160 Lettres

Lettre 783 de Jean-Antoine Dautun à Jean-Alphonse Turrettini

Francfort 08.02.1694 [29.01.1694]

Il n'y avoit que deux

Dautun est beaucoup plus tranquille depuis qu'il sait JA de retour à Genève mais il aimerait avoir des nouvelles plus précises à son égard; il ne lui a même pas dit ce qu'il allait devenir. Quant à lui, il est très content de son sort: il a une petite Église (200 communiants et 150 auditeurs) mais assez choisie, composée en grande partie de bons wallons. Son collègue [Richier] est un vieillard de 76 ans qui est là depuis quarante-deux ans; en dépit de son âge, il est vigoureux et plein de feu, m...

page 1

1187_783-1-2_ug68558_turrettini_file.jpg

page 2


1188_783-3-4_ug68559_turrettini_file.jpg

Francfort 08.02.1694 [29.01.1694]


Lettre autographe, signée, adressée. Inédite. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (Genève), 1/Gd.D.3


Il n'y avoit que deux


Dautun est beaucoup plus tranquille depuis qu'il sait JA de retour à Genève mais il aimerait avoir des nouvelles plus précises à son égard; il ne lui a même pas dit ce qu'il allait devenir. Quant à lui, il est très content de son sort: il a une petite Église (200 communiants et 150 auditeurs) mais assez choisie, composée en grande partie de bons wallons. Son collègue [Richier] est un vieillard de 76 ans qui est là depuis quarante-deux ans; en dépit de son âge, il est vigoureux et plein de feu, mais son savoir est médiocre et sa prédication assez négligée. Il lui avoua avoir fait tout son possible pour faire venir un autre ministre à la place de Dautun mais déclara dès le début vouloir vivre avec lui dans la même union qu'il aurait eue avec l'autre. Ils vont sans doute s'entendre très bien, ce qui évitera des conflits dans l'Église. Les gages sont modestes, compte tenu de la cherté de la vie: 400 florins dont il faut déduire le coût du logement (60 écus du pays) et celui du carrosse pour aller à l'église le dimanche (25 écus par an mais seulement pour le dimanche et pas pour le mercredi). Pour la prédication, chacun des deux ministres prêche une fois le dimanche et tous les quinze jours le mercredi; à cela, il faut ajouter les fêtes célébrées par les luthériens, qui, cela soit dit en passant, sont d'une très grande rigidité. Il ne sait pas s'il est aimé de son troupeau, même si les apparences lui sont favorables, les marques d'amitié allant jusqu'à grossir un peu leur maigre ménage. La seule chose qui lui manque, c'est un peu de société cultivée, ces amis, que JA a retrouvés, et dont la conversation apaise les inquiétudes; à défaut de cela, il a sa pipe, dont il n'a ni augmenté ni diminué l'usage. Il a heureusement les joies du mariage qui le comblent. Il n'a pas perdu tout espoir de revoir un jour JA; quelque dégoûtante que soit l'Allemagne, le Genevois viendra peut-être y faire un séjour; il pourra constater que Tacite la connaissait assez bien puisqu'on y voit encore tant de restes de l'ancienne germanicité.

Adresse

Genève


Lieux

Émission

Francfort

Réception

Genève

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

page 1

1187_783-1-2_ug68558_turrettini_file.jpg

page 2


1188_783-3-4_ug68559_turrettini_file.jpg