241 Lettres

Lettre 574 de Jean-Alphonse Turrettini à Bénédict II Turrettini

Cambridge 24.01.1693 [14.01.93]

Depuis la lettre que ie

JA reconnaĂźt la briĂšvetĂ© de ses lettres mais avance pour sa dĂ©fense qu'il n'est pas toujours maĂźtre de son temps. Le sĂ©jour Ă  Cambridge se passe trĂšs agrĂ©ablement et il est trĂšs bien accueilli, mieux que partout ailleurs; la raison doit en ĂȘtre les lettres de recommandation qu'il a apportĂ©es de Londres et les quelques notions d'anglais qu'il possĂšde et qu'il n'a pas honte de mettre Ă  l'Ɠuvre. Pour ce qui est du vrai savoir, Cambridge l'emporte sur Oxford; tous les Ă©vĂȘques de ces derniĂšres annĂ©es...

page 1

gray00342_574_1-4_ug73625_turrettini_file.jpg

page 2


gray00343_574_2-3_ug73626_turrettini_file.jpg

Cambridge 24.01.1693 [14.01.93]


Lettre autographe, signée, adressée. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (GenĂšve), 1/Ea.5.7

Extraits dans Budé, Vie de Turrettini, p.22-24, 26-28.


Depuis la lettre que ie


JA reconnaĂźt la briĂšvetĂ© de ses lettres mais avance pour sa dĂ©fense qu'il n'est pas toujours maĂźtre de son temps. Le sĂ©jour Ă  Cambridge se passe trĂšs agrĂ©ablement et il est trĂšs bien accueilli, mieux que partout ailleurs; la raison doit en ĂȘtre les lettres de recommandation qu'il a apportĂ©es de Londres et les quelques notions d'anglais qu'il possĂšde et qu'il n'a pas honte de mettre Ă  l'Ɠuvre. Pour ce qui est du vrai savoir, Cambridge l'emporte sur Oxford; tous les Ă©vĂȘques de ces derniĂšres annĂ©es, fort habiles, en sont issus et les Ă©tudiants s'adonnent sĂ©rieusement Ă  leur tĂąche, contrairement Ă  Oxford oĂč la dĂ©bauche est l'occupation principale. Newton, le plus grand mathĂ©maticien et physicien de tout le siĂšcle, au dire de [Nicolas] Fatio [de Duiller], mais aussi historien et spĂ©cialiste de la chronologie, y rĂ©side et JA a passĂ© une aprĂšs-midi trĂšs agrĂ©able avec lui. Pour ce qui est de l'Ă©rudition grecque et hĂ©braĂŻque, il faut mentionner [John] Spencer. JA s'est liĂ© d'amitiĂ© avec le bibliothĂ©caire [John Laughton], qui est chargĂ© de s'occuper des Ă©trangers. Il faut mentionner un dernier savant, Covel, qui a beaucoup voyagĂ© en Italie, en GrĂšce et en Orient et en a rapportĂ© de beaux et curieux manuscrits. JA restera encore une dizaine de jours Ă  Cambridge, pour ensuite retourner Ă  Londres d'oĂč il quittera l'Angleterre avec le roi [Guillaume III]. [BarthĂ©lemy] Micheli du Crest et sa mĂšre l'incitent Ă  regagner GenĂšve. Son oncle le prie de retrouver Ă  Londres nombre de personnes qu'il ne sait pas comment dĂ©terrer; il fera de son mieux. Il n'a pas eu l'occasion de voir l'ambassadeur des États [Citters]. Il dĂ©taille ensuite ses dĂ©penses. Sa mĂšre lui Ă©crit pour savoir s'il serait intĂ©ressĂ© par la chaire de philosophie Ă  l'AcadĂ©mie mais il ne se «trouve ni la barbe assĂ©s longue, ni les Ă©paules assĂ©s fortes» ; il faudrait faire appel Ă  Fatio de Duillier mais on n'est pas digne Ă  GenĂšve d'un si grand homme. Il attend avec impatience de pouvoir occuper sa chambre de Plainpalais.

Adresse

GenĂšve


Lieux

Émission

Cambridge

RĂ©ception

GenĂšve

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

page 1

gray00342_574_1-4_ug73625_turrettini_file.jpg

page 2


gray00343_574_2-3_ug73626_turrettini_file.jpg