71 Lettres

Lettre 840 de Claude Nicaise Ă  Jean-Alphonse Turrettini

Dijon 18.06.1694

Je croy que vous aurés

Nicaise avait envoyé à de Longuerue, aussitôt après l'avoir reçue de la part de JA, l'Anglia sacra [de Wharton] qui lui était destinée; l'abbé s'est montré très reconnaissant. Il a aussi écrit à Nicaise des nouvelles pénibles concernant Toinard qui nie avoir reçu quoi que ce soit de la part de Noris; il devient de plus en plus infirme et maladif et de Longuerue pense qu'il ne publiera plus grand-chose, même s'il a beaucoup dépensé pour son Harmonia et pour faire graver des médaille...

page 1

00307_840-1-2_ug68668_turrettini_file.jpg

page 2


00308_840-3-4_ug68669_turrettini_file.jpg

Lettre 840 de Claude Nicaise Ă  Jean-Alphonse Turrettini

Dijon 18.06.1694


Lettre autographe, signée, adressée. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (Genève), 1/Gd.N.3

Budé, Lettres, II, p.329-332.


Je croy que vous aurés


Nicaise avait envoyé à de Longuerue, aussitôt après l'avoir reçue de la part de JA, l'Anglia sacra [de Wharton] qui lui était destinée; l'abbé s'est montré très reconnaissant. Il a aussi écrit à Nicaise des nouvelles pénibles concernant Toinard qui nie avoir reçu quoi que ce soit de la part de Noris; il devient de plus en plus infirme et maladif et de Longuerue pense qu'il ne publiera plus grand-chose, même s'il a beaucoup dépensé pour son Harmonia et pour faire graver des médailles. En effet [François] Pagi et [Jean-Foy] Vaillant ont assuré à Nicaise que Toinard avait bel et bien reçu la réponse de Noris à Hardouin [Parænesis]. Nicaise lui-même a écrit à Toinard il y a deux mois à propos d'un paquet qu'il devrait avoir reçu pour lui et qu'il aurait dû lui envoyer mais il n'en a obtenu aucune réponse. Il craint fort que Toinard ne l'ait retenu, comme cela lui est arrivé parfois. Nicaise, qui en a écrit à [Jean-Robert] Chouet, le plaint de s'être mis Arnauld sur les bras, même s'il pense que celui-ci et Quesnel s'en prendront davantage à Bouhours, auteur de l'apologie [en réalité Rivière, Apologie, 1694], qu'à Toinard qui y a donné lieu par sa critique. Nicaise demande à JA de lui acheter chez [Gabriel (?)] de Tournes la Censura des auteurs célèbres de Blount et l'Historia literaria de Cave avec le supplément de Wharton. Il voudrait deux exemplaires de chacun de ces ouvrages, l'un étant pour soi et l'autre pour l'un de ses amis, [Adrien] Baillet, l'auteur du Jugement des savants. Le neveu de Nicaise rendra à JA l'argent qu'il aura dépensé. Il mande à Chouet son cousin que l'auteur des Depeches du Parnasse [Vincent Minutoli] devra faire imprimer son journal avec plus de soin s'il veut avoir de l'audience; le journal en soi est agréable pourvu qu'il soit accompagné de quelque discernement et de quelque politesse. On a publié en Allemagne un ouvrage de Judæorum pseudomessiis [de Lent] ; s'il se trouve à Genève, JA pourra le joindre aux autres.

Adresse

Genève


Lieux

Émission

Dijon

RĂ©ception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

page 1

00307_840-1-2_ug68668_turrettini_file.jpg

page 2


00308_840-3-4_ug68669_turrettini_file.jpg