18 Lettres

Lettre 840 de Claude Nicaise Ă  Jean-Alphonse Turrettini

Dijon 18.06.1694

Je croy que vous aurés

Nicaise avait envoyĂ© Ă  de Longuerue, aussitĂŽt aprĂšs l'avoir reçue de la part de JA, l'Anglia sacra [de Wharton] qui lui Ă©tait destinĂ©e; l'abbĂ© s'est montrĂ© trĂšs reconnaissant. Il a aussi Ă©crit Ă  Nicaise des nouvelles pĂ©nibles concernant Toinard qui nie avoir reçu quoi que ce soit de la part de Noris; il devient de plus en plus infirme et maladif et de Longuerue pense qu'il ne publiera plus grand-chose, mĂȘme s'il a beaucoup dĂ©pensĂ© pour son Harmonia et pour faire graver des mĂ©daille...

page 1

00307_840-1-2_ug68668_turrettini_file.jpg

page 2


00308_840-3-4_ug68669_turrettini_file.jpg

Lettre 840 de Claude Nicaise Ă  Jean-Alphonse Turrettini

Dijon 18.06.1694


Lettre autographe, signée, adressée. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (GenĂšve), 1/Gd.N.3

Budé, Lettres, II, p.329-332.


Je croy que vous aurés


Nicaise avait envoyĂ© Ă  de Longuerue, aussitĂŽt aprĂšs l'avoir reçue de la part de JA, l'Anglia sacra [de Wharton] qui lui Ă©tait destinĂ©e; l'abbĂ© s'est montrĂ© trĂšs reconnaissant. Il a aussi Ă©crit Ă  Nicaise des nouvelles pĂ©nibles concernant Toinard qui nie avoir reçu quoi que ce soit de la part de Noris; il devient de plus en plus infirme et maladif et de Longuerue pense qu'il ne publiera plus grand-chose, mĂȘme s'il a beaucoup dĂ©pensĂ© pour son Harmonia et pour faire graver des mĂ©dailles. En effet [François] Pagi et [Jean-Foy] Vaillant ont assurĂ© Ă  Nicaise que Toinard avait bel et bien reçu la rĂ©ponse de Noris Ă  Hardouin [ParĂŠnesis]. Nicaise lui-mĂȘme a Ă©crit Ă  Toinard il y a deux mois Ă  propos d'un paquet qu'il devrait avoir reçu pour lui et qu'il aurait dĂ» lui envoyer mais il n'en a obtenu aucune rĂ©ponse. Il craint fort que Toinard ne l'ait retenu, comme cela lui est arrivĂ© parfois. Nicaise, qui en a Ă©crit Ă  [Jean-Robert] Chouet, le plaint de s'ĂȘtre mis Arnauld sur les bras, mĂȘme s'il pense que celui-ci et Quesnel s'en prendront davantage Ă  Bouhours, auteur de l'apologie [en rĂ©alitĂ© RiviĂšre, Apologie, 1694], qu'Ă  Toinard qui y a donnĂ© lieu par sa critique. Nicaise demande Ă  JA de lui acheter chez [Gabriel (?)] de Tournes la Censura des auteurs cĂ©lĂšbres de Blount et l'Historia literaria de Cave avec le supplĂ©ment de Wharton. Il voudrait deux exemplaires de chacun de ces ouvrages, l'un Ă©tant pour soi et l'autre pour l'un de ses amis, [Adrien] Baillet, l'auteur du Jugement des savants. Le neveu de Nicaise rendra Ă  JA l'argent qu'il aura dĂ©pensĂ©. Il mande Ă  Chouet son cousin que l'auteur des Depeches du Parnasse [Vincent Minutoli] devra faire imprimer son journal avec plus de soin s'il veut avoir de l'audience; le journal en soi est agrĂ©able pourvu qu'il soit accompagnĂ© de quelque discernement et de quelque politesse. On a publiĂ© en Allemagne un ouvrage de JudĂŠorum pseudomessiis [de Lent] ; s'il se trouve Ă  GenĂšve, JA pourra le joindre aux autres.

Adresse

GenĂšve


Lieux

Émission

Dijon

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

page 1

00307_840-1-2_ug68668_turrettini_file.jpg

page 2


00308_840-3-4_ug68669_turrettini_file.jpg