait imprimer des Eléments de géométrie qui sont les mêmes que ceux d'Arnauld mais sans en dire mot. Le cardinal de Aguirre achève sa collection des Conciles d'Espagne; il y en aura quatre volumes, dont le 1er, le 2e et le 4e sont imprimés et le 3e sous presse. Il continue à y réfuter la probabilité qu'il avait pourtant partagée quand il avait été professeur à Salamanque; il y parle avec éloge du livre du général des jésuites qui d'après certains ne vaut pas grand chose. Le général y a fait une addition sous forme d'appendice qu'il a adressée à Cantelmo, l'archevêque de Naples, lui aussi contraire à la probabilité. Nicaise ne sait plus s'il a envoyé à JA toutes les nouvelles que Graevius lui a écrites dans une longue lettre où il lui parle des lacunes de Longin qu'un certain Tollius promet dans un voyage d'Allemagne et d'Italie qu'il va faire imprimer; si elles ne sont pas meilleures que les fragments du Pétrone de Nodot (?) [Satyricon, 1691 (?)], cela ne vaudra pas la peine de les donner au public. Nicaise va terminer la lettre par une pièce curieuse et plaisante des Messieurs de l'Académie arcadienne de Rome. C'est une lettre circulaire qu'ils adressent à leurs confrère"s arcadiens du dehors et que l'un d'entre eux, [Augustin] Nicolas, conseiller du Parlement de Besançon, a reçue et envoyée à Nicaise pour le divertir. Il transcrit la lettre italienne qui invite, dans des termes pastoraux, à participer à une assemblée arcadienne le 20 août 1694. Il y a un petit mot pour [Marie] Spon; il prie aussi JA de donner à [Jean-Antoine (?)] Chouet l'argent qui lui revient.

Adresse

[Genève]


Lieux

Émission

Villey-sur-Tille

RĂ©ception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 1 pages

page 1

00322_869-1_ug68720_turrettini_file.jpg

page 2


00323_869-2-3_ug68721_turrettini_file.jpg

page 3

00324_869-4_ug68722_turrettini_file.jpg