30 Lettres

Lettre 694 de Barthélemy Micheli du Crest à Jean-Alphonse Turrettini

GenĂšve 25.08.1693

Nous avons eu cette semaine

On a reçu deux lettres de JA dont l'une arrivée en retard. [Jean-Robert] Chouet a montré à Micheli celle que JA lui a écrite et dont il s'est réjoui. Cet homme a eu une grande joie de constater que JA profitait bien des connaissances que lui avait procurées son parent [Nicaise]. Il n'est pas de ceux qui voudraient abréger le séjour de JA et il partage entiÚrement les sentiments de celui-ci. Du reste, JA doit se convaincre qu'on lui fait entiÚrement confiance car lui seul sait mieux que quiconque...

+ 1 pages

page 1

00176_694-1_ug68409_turrettini_file.jpg

page 2


00177_694-2-3_ug68410_turrettini_file.jpg

page 3

00178_694-4_ug68411_turrettini_file.jpg

GenĂšve 25.08.1693


Lettre autographe, signée. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (GenĂšve), 1/Gd.M.20

Budé, Lettres, II, p.313-315. Omissions.


Nous avons eu cette semaine


On a reçu deux lettres de JA dont l'une arrivĂ©e en retard. [Jean-Robert] Chouet a montrĂ© Ă  Micheli celle que JA lui a Ă©crite et dont il s'est rĂ©joui. Cet homme a eu une grande joie de constater que JA profitait bien des connaissances que lui avait procurĂ©es son parent [Nicaise]. Il n'est pas de ceux qui voudraient abrĂ©ger le sĂ©jour de JA et il partage entiĂšrement les sentiments de celui-ci. Du reste, JA doit se convaincre qu'on lui fait entiĂšrement confiance car lui seul sait mieux que quiconque ce qui lui est utile. Micheli lui rĂ©itĂšre ses fĂ©licitations pour l'heureuse issue du procĂšs. On doit maintenant tout recommancer Ă  Grenoble oĂč l'on aura besoin de bonnes recommandations et JA est invitĂ© Ă  ne rien nĂ©gliger pour cela. L'homme dont il leur a parlĂ© [Gilliers] est un bon homme mais trĂšs menteur; il ne pense pas qu'on puisse donner beaucoup de crĂ©dit Ă  ses recommandations. Si on osait faire des suggestions Ă  JA, il faudrait qu'il Ă©crive Ă  [AngĂ©lique] Bibaud pour l'informer du procĂšs et de la grande aide reçue de Pavillon. Madaillan est finalement arrivĂ©; Micheli l'a vu dans la salle basse de la famille Turrettini, amenĂ© par le rĂ©sident [d'Iberville] ; il a saluĂ© la tante de JA [Marie I Turrettini] et dit beaucoup de bien de celui-ci. Il a dit vouloir aller en Italie et ne pas vouloir faire un long sĂ©jour Ă  GenĂšve. Lafond [I] devrait ĂȘtre arrivĂ© aussi, qui a Ă©tĂ© quelques temps Ă  Paris avec JA. On se fait quelques soucis pour la santĂ© de JA, compte tenu des grandes chaleurs qu'on a depuis trois semaines. Dans une lettre au rĂ©sident, [Pierre] Stoppa dit vouloir s'employer avec chaleur Ă  l'affaire de [Philis] Micheli et demande un mĂ©moire que [Marc (?)] Micheli a, semble-t-il, dĂ©jĂ  envoyĂ©. Pour plus de sĂ©curitĂ©, l'expĂ©diteur lui-mĂȘme en joint un dans cette lettre. Il faut battre le fer tant qu'il est chaud. Il y a chez Villars le jeune de Chabot [II] que son pĂšre [I] y a envoyĂ© faire ses exercices; JA ne doit pas oublier le bon accueil qu'il a reçu dans leur maison et l'amitiĂ© qui lie Madame Chabot Ă  la tante Marie. Il n'a plus donnĂ© de nouvelles du gendre [Loys de Villardin] de [Georges Polier] de Vernand. JA est rĂ©putĂ© pour les belles lettres qu'il a Ă©crites Ă  Devaulx [I] et dont on attend la continuation. C'est aujourd'hui la Saint-Louis et JA peut faire une petite relation de l'AcadĂ©mie et des prix qu'on y donne ce jour mĂȘme. JA aura su la fin du siĂšge de Sainte-Brigida; les assiĂ©gĂ©s, qui Ă©taient toujours restĂ©s en contact avec Pignerol, se sont retirĂ©s. Les alliĂ©s prĂ©tendent que la prise ne leur a pas beaucoup coĂ»tĂ©. On ne sait rien pour la suite; on dit qu'on attend de gros canons pour attaquer la citadelle qui est, pour ainsi dire, commandĂ©e depuis la hauteur de Sainte-Brigida. La plupart des gens disent pourtant qu'on passera plusieurs fois devant la citadelle sans pour autant l'investir. Il faut donner le temps Ă  l'armĂ©e de Catinat de se fortifier; en effet, de tous les cĂŽtĂ©s il y a des troupes en marche dans ce but. Au sujet des rĂ©fugiĂ©s, il semble que les Messieurs de Berne se soient dĂ©cidĂ©s Ă  aider ceux qui veulent partir; plusieurs l'ont dĂ©jĂ  fait mais il ne s'agit que du peuple et des artisans, les dames ne parlant nullement de quitter la ville. Rien ne pourra les obliger sinon l'extrĂȘme disette. On a reçu une lettre du pauvre [Paul] L'Escot qui est sans nouvelles de JA et ne sait pas oĂč il se trouve en ce moment. Il a sujet d'ĂȘtre assez content de la situation qu'il occupe actuellement mais son humeur inquiĂšte lui fait probablement dĂ©sirer un changement. [Jean-Antoine] Dautun est appelĂ© Ă  Francfort et s'il peut s'y Ă©tablir, il ne le regrettera pas. Pour la chaire de philosophie, l'affaire a Ă©tĂ© renvoyĂ©e Ă  une date indĂ©terminĂ©e; ils croyent qu'avec la famine qu'on a, il n'est pas Ă  propos de philosopher. Il est vrai qu'on n'a jamais Ă©tĂ© dans une telle nĂ©cessitĂ©, non pas tant Ă  cause de la rĂ©colte locale, qui a Ă©tĂ© d'autres fois aussi misĂ©rable, que du peu d'espoir qu'on a de recevoir de l'aide de l'extĂ©rieur. Il ne"faut pas oublier qu'on a aussi Ă  nourrir les troupes qui sĂ©journent dans le voisinage. Par la lettre de Stoppa au rĂ©sident, il apparaĂźt qu'on fait des efforts pour faire venir du blĂ©; il faudra que JA, en bon citoyen, lui exprime au nom de tous sa reconnaissance et souligne l'opportunitĂ© de recevoir de l'assistance de la France plutĂŽt que d'ĂȘtre obligĂ©s d'aller demander de l'aide Ă  des gens qui n'aiment guĂšre les Genevois. Le commerce avec l'Angleterre et la Hollande est rĂ©gulier, ce sont seulement les lettres qui vont en Allemagne qui sont bloquĂ©es.

Adresse

[Paris]


Lieux

Émission

GenĂšve

RĂ©ception

Paris

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

+ 1 pages

page 1

00176_694-1_ug68409_turrettini_file.jpg

page 2


00177_694-2-3_ug68410_turrettini_file.jpg

page 3

00178_694-4_ug68411_turrettini_file.jpg