52 Lettres

Lettre 412 de Barthélemy Micheli du Crest à Jean-Alphonse Turrettini

GenĂšve 21.03.1692 [11.03.1692]

Aprez tant de Lettres que Je

Micheli n'insiste pas sur la proposition de [Jacques] Chenaud; en effet la grande jeunesse de JA lui semble la seule raison qui justifie qu'on remette cela Ă  plus tard. Il est nĂ©anmoins favorable Ă  cette dignitĂ© mais dans un temps plus appropriĂ©. À prĂ©sent, malgrĂ© les preuves que JA a dĂ©jĂ  fournies du progrĂšs de ses Ă©tudes, il serait souhaitable qu'il soutĂźnt des thĂšses publiques en Hollande. Le fait qu'il n'ait pas Ă©tudiĂ© Ă  Leyde pourra certainement se rĂ©soudre en en parlant avec [Friedrich] Sp...

+ 6 pages

page 1

ms_fr_00488_f215r_ug63104_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00488_f215v_ug63105_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00488_f216r_ug63106_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00488_f216v_ug63107_turrettini_file.jpg

page 5

ms_fr_00488_f217r_ug63108_turrettini_file.jpg

page 6


ms_fr_00488_f217v_ug63109_turrettini_file.jpg

page 7

ms_fr_00488_f218r_ug63110_turrettini_file.jpg

page 8


ms_fr_00488_f218v_ug63111_turrettini_file.jpg

GenĂšve 21.03.1692 [11.03.1692]


Lettre autographe, signée. Inédite. (F)
BibliothÚque de GenÚve, Ms fr 488 (f.215-218)


Aprez tant de Lettres que Je


Micheli n'insiste pas sur la proposition de [Jacques] Chenaud; en effet la grande jeunesse de JA lui semble la seule raison qui justifie qu'on remette cela Ă  plus tard. Il est nĂ©anmoins favorable Ă  cette dignitĂ© mais dans un temps plus appropriĂ©. À prĂ©sent, malgrĂ© les preuves que JA a dĂ©jĂ  fournies du progrĂšs de ses Ă©tudes, il serait souhaitable qu'il soutĂźnt des thĂšses publiques en Hollande. Le fait qu'il n'ait pas Ă©tudiĂ© Ă  Leyde pourra certainement se rĂ©soudre en en parlant avec [Friedrich] Spanheim. On a dĂ©jĂ  suggĂ©rĂ© Ă  JA de dĂ©dier ses thĂšses [Pyrrhonismus] aux curateurs de l'AcadĂ©mie batave mais, si cela choque sa modestie, il pourra toujours les dĂ©dier Ă  Spanheim. Micheli est ravi de l'amitiĂ© nouĂ©e par son cousin avec [Daniel I] de Superville qui est la personne qui lui convient le mieux de par ses qualitĂ©s, de mĂȘme que des contacts Ă©tablis avec les magistrats. JA ne doit pas nĂ©gliger ce genre de relations dans les autres villes, mĂȘme si cela lui demande de l'effort, parce qu'il en reconnaĂźtra l'utilitĂ© plus tard. [Paul] L'Escot est parti mais on n'en a pas encore de nouvelles. Le temps est Ă©pouvantable et il ne sera pas en Hollande avant le moment approximatif prĂ©cĂ©demment indiquĂ© par Micheli. L'expĂ©diteur a bien reçu la lettre de [FrĂ©mont] d'Ablancourt et y rĂ©pondra par l'ordinaire prochain. [AymĂ©e] de VĂ©race est enchantĂ©e de la lettre que lui a adressĂ©e JA. De Cambiague, bien loin de penser Ă  se marier, a promis foi et loyautĂ© au rĂ©sident de France d'Iberville qui est sa vĂ©ritable passion. Ce dernier semble d'ailleurs avoir autant d'aversion que lui pour le mariage. L'un et l'autre sont des amis de JA. [Marie] du Lignon a dit qu'elle ne rĂȘve plus mais [AngĂ©lique (?)] Bibaud, qui a dormi avec elle quelques temps, a dit qu'elle parlait beaucoup et qu'elle a appris par lĂ  bien des nouvelles. Micheli envoie Ă  JA une lettre de [Georges Polier] de Vernan. Il est probable qu'il n'y relate pas l'aventure d'un ministre allemand persĂ©cutĂ© par le dĂ©mon. Il a promis Ă  Micheli d'en faire un mĂ©moire bien circonstanciĂ© afin de convaincre les beaux esprits comme JA. Le compagnon de voyage de JA, l'avocat [Jean] Favre, pour se consoler de l'Ă©chec de ses amours alexandrines, s'est tournĂ© vers Mademoiselle Marianne [Calandrini]. Mais il s'est trouvĂ© alors rival de son frĂšre BarthĂ©lemy. Ce dernier, outrĂ© des procĂ©dĂ©s employĂ©s par son frĂšre, est allĂ© parler Ă  sa mĂšre qui a toujours prĂ©fĂ©rĂ© l'avocat. Il l'a prĂ©venue qu'il savait fort bien que ce qu'il allait lui dire lui vaudrait d'ĂȘtre deshĂ©ritĂ© mais que, si son frĂšre n'arrĂȘtait pas ses manƓuvres, il n'hĂ©siterait pas Ă  le poignarder, quoiqu'il arrivĂąt, mĂȘme dans dix ans s'il le fallait. La mĂšre Ă©pouvantĂ©e fit demander Ă  la jeune fille de repousser d'un an le mariage. La demoiselle rĂ©pondit que la suspension serait dĂ©finitive. La famille a finalement rĂ©ussi Ă  dĂ©sarmer la colĂšre du cadet et l'a autorisĂ© Ă  partir pour l'Italie et l'Espagne. Pour ce qui concerne les affaires publiques, Catinat a quittĂ© ChambĂ©ry pour Grenoble, oĂč il rassemble des troupes. Il n'est pas exclu qu'il entre en PiĂ©mont. Marie [I] Turrettini se joint Ă  l'expĂ©diteur pour inciter JA Ă  soutenir ses thĂšses, en signe aussi de reconnaissance pour les honneurs reçus en Hollande par François Turrettini.

Adresse

Rotterdam


Lieux

Émission

GenĂšve

RĂ©ception

Rotterdam

Conservation

GenĂšve


Cités dans la lettre

+ 6 pages

page 1

ms_fr_00488_f215r_ug63104_turrettini_file.jpg

page 2


ms_fr_00488_f215v_ug63105_turrettini_file.jpg

page 3

ms_fr_00488_f216r_ug63106_turrettini_file.jpg

page 4


ms_fr_00488_f216v_ug63107_turrettini_file.jpg

page 5

ms_fr_00488_f217r_ug63108_turrettini_file.jpg

page 6


ms_fr_00488_f217v_ug63109_turrettini_file.jpg

page 7

ms_fr_00488_f218r_ug63110_turrettini_file.jpg

page 8


ms_fr_00488_f218v_ug63111_turrettini_file.jpg