3 Lettres

Lettre 413 de Baux à Jean-Alphonse Turrettini

Berlin 24.03.1692 [14.03.1692]

Il n'y a que trois ou quatre

Par la dernière lettre de Baux, JA avait appris que son correspondant était au courant du fait qu'on avait déjà instruit le grand druide [Jurieu (?)] des querelles qu'on fait à Lenfant. En effet, après l'avoir attaqué au sujet de l'une de ses prédications, on s'en est pris à lui dans une autre affaire où, sans le citer jamais ouvertement, on le visait directement. Voici en quelques mots de quoi il s'agit: l'imprimeur [Robert] Roger, ayant décidé de réimprimer les Stances de l'abbé Testu e...

+ 1 pages

page 1

0525_413-1_ug68303_turrettini_file.jpg

page 2


0526_413-2-3_ug68304_turrettini_file.jpg

page 3

0527_413-4_ug68305_turrettini_file.jpg

Lettre 413 de Baux à Jean-Alphonse Turrettini

Berlin 24.03.1692 [14.03.1692]


Lettre autographe. Inédite. (F)
Archives de la Fondation Turrettini (Genève), 1/Gd.B.15


Il n'y a que trois ou quatre


Par la dernière lettre de Baux, JA avait appris que son correspondant était au courant du fait qu'on avait déjà instruit le grand druide [Jurieu (?)] des querelles qu'on fait à Lenfant. En effet, après l'avoir attaqué au sujet de l'une de ses prédications, on s'en est pris à lui dans une autre affaire où, sans le citer jamais ouvertement, on le visait directement. Voici en quelques mots de quoi il s'agit: l'imprimeur [Robert] Roger, ayant décidé de réimprimer les Stances de l'abbé Testu et de les dédier au prince Électeur [Friedrich Wilhelm], avait demandé à Lenfant d'en écrire la préface et l'épître dédicatoire. Ce qui fut fait et accepté par l'Électeur [Friedrich III] et l'Électrice [Sophie Charlotte], qui lurent le livre. Mais quelqu'un de l'entourage de la princesse Élisabeth, ayant constaté que le livre était d'un auteur papiste, décida de le renvoyer sans plus de façon au libraire. Le Consistoire de l'Église française s'en mêla. Sous prétexte que le libraire n'avait pas fait examiner le livre par les commissaires avant de l'imprimer et convaincu que le fait d'avoir dédié un livre papiste au jeune prince était un crime contre la religion et contre l'État, il ordonna de retirer et de supprimer tous les exemplaires vendus et à vendre. Comme c'était impossible, on prit de nouvelles mesures : la suppression de l'épître dédicatoire, de la préface et des pièces suspectes. L'imprimeur fut par ailleurs obligé d'ajouter un avertissement, retraçant l'histoire de l'édition en question. Il faudrait de toute façon faire savoir à Jurieu qu'il n'a aucune prise réelle sur Lenfant et que les mémoires qu'on lui envoie d'Allemagne sont remplis de faussetés. Pour passer à autre chose, cette bonne vieille dame [Louise de Windsor de Frotté] est finalement morte; elle a bien fait! La république de Hollande devrait prendre exemple sur celle de Venise qui, n'arrivant pas à pacifier deux grands chefs de parti, les obligea à se battre dans une gondole, jusqu'à ce que l'un fût jeté à la mer, ce qui ne manqua pas d'arriver. Baux aimerait avoir des renseignements supplémentaires sur l'impression anglaise de Josèphe. Depuis quelques jours, on a reçu à Berlin les Nouveaux Essais de Morale. Il ne les a pas lus mais il pense que c'est un bon livre parce que l'auteur [La Placette] a de l'esprit. Il a laissé tomber [John] Spencer qui est au-dessus de ses forces. [Jean-Antoine] Dautun se porte bien. Un PS ajoute que la lettre a été écrite longtemps auparavant mais qu'elle ne part que le jour même.

Adresse

[Hollande]


Lieux

Émission

Berlin

Réception

Hollande

Conservation

Genève


Cités dans la lettre

+ 1 pages

page 1

0525_413-1_ug68303_turrettini_file.jpg

page 2


0526_413-2-3_ug68304_turrettini_file.jpg

page 3

0527_413-4_ug68305_turrettini_file.jpg